Fitch dégrade la note de l'Espagne et de l'Italie

 |   |  459  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La note de l'Italie revient à "A+", contre "AA-" jusqu'à présent, et celle de l'Espagne passe de "AA+" à "AA-". L'agence évoque les conséquences de l'aggravation de la crise en zone euro. La Bourse de New York repartait à la baisse vendredi après l'abaissement par l'agence Fitch des notes de l'Italie et de l'Espagne: le Dow Jones perdait 0,21% et le Nasdaq 1,22%.

Fitch Ratings a abaissé ce vendredi d'un cran la note de l'Italie, en raison des conséquences de l'aggravation de la crise en zone euro, et n'exclut pas de la dégrader encore si le pays devait manquer ses objectifs de réduction du déficit. L'agence d'évaluation financière a par ailleur dégradé de deux crans la note à long terme de l'Espagne - également en raison de l'intensification de la crise de la zone euro - et d'une révision à la baisse par l'agence des perspectives de croissance.

Le Portugal maintenu sous surveillance négative

La note de l'Italie  revient ainsi à "A+", contre "AA-" jusqu'à présent. S'y attache une perspective "négative", qui implique que l'agence pourrait l'abaisser de nouveau à moyen terme, selon un communiqué. La note de l'Espagne s'établit désormais à "AA-", contre "AA+" auparavant. Elle est assortie d'une perspective négative, qui implique que l'agence pourrait l'abaisser de nouveau à moyen terme. Fitch pointe aussi les risques de dérapage budgétaire liés à l'autonomie très forte des régions espagnoles. De plus, Fitch maintient la note du Portugal, toujours sous surveillance négative

"L' Italie particulièrement vulnérable à un choc externe"

Fitch était la dernière des trois grandes agences de notation internationale à ne pas avoir récemment abaissé la note de l' Italie. Moody's la note désormais "A2" (soit trois crans de moins qu'auparavant) et Standard & Poor's à "A" (soit un cran de moins qu'auparavant). En dépit de sa décision de vendredi, Fitch continue à noter un peu mieux la dette souveraine de la péninsule que ses concurrentes (de l'ordre d'un cran de plus). Dans son communiqué, Fitch explique que "le haut niveau de la dette publique et les besoins de financement budgétaire, cumulé avec le faible niveau de la croissance potentielle (du pays), ont rendu l' Italie particulièrement vulnérable à un choc externe", tel que celui généré par la crise de la zone euro.

"Réponse à la contagion"

"Si le récent collectif budgétaire a renforcé de manière substantielle l'effort de consolidation des comptes publics, les hésitations initiales du gouvernement italien pour apporter une réponse à la contagion a aussi érodé la confiance du marché dans sa capacité à piloter efficacement le pays dans la crise de la zone euro", note l'agence. Fitch prévient qu'elle serait amenée à abaisser de nouveau la note de la dette du pays si le gouvernement devait s'écarter de son objectif de réduction de la dette publique.

Wall Street repart à la baisse

La Bourse de New York repartait à la baisse vendredi après l'abaissement par l'agence Fitch des notes de l'Italie et de l'Espagne: le Dow Jones perdait 0,21% et le Nasdaq 1,22%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2011 à 12:24 :

Mon commentaire écrit samedi 8 octobre n'a pas semblé retenir l'attention du journal, aussi, je réitère mon envoi...peut-être que....."Que font nos responsables politiques européens pour arrêter ces attaques réitérées de semaine en semaine par les agences de notation à la solde des USA. Celles-ci n?ont pour seul but que de ne pas mettre en lumière la situation économique des USA, qui est plus déséquilibrée que bon nombre de pays européens. Qui osera dire la vérité ? Aujourd?hui les BRIC commercent entre eux sans s?appuyer sur la monnaie dollar, et l?Europe devient un concurrent très dangereux avec l?euro qui prend de plus en plus d?importance dans les échanges commerciaux internationaux.
On vient nous dire que les ratios dette/PIB des pays européens sont catastrophiques, mais regardons de plus près : Grèce : 160 %, Italie 120 %, Portugal 102 %, France 85 %, Espagne : 70 % et les USA : 102 %.....
Prenons le cas du Japon qui a un ratio dette/PIB de 225 %.....qui parle actuellement du JAPON ? Les américains réclament-ils que le Japon mette de l?ordre dans sa dette ?
JE PERSISTE ET SIGNE : TOUT CECI N?EST QU?UNE CABALE DES USA, QUI REDOUTENT QUE L?EUROPE ET LA MONNAIE EURO NE VIENNENT BOUSCULER LEUR SUPREMATIE ?"..


Réponse de le 09/10/2011 à 14:44 :
Ne niez pas les réalités du système-monde, l'antiaméricanisme n'a rien à voir avec cette réalité objective (quant au commerce des Bric quelle est sa part dans les échanges par rapport à ceux dans l'euroland et l'Europe et avec les EU)
Réponse de le 09/10/2011 à 16:38 :
La dette du Japon est détenue à 100% par les Japonais eux-mêmes, ce qui n'est pas le cas de la France (70% de notre dette est detenue par des créanciers étrangers), ce n'est donc pas comparable, et l'on peut comprendre que nos prêteurs s'inquiètent de savoir s'ils seront remboursés ou pas. Après je suis d'accord avec le fait que les agences de notation sont clairement pro-US, et qu'elles tentent de faire oublier en nous attaquant, la situation dramatique des Etats-Unis (bien + endettés que nous, à fortiori si l'on additionne dette féderale+dette des différents Etats+endettement des ménages). Pour autant ça ne change rien à la gravité de notre situation qui n'est pas le fait des agences de notation mais bien le résultat de 40 années de budgets en déséquilibre dûs à une politique désastreuse (après est-ce que ça a été voulu ou pas afin à terme de mettre la main sur toutes nos richesses et de nous imposer des conditions sociales à la Soviet' ça je l'ignore), mais la Réalité est là. Maintenant c'est aux peuples de prendre la décision, est-ce que vous acceptez de payer cette dette advitam eternam, ou est-ce qu'il vaut mieux faire un défaut de paiement quite à mettre le Système en l'air immédiatement mais recommencer sur des bases plus saines? Ce qui est certain c'est que les "élites" ont déjà tranché, elles ont décidé de saigner les peuples.
a écrit le 08/10/2011 à 17:07 :
Pour l'Espagne ce n'est pas surprenant, vu le niveau énorme des dettes privées de ce pays et son million de logements invendus, son marché immobilier catastrophique et surévalué, ses banques gonflées de crédits immobiliers douteux, qu'il faudra sans doute nationaliser comme cela a été fait récemment pour 1 euro symbolique pour 3 d'entre elles. Il faudra bien un jour voir la réalité en face : il y a beaucoup, beaucoup trop de dettes, le système actuel de taux bas et inondation du marché par toujours plus de dettes arrive à ses limites, après avoir causé plusieurs bulles et plusieurs cracks; la prise de conscience est douloureuse, mais inévitable. La politique monétaire des années 2000 est un échec.
Réponse de le 08/10/2011 à 18:01 :
Vous confondez politique monétaire et politique de la BCE.
Réponse de le 08/10/2011 à 22:09 :
Non. D'ailleurs vous n'avez donné aucune argumentation qui étaye votre critique.
Réponse de le 09/10/2011 à 10:29 :
Et le niveau des dettes de l'Espagne, Son immobilier catastophique et invendable donc invendu qui a pour corollaire de positiver l'actif des banques , ce ne sont pas des aruments, camarade ?
Réponse de le 09/10/2011 à 15:35 :
Je ne comprends pas vos arguments : "positiver l'actif des banques" ??? A l'heure actuelle, les banques espagnoles ont récupéré les actifs immobiliers des promoteurs en faillite aux quelles elles ont prété de l'argent que les promoteurs n'ont pas pu rembourser, pour essayer de limiter leurs pertes. Elles continuent à les inscrire dans leurs comptes à la valeur de marché d'il y a 2 ou 3 ans, alors que cette valeur a fortement diminué. Bref, ces banques ont de grosses pertes potentielles, masquées dans leurs comptes pour l'instant. Le niveau de dette de l'Espagne est de 72% du PIB, c'est raisonnable mais le privé est beaucoup plus endetté que dans les autres pays (200%). La situation de l'Espagne est donc extrèmement préoccupante. Par ailleurs, je ne vois pas pourquoi vous vous adressez à moi de cette façon, c'est ridicule.
Réponse de le 09/10/2011 à 19:59 :
Réponse à Jean.
Mais taisez vous.Même N.Sarkozy a critiqué le taux directeur de la BCE jugé trop élevé.
Réponse de le 09/10/2011 à 21:15 :
Sarkozy ? Quelle belle référence économique !
a écrit le 08/10/2011 à 15:13 :
Marc Ladeit de Lacharrière sera-t'il un jour ou l'autre dégradé par quelqu'un?
a écrit le 08/10/2011 à 15:00 :
La dégradation des notes de l'italie et de l'Espagne ne nous rapproche-t-elle pas de celle de la France ?
Réponse de le 08/10/2011 à 16:51 :
Ben y reste plus que nous à abattre là, en même temps ce sera pas une grande surprise.
On n'a qu'à leur claquer un bon défaut de paiement sur l'intégralité de la dette et basta, surpris qui croyait prendre :D
a écrit le 08/10/2011 à 13:28 :
Assainir le système bancaire : une guerre à mener contre l?usure

Dans la thora, la bible ou le coran la perversité qui dérègle nos économies actuelles est nommée l?usure. C?est une des rares notions qui fait l?unanimité contre elle à travers les trois religions. Dans le coran que je connais mieux que les deux autres livres saints (et que je respecte infiniment), il est dit que ceux qui pratiquent l?usure "recevront l?annonce d?une guerre" de la part de Dieu (s2v279). Mon but n?est pas de faire du prosélytisme. Je veux juste vous prévenir et vous faire réfléchir. Pour ceux qui ont la foi sincère en un Dieu suprême, la question est réglée : il n y a aucune issue à la crise actuelle si ce n?est une débâcle sans précèdent. Dans ce cas c?est très facile à justifier car qui peut gagner une guerre contre Dieu ? La réponse est personne. Depuis le tout début de la crise en Mars 2007 quand le mot subprime (jargon de Wall Streets pour dire usure) a commencé à siffler dans mes oreilles de trader dans une grande institution française, j?ai compris de suite que la guerre avait commencé ! Pendant ce temps, je me suis amusé à regarder les pantins du Fmi, de la Fed, de la BCE, du G7, G20, autres Sarko, Obama et Merkel....s organisant en coalition pour nous trouver des solutions à court terme qui n?ont fait qu? aggraver la situation à long terme. Leur première solution fut de transférer cette usure qui était au niveau des banques vers les états et donc vers chaque citoyen lambda. Ensuite, ils ont mis en place des mécanismes économiques et financiers qui n?ont eu aucun effet positif. Je citerai le fameux EFSA européen ou les différents "quantitative easing" mis en place aux états unis. Mais tous ces efforts sont vains. Tous les "grands" de ce monde essaient de trouver des solutions pour combattre les symptômes d?une économie en phase terminale alors qu?ils devraient se poser des questions plus fondamentales sur les origines de ce mal. La finance mondiale a pour pilier la notion d?usure (qui se cache sous différentes appellations modernes). Cette usure est à la base une injustice. En effet, la perversité qui se cache derrière l?usure, c?est que le taux de prêt dépend de la solidité financière de l?emprunteur. En effet le taux d?usure est compose d?un taux de base auquel est ajoute un spread (écart) qui dépend du risque que fait encourir l?emprunteur au préteur. On est tous égaux face au taux de base, mais l?inégalité se trouve au niveau du spread applique. Ainsi, plus on est solide financièrement et plus le cout d?emprunt est faible, et plus on faible financièrement et plus le cout d?emprunt est cher. Ceci mené a un mécanisme auto générateur d?injustice: pour les riches, plus on est riche et plus on emprunte pas cher et plus on est riche (ex : Allemagne) et pour le pauvre, plus on est pauvre et plus on emprunte cher et plus on est pauvre (ex : la Grèce). Sachant qu? en générale c?est le riche qui prête au pauvre, il y a deux cas possible: soit le pauvre ne fait pas défaut face à son emprunteur, et alors le riche s?enrichit sur le dos du pauvre, soit le pauvre fait défaut et alors c?est le riche qui paie les pots casses à hauteur de ce qu? il dépossèdera du pauvre, dépossession qui peut même aller jusqu? a sa liberté. Donc tant que ce système repose sur l?injustice de l?usure, il n y a pas d?issue à cette guerre si ce n?est la débâcle mondiale. Il faudrait donc agir en s?attaquant aux racines du mal et réfléchir à interdire l?usure, c?est à dire à l?injustice de l?écart d?emprunt dépendant de la situation financière de l?emprunteur. Je propose que cet écart soit le même pour tous les emprunteurs, dont une partie servirait à rémunérer les frais de fonctionnement de l?établissement préteur (et pas plus) et l?autre partie servirait à mutualiser le risque d?emprunt. Cette mutualisation du risque serait une sorte de fond d?assurance contre un défaut éventuel et serait gère aux niveaux des institutions prêteuses et serait strictement encadrée par la loi du peuple souverain.
a écrit le 08/10/2011 à 9:51 :
La prophétie auto réalisatrice se nourrie elle même... L'euro n'était pas une fin en soi ; elle était la première pierre d'un nouvel édifice. Ceux qui refusent de le construire, font de l'euro un accident de l'Histoire et ceux qui ont peur que ce nouvel édifice se construise font de l'euro un désastre économique. Renoncer à l'euro s'est laisser les anglo-saxons gagner car ils en ont peur ; ils ne veulent que l'Europe soit simplement un vaste marché de libre échange pas un levier économique alternatif. Car la zone euro dans sa globalité a un commerce plus développé qu'aux USA, une balance commerciale équilibrée et moins de dettes cumulées que les USA. Donc il faut détruire le rival potentiel en profitant du manque de vision des politiques actuels qui ne pensent car leur réélection et à leur pré carré national ! Quel serait la note de la zone euro ? celle du FESF ? donc triple AAA. Parle ton de la note du minessota état en faillite, parle ton de la note de l'illinois presque en faillite...
Réponse de le 08/10/2011 à 11:11 :
+ 1 Stormy. Merci
Réponse de le 08/10/2011 à 14:07 :
Réponse à STORMY.
Vous parlez au passé:"l'euro n'était pas une fin en soi".Merci.Maintenant face aux réalités que faites vous?
Réponse de le 08/10/2011 à 15:53 :
Bon raisonnement Stormy, voici le mien : Si l'Euro etait une idee si revolutionnaire et si formidable que le monde nous envie, expliquez moi pourquoi aucun autre ensemble de pays ne l'a reprise a son compte depuis ? En effet L'Euro est en ensemble de pays disparates et heterogenes. Quel est le lien entre l'Irlande, le Portugal, la Grece, l'Allemagne, la Roumanie et la Finlance ? Aucun lien politique, aucun lien culturel commun. Un ensemble heteroclite que des technocrates voulaient faire tenir avec des ficelles. Pourquoi n'existe t il pas encore de monnaie unique en Amerique du Sud (ALEAC), là où l'ensemble des pays est plus homogene qu'en Europe. Pourquoi les USA-Canada-Mexique avec leur NAFTA n'ont pas encore instauré une monnaie unique chez eux si l'idée est si fabuleuse ? Car une monnaie unique est une HERESIE. Si demain les Philippines, Indonesie, Japon, Mongolie, Chine et Bangladesh annoncaient et créaient une monnaie unique, le monde entier les prendrait pour des fous. Et bien en Europe, on est fou, on a fait l'Euro sans definir de politique economique commune, avec des peuples et gouvernements aux interets et cultures disparates.
a écrit le 08/10/2011 à 9:18 :


Quelque soit la vilaine réalité de la situation du défaut de « crédit » dans une majorité de pays.
Il n?échappe à personne que ces merveilleuses « agences de notation » sont toutes Anglo-saxonnes.
Il n?échappe à aucun Européen d?Euroland que ces mêmes « Agences » qui font la pluie et le beau temps chez nous, n?exercent que très peu de pression et d?acharnement sur certains autres pays « Anglo-saxons » qui se trouvent également dans une situation de crédit catastrophique? Comme cela est bizarre? !!! Sélectif? !!! N?est-ce pas? !!!
Manifestement, les Anglo-saxons n?ont jamais autant brillé que par leur « europhobie » dangereuse et perverse? Euroland et son existence même les rend malades, on peut sentir un peu plus chaque jour le poids de leur propagande destructive dirigée contre l?Europe.
Quelque soient les imperfections et les erreurs du système de fonctionnement Européen, il m?est totalement insupportable de me sentir géré et manipulé par les Anglo-Saxons et leurs « agents d?influence »? infiltrés sournoisement dans certaines strates politiques et économiques Européennes, voire même françaises? !!! C?est toujours à la mode, malheureusement? !!!
Dans ce climat délétère et très volatile qui prend en otage 300.000.000 d?Européens?
On peut imaginer aussi que « ces institutions de malfaisance » et leurs serviteurs individuels, « portiers de l?enfer » se mettent elles-mêmes, et leurs existences en très grand danger? !!!
Les « Amis » qui vous trahissent et qui vous mentent, ceux qui souhaitent vous asservir, vous humilier, ne sont évidement pas des « Amis »? !!! Et ils ne sont évidement plus jamais les « Bienvenus »? !!!
Cordialement, Kind regards? Mit freundlichen Grüßen? !!!
Réponse de le 08/10/2011 à 14:30 :
non il me semble que fitch est française.quand a dagong(chine)elle a deja dégradé les usa et la france
a écrit le 08/10/2011 à 5:14 :
achetez des bois vite!!Cela permettra de vous chauffez,loger et nourir...
Réponse de le 08/10/2011 à 8:06 :
et des terres agricoles pour le potager.
En phase.
Réponse de le 08/10/2011 à 14:31 :
et un abris antiatomique avec de l'eau potable et des magazines playboy
a écrit le 07/10/2011 à 22:54 :
L'euro était foutu dès le départ, construit sur un rêve des politiciens qui trois ans après la chute du mur de Berlin rêvaient d'une Europe qui n'a jamais existée.
Il n'y a plus de sauvetage possible, cela fissure de tous les point, la question n'est plus si mais quand la Gréce fera faillite et si de suite nos élus ont le courage de regarder la réalité, peut-être créer trois monnaies pour trois zone (Europe de l*est, de sud et du nord) qui correspondra plus à la réalité économique et politique. Par contre, ces politiques qui ont crée les acccords de MNaastrich seront pleinement responsable d'une crise e récession européen qui pourra durer une décennie.
Réponse de le 08/10/2011 à 4:58 :
faillite prévue à la fin de la seconde semaine de Novembre. Il faudra alors faire intervenir les nations unies pour un parachutage de vivres et de médicaments, car comme lors de l'éclatement de la Yougoslavie; en cas de difficultés les européens multiplient les réunions au sommet afin de ne pas avoir à se pencher et contempler le désastre à leurs pieds.
Réponse de le 08/10/2011 à 5:01 :
Vous ne pensez pas assez uu fait que la monnaie unique est un formidable levier économique, ou vous revenez au XIXè?
Réponse de le 08/10/2011 à 8:21 :
Si l'Euro etait une idee si revolutionnaire et si formidable que le monde nous envie, expliquez moi pourquoi aucun autre ensemble de pays ne l'a reprise a son compte depuis ? En effet L'Euro est en ensemble de pays disparates et heterogenes. Quel est le lien entre l'Irlande, le Portugal, la Grece, l'Allemagne, la Roumanie et la Finlance ? Aucun lien politique, aucun lien culturel commun. Un ensemble heteroclite que des technocrates voulaient faire tenir avec des ficelles.
Pourquoi n'existe t il pas encore de monnaie unique en Amerique du Sud (ALEAC), là où l'ensemble des pays est plus homogene qu'en Europe. Pourquoi les USA-Canada-Mexique avec leur NAFTA n'ont pas encore instauré une monnaie unique chez eux si l'idée est si fabuleuse ? Car une monnaie unique est une HERESIE
Si demain les Philippines, Indonesie, Japon, Mongolie, Chine et Bangladesh créaient une monnaie unique, le monde entier les prendrait pour des fous. Et bien en Europe, on est fou, on a fait l'Euro sans definir de politique economique commune, avec des peuples et gouvernements aux interets et cultures disparates.
Réponse de le 08/10/2011 à 8:49 :
La politique de l'euro c'est:
politiques monétaires:terminé
politiques budgétaires:on voit et on va voir ou ça mène
maintenant expliquez moi le mécanisme "du formidable levier économique".
Réponse de le 08/10/2011 à 8:54 :
Réponse à XIX?
La politique de l'euro c'est:
politiques monétaires:terminé
politiques budgétaires:on voit et on va voir ou ça mène
maintenant expliquez moi le mécanisme du "formidable levier économique".
Réponse de le 08/10/2011 à 16:23 :
les unions monétaires ont été aux RDV des formations des nations des ex: par ex le Zollverein et le mark pour l'unité allemande(souvenez-vous des thaller et gulden et autres micro monnaies de cet espace germanique)bismarck avait oublié de parler de la monnaie queand il évoquait le fer et...le sang (on était au XIXè)pour faire la nation allemande. Maintenant je ne suis pas un admirateur particulier du comte tout en reconnaissant un artiste en politique.
a écrit le 07/10/2011 à 22:05 :
Attention ! les vautours attaquent l'Europe.
Une fois blessée c'est plus facile a dévorer.
Vous me direz plus tard si je n'ai pas raison, si vous les laissez faire.
a écrit le 07/10/2011 à 21:27 :
SVP !! pourquoi le monde accepte d'être noté comme des élèves comme çà !!
où que wall street et city le veulent et qu'il faut accepter . et qui sont ces agences de notation pour estimer telle ou telle note pour un pays ??, sont ils descendus dans la rue avec les gens ou connaissent ils le quotidien des gens
Réponse de le 08/10/2011 à 4:01 :
c'est pas le pays mais la dette qui est notée.si on ne fait pas de dettes on n'est pas noté.si on dépense sans se poser la question de savoir si on pourra rembourser,alors c'est un tripple z qu'on mérite.c'est notre cas.rien n'oblige un pays a claquer l'argent comme nous le faisons
a écrit le 07/10/2011 à 19:02 :
C'est grâce à notre Président que nous conservons notre note AAAAA
Réponse de le 07/10/2011 à 19:54 :
notre Ah Ah Ah plutôt ....
a écrit le 07/10/2011 à 18:54 :
Doit on considéré la dégradation comme un résultat ou comme une cause? A quand pour la France? Qui a interêt et les moyens?
Réponse de le 07/10/2011 à 22:11 :
Qui a l?intérêt?
Ouvrez les yeux
a écrit le 07/10/2011 à 18:13 :
Moutarde, votre refléxion vaut mieux que long discours!
Réponse de le 08/10/2011 à 5:04 :
de corriger votre orthographe moutarde achetez le précis de grammaire pour le fonds le RU est sur la voie de la baisse de sa "note"
Réponse de le 08/10/2011 à 12:01 :
5 grandes banques UK viennent d'être 'dégradées' et de nombreuses banques US l'ont été aussi.
N'espérez pas que ces dégradations soient purement spéculatives même si certains peuvent bien entendu en profiter.
a écrit le 07/10/2011 à 17:44 :
Quand est-il des notes des USA ,GB ? pays sans dette ,sans chomeur il est vrai !
Réponse de le 07/10/2011 à 18:33 :
+1
Réponse de le 07/10/2011 à 19:55 :
et une fois que tous les pays (sauf la Chine) seront entre A- et AA- ... on fera quoi ?
Réponse de le 07/10/2011 à 22:08 :
On se laissera bouffer par eux.
Arrêtez cette mondialisation stupide, opportuniste, etc.
Réponse de le 07/10/2011 à 22:18 :
Arrêtez ces voleurs de poules pendant qu'il est temps.
Il faut limiter la spéculation.
les bourses c'est comme au casino.
Les banquiers remplissent les poches et ensuite le font payer aux contribuables.
Les dirigeants sont'ils faibles ou complices?
Réponse de le 08/10/2011 à 7:50 :
faut pas croire que la Chine est à l abris ils ont un fort taux de croissance c est vrai ils ont un tres gros stock de devises vrai aussi mais ils ont aussi une inflation galopante une corruption énorme , une opacité sur leurs banques et leurs creances douteuses vraiment inquiétante , ils sont aussi extremement dependant de matiéres premiere et energétique (premier consommateur d acier du monde par exemple) donc soumis aux variations de cours comme tout le monde,enfin que pensez vous qu il va se passer en cas de recession mondiale la Chine est l'usine du monde pour ainsi dire si il n y a plus de demande et un renforcement du protectionisme a leur égard ils risquent vite de déchanter ...
De plus dans ce magnifique paradis du peuple la tension sociale est trés forte des gens tirés de leurs campagne pour bosser en usine se retrouvent sans rien quand leur usine ferme parce que leur terre ont été vendues a des promoteurs .Enfin combien de temps croyez vous que l ouvrier chinois va accepter d etre payer 1USD de l heure alors que d autres accumulent des richesses phénoménales? on est pas trés éloigné des conditions de vie du régime impérial
De sa fenetre l'herbe à toujours l air plus verte qu ailleurs mais quand on a la chance de voyager la réalité est toute autre et même si tout n est pas reluisant chez nous et qu on a des problemes et de la misére on est loin tres loin d être à plaindre meme par rapport a d autres pays de l'OCDE Pour revenir sur la note de la France il ne faut pas perdre de vue qu on est un pays dont la population épargne beaucoup ça joue aussi, nos entreprises malgré les ouin ouin se debrouillent tres honnetement en tous les cas les plus grosses notre systeme financier est sain pour ce que j en sais toutes les banques Françaiss sont bénéficiaires l'emprunt que l'Etat a fait aux banques a ete remboursé à l avance et a rapporter 2.5milliards au pays
Il faut arreter d'écouter des journalistes qui ne savent même pas de quoi ils parlent (et la je ne vise pas la Tribune mais TF1 entre autres) et qui entretiennent une sinistrose néfaste a tous les secteurs d activités
Alors oui il faut controler nos depenses et baisser l endettement du pays mais la situation est trés loin d être catastrophique je dirais qu il en va de meme pour l'Italie et l'Espagne qui sont tres loin d etre dans la situation de la Grece

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :