Papandréou : "la crise n'est pas grecque, elle est européenne"

 |   |  297  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Premier ministre grec Georges Papandréou a appelé dimanche les Européens à prendre des mesures "décisives" pour enrayer la crise de la dette qui dure depuis deux ans et met en péril l'existence de l'euro.

"Il est clair que la crise (de la dette) n'est pas grecque. Il s'agit d'une crise européenne. Il est donc temps que nous, Européens, prenions des mesures décisives et efficaces", a-t-il affirmé à son arrivée à un sommet crucial de l'Union européenne à Bruxelles.
"La Grèce a prouvé à de multiples reprises qu'elle prenait les décisions nécessaires pour rendre son économie viable et plus juste", a poursuivi le chef du gouvernement grec, alors que son Parlement vient d'adopter un nouveau plan d'austérité qui passe par des coupes salariales et le placement au chômage technique de quelque 30.000 fonctionnaires.
"Nous sommes un peuple fier. Nous sommes une nation fière et nous demandons que l'on respecte ce que nous faisons", a-t-il souligné, rappelant que les efforts de la Grèce se faisaient "dans la douleur".
Plus tôt, le Premier ministre belge Yves Leterme avait jugé "essentiel que demain matin (lundi) à l'ouverture des marchés, on ait assez de progrès pour ne pas mettre péril la crédibilité de la zone euro".
Les dirigeants européens vont tenter dimanche de surmonter leurs divergences lors d'une réunion qui sera la première grande étape d'un processus en deux temps censé s'achever mercredi par un nouveau sommet. Interrogé sur cette situation, M. Leterme avait jugé la situation "pas idéale".
Des décisions sont attendues par le monde entier, de plus en plus inquiet du risque de contagion de la crise de la dette aux banques et à d'autres Etats.
La réunion de dimanche s'ouvre vers 10H00 (08H00 GMT) par une rencontre des chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays de l'Union européenne et se poursuit l'après-midi par une réunion des dirigeants des dix-sept Etats de la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2011 à 10:50 :
Il a raison et tort...oui la crise n est pas que grecque mais eux...ils ( les anciens dirigeants corrompus avec l aide de Mr Draghi a l epoque GS..et avec la complicite du Parlement europeen) ont fait tres tres fort sur le credit en euros pour en faire...des pots de vins, laxisme etc...et aucun investissement...
a écrit le 01/11/2011 à 10:48 :
"Nous sommes un peuple fier", c'était un avertissement.
Réponse de le 01/11/2011 à 11:35 :
alors debrouillez vous ntous seul
a écrit le 24/10/2011 à 10:30 :
Moi je lui conseillerais gentiment de se faire tout petit et de se taire....et de se demander ou sont les milliards d euros et d essayer de les recuperer...
Réponse de le 01/11/2011 à 13:40 :
oui et aussi de faire arrêter les responsables du gouvernement précédent et de les faire juger, avec demande de mandat d'arrêt international sur leurs conseillers extérieurs des banques notamment
a écrit le 24/10/2011 à 10:08 :
La crise, c'est comme la bêtise, c'est contagieux...
a écrit le 24/10/2011 à 9:35 :
Comment peut on etre fier, quand on ne paye pas ses dettes
a écrit le 24/10/2011 à 9:18 :
Que M Papandréou change la constitution afin que les armateurs et l'église paient des impôts. Cela serait déjà un bon début. Si nos "gouvernants" pensent qu'on va se laisser dépouiller sans rien dire,ils rêvent.
a écrit le 24/10/2011 à 8:58 :
papandréou il me fait rire celui la, question responsabilité il ne s'embarrasse pas, la crise n'est pas grecque ,qu'il commence à mettre en prison toute les personnes qui ne payes pas leurs impôts et cela ira beaucoup mieux .
a écrit le 24/10/2011 à 8:37 :
L'art de cracher dans la soupe...
Ben moi si les banques européennes font la croix sur 50 à 60% de la dette grecque, je vais voir mon banquier dès le lendemain pour avoir le même traitement sur mon prêt immobilier, qui correspond à 500% de mon PIB personnel
a écrit le 24/10/2011 à 7:46 :
La condition essentielle pour aider la Grèce serait au préalable de ''Dégrècer'' ce pays des politiques responsables du laxisme passé, Même si ceux-ci disent faire des efforts lorsque le bateau coule (surtout pour ne pas se noyer eux mêmes)
a écrit le 24/10/2011 à 7:35 :
La financiarisation mondiale étudiée dans le cadre d'une anconnomie qui se répand de jour en jour est inquiétante pour notre avenir. Une analyse très fine, grâce à une détemporisation des facteurs dirimants remontant à la Grèce antique fait ressortir des facteurs inquiétants. Le platonnicisme semble le premier responsable de la crise actuelle. Celle-ci conduit à une grècisation du monde occidental qui échappe à bien de commentateurs. (nota : anconnomie = économie de cons)
Réponse de le 24/10/2011 à 14:28 :
platonnicisme, kesako ?
Réponse de le 01/11/2011 à 9:17 :
@philippe59,
platonnicisme ==> du philosophe grec PLATON je pense !
Mais j'admet que pour comprendre de maniere certaine le propos : un decodeur serait bienvenu
a écrit le 24/10/2011 à 7:30 :
Il ne manque pas de culot. Qui est entré frauduleusement dans la zone Euro ? Qui a dilapidé des milliards d'Euros ?
a écrit le 24/10/2011 à 7:14 :
Droit dans ses bottes ... hein ?
a écrit le 24/10/2011 à 1:18 :
Si mes voisins me débarrassaient de la moitié de ma dette, je serais heureux comme un Papandréou.
a écrit le 23/10/2011 à 22:27 :
à votre place monsieur le grec vu que vous avez falsifié vos comptes pour entrer dans l'europe vous feriez mieux de la mettre en veilleuse voir mieux vous taire !
a écrit le 23/10/2011 à 21:42 :
Un peuple fier... de pleureuses! Quelle est la réaction des Grecques face à leur endettement? Des réformes? Refusées par la population! La seule solution jusqu'à présent a été de recevoir de l'argent des autres. D'abord par FMI grâce à l'amitié socialiste de DSK (au passage, merci pour les milliards perdus). Et on maintenant on le devine, c'est vers l'Allemagne que l'on se tourne. L'Allemagne qui gère mieux (i.e de façon plus austère) son budget, les Allemands qui partent plus tard à la retraite, etc. Au nom de quoi les fourmis devraient payer pour des cigales qui refusent les mêmes efforts? Certainement que la crise de l'endettement est européenne. Mais la crise grecque est un problème grec. On ne peut pas laisser un dirigeant comme Papandréou fuir aussi facilement ses responsabilités.
a écrit le 23/10/2011 à 20:43 :
Bravo les grecs ! Un peu facile de tricher sur les critères d'adhésion à l'Europe avec la complicité d'un établissement financier américain bien connu, puis de dépenser sans compter en dansant le sirtaki. C'est à VOUS de payer VOS dettes, pas aux autres.

Si vous aviez (vraiment) un peu d'honneur et de fierté, vous auriez déjà présenté, à toute l'Europe, la démission de votre pays, et vos excuses.
a écrit le 23/10/2011 à 20:03 :
Papandreou est clairvoyant : la crise est européenne : tous les pays européens, y compris l'Allemagne, sont surendettés. Le pire est devant nous, il sera pour nos enfants, surtout pour nos petits enfants. Bravo les Politiques de tous bords. En plus vous voulez perpétuer vos ignominies d'endettements. Quelle honte !
a écrit le 23/10/2011 à 17:44 :
Non la crise n'est pas européenne, elle est MONDIALE ! Ne pas oublier qu'elle a commencé aux USA avec les subprimes, la titrisation (CDO, RMBS), Lehman Brothers et AIG, Bear Stearms et tant d'autres banques en faillite. Et que cette crise a eu des répercutions partout, les émeutes de la faim suite et les révolutions du printemps arabe à l'inflation des prix alimentaires causée par la planche à billets de la Fed, des mouvements (justifiés) d'indignés partout dans le monde (82 pays concernés le 15 octobre), etc, Le monde entier est concerné.
Réponse de le 24/10/2011 à 7:46 :
La crise des sbprimes et celle de l'Europe sont 2 differentes crises. Le surendettement de certains pays Europeen n'a rien a voir avec les subprimes et la crise de l'Europe aurait eu lieu meme si celle des subprimes n'avait pas eu lieu. Encore une fois, vous melangez tout.Est ce a cause des subprimes si les Grecs ne payaient pas leurs impots?
a écrit le 23/10/2011 à 17:03 :
Il y a de quoi être Indigné.
Ce Monsieur GREC est un politique,digne des précurseurs
Il faut absolument sortir ce Pays de l'epure Europe.
L'industrie,le marchand,les ménages n'ont rien à voir avec ce passif.
Il appartient aux BANKS de s'asseoir sur les créances douteuses,et de ne plus repondre aux chants des sirenes Etatiques.
a écrit le 23/10/2011 à 16:54 :
Ce guignol est un vendu aux USA
a écrit le 23/10/2011 à 16:25 :
Quand on fait la manche on s' écrase !
Réponse de le 23/10/2011 à 17:45 :
Eh bien dans ce cas que les banquiers qui mendient une fois de plus des fonds propres s'écrasent eux aussi.
Réponse de le 01/11/2011 à 10:16 :
a jean: ils ne mendient pas, on les obligent a avoir plus de réserves, nuance. fait marché ta tête avant de dire des conneries
a écrit le 23/10/2011 à 16:25 :
Ce cher monsieur devrait balayer devant sa porte... si son pays est dans cette état, ce n'est quand même pas la faute a l'Europe.....
a écrit le 23/10/2011 à 16:21 :
Si les politiques de ce pays avaient mis en place une politique fiscale qui tient la route la Grece n'en serait pas là....
a écrit le 23/10/2011 à 15:18 :
Les grecs ont eu un mérite, ils ont montré à la face du monde que la technocratie européenne et nationale des pays concernés ainsi que bien sûr les décideurs politiques aux commandes à l'époque ont fait preuve d'irresponsabilité, de laxisme, d'incompétence, d'imprévoyance, de myopie, de tout ce qu'on voudra. Les grecs par contre feraient mieux de la fermer car ce sont des bandits qui en d'autres temps paieraient très cher (sans doute quelque chose qui ressemblerait à ce qui vient de se produire en Libye en pire bien sûr) le hold up à ... milliards d'euros qu'ils essaient de mener à bien par tous moyens et stratagèmes. Car pensez vous un instant qu'ils se contenteront d'un 60% de ristourne sur 190 milliards? Qui peut croire un instant que la Grèce est en décroissance, la Grèce fait prospérer son économie souterraine, c'est plutöt ça la réalité, pour nous baiser encore plus.
Réponse de le 23/10/2011 à 22:03 :
sans compter que les armateurs Grecs ont planqué leur fric en Suisse et au Luxembourg , de meme pour nanar qui à tranferé sa holding BTF en Belgique ce qui lui permet de faire l'économie de 60 millions d'impots ( le canard, du me 19 oct) c'est pas beau le patriotisme..?
a écrit le 23/10/2011 à 14:49 :
ET bien qu'ils sortent de l'Europe comme ça leur crise est résolue :-))))
a écrit le 23/10/2011 à 14:30 :
Vous n'avez qu'à mieux voter !
a écrit le 23/10/2011 à 13:34 :
s'il fallait en avoit la preuve, elle est faite. Papaendréou est bien un politicien. La crise actuelle est celle de l'Europe et non de la Grèce!!!! C'est un peu facile. Il oublie de dire que le pouvoir en Grèce est entre les mains de 3 familles, dont la sienne, depuis des décennies et que pour se maintenir au pouvoir, elles ont pratiqué ostensiblement le clientélisme en offrant des avantages exhorbitants notamment aux fonctionnaires (14 mois de salaires par an), aux élus politiques , en fermant les yeux sur la fraude fiscale, sur le travail au noir qui est une véritable institution chez eux...et la liste n'est pas exhaustive !!! pour autant l'UE n'est pas exempte de reproches car elle a négligé de vérifier si la situation de la Grèce était bien celle qui était présentée lorsqu'elle a voulu rentrer dans l'UE.En fait c'est l'histoire "je te tiens, tu me tiens par la barbichette" mais c'est nous tous qui payons les pots cassés.
Réponse de le 23/10/2011 à 14:51 :
c'est la GRECE qui nous a mis dans la m--d-
Réponse de le 23/10/2011 à 17:47 :
@eleonor : non, ce sont avant tout les USA, avec leurs subprimes, leur titrisation, et leurs magnifiques banques comme Lehman Brothers, AIG et autres. C'est là que tout a commencé. IL ne faut pas avoir la mémoire courte.
Réponse de le 23/10/2011 à 21:41 :
Je ne suis pas d'accord du tout , c'est bien la GRECE la fautive , elle n'a pas su gerer -
a écrit le 23/10/2011 à 13:20 :
Et voilà encore un dirigeant qui a tout compris: c'est pas moi, c'est l'autre, dit-il :-) si ça continue, ils vont nous dire que c'est pas eux qui prennent les décisions qui nous mettent dans ces bourbiers, mais nous !!!
a écrit le 23/10/2011 à 12:01 :
Merci a Papandreou de nous le rappeller .En France on croyait que c'etait la faute
a Sarkozi. Dixit les socialistes de chez nous
a écrit le 23/10/2011 à 11:12 :
"Nous sommes un peuple fier. Nous sommmes une nation fiere et nous demandons que l'on respecte ce que nous faisons." Ils demandent aussi que leurs dettes soient reduites de moitie car le peuple et la nation fiers ne payaientt pas d'impots et etaient champions du monde toute categorie de l'evasion fiscale..... et en plus que d'etre sauve, ce doux comique voudrait du respect.
a écrit le 23/10/2011 à 10:45 :
Mr. Papandréou ne manque pas d'air. La Grèce est un des pays de l'Union ou la fraude fiscale est la plus ancrée dans les moeurs, la corruption y est à un niveau très élevée (toujours par rapport aux pays membres de l'UE) et les différents gouvernements grecs qui se sont succèdés n'ont absolument rien fait pour essayer du moins d'inverser un temps soit peu ces situations. Au contraire, ils ont laissé faire et dérivé l'économie en s'appuyant sur l'Europe (et en premier lieu sur l'Allemagne et la France, premiers contributeurs) en empruntant toujours plus (près de 185% de dette rapportée au PIB). Leur situation de faillite quasi avérée est avant tout de leur faute et non celle de l'Europe. Et la moindre des choses c'est que leur premier ministre reconnaisse les torts de son pays (comme la France risque de devoir le faire dans quelques mois).
a écrit le 23/10/2011 à 10:19 :
Il est marrant celui là. La Grèce est tout de même un pays sans état avec de sales égoistes, ce qui n'est pas (encore) le cas dans tous les autres pays.

Maintenant, qu'ils aient foutu la poisse à tous, çà oui....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :