Trichet : "la crise de la dette en Europe n'est pas terminée"

 |   |  380  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que les états membres sont parvenus à un accord et que les marchés sont rassurés, le président (encore pour quelques jours) de la BCE tient à tempérer les ardeurs.

On se croirait à la fin d'un film à suspense qui prépare déjà la suite en cas de succès en salles... Alors que le sommet européen a abouti à un accord qui a rassuré les marchés, Jean-Claude Trichet estime que la crise n'est pas finie.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, estime que la crise de la dette souveraine en Europe n'est pas terminée et qu'il est trop tôt pour estimer que les voyants sont revenus au vert. Dans un entretien accordé au journal allemand Bild am-Sonntag, Trichet se dit toutefois confiant dans la capacité des gouvernements de la zone euro à rétablir une stabilité financière.

Selon lui, cela exige que le Pacte de stabilité soit global et qu'il soit mis en application d'une manière vigoureuse. Pour le patron de la BCE, l'accord dégagé cette semaine par les dirigeants de l'Union européenne doit entrer dans les faits de façon très précise et rapide. "Cela est absolument déterminant", affirme-t-il.

Il promet en outre une vigilance de la BCE pour surveiller les progrès réalisés par les gouvernements dans l'application des réformes et estime que le temps est venu de "passer à l'action". "La crise n'est pas terminée", juge-t-il dans un entretien dont une version a été rendue publique samedi. "Mais après les décisions prises cette semaine, je reste confiant dans la capacité des gouvernements à réussir à rétablir la stabilité financière", ajoute-t-il.

Trichet, qui achève son mandat à la tête de la BCE, note qu'une des exigences de cette réussite est que "les règles du Pacte de stabilité et de croissance soient mises en pratique d'une manière plus complète et plus agressive." Et il ajoute : "Les décisions prises lors du sommet (de cette semaine) exige une application très précise et coordonnée. Les dirigeants des gouvernements de la zone euro ont un programme. Maintenant le plus dur du travail attend les gouvernements et la Commission européenne", insiste-t-il.

"Une rapide et totale mise en application des décisions est désormais absolument cruciale", estime-t-il. "Une rapide et totale promulgation de ces décisions est désormais absolument cruciale", insiste-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2011 à 19:06 :
Une piste pour trouver de l'argent qui a apparement échappé atous les partis et aux indignés

http://www.dreuz.info/2011/10/video-deputes-europeens-pris-la-main-dans-le-sac/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Heureusement que la TV Allemande est plus courageuse que la TV Francaise
a écrit le 30/10/2011 à 16:49 :
assurance vie delais 18 moins cause manque liquidite certaines assurance
a écrit le 30/10/2011 à 9:06 :
La "mère" Aubry commence déjà à casser du sucre sur l'accord de Bruxelles, ce qu'elle veut c'est l'inflation pour réduire la dette, puis voire les petits salaires indexés sur la hausse des prix, puis creuser davantage le déficit, augmenter les impôts directs et indirects, et finalement baiser les classes les plus pauvres avec la hausse du chômage, la victoire des rentiers qui eux continueront à bénéficier des avantages, quand aux riches c'est pareil finalement on les chouchoutera. Les perdants, une nouvelle fois, les cocus, les classes moyennes qui ne font pas d'immobilier. Lamentable, c'est pas avec ce genre de politicard qu'on sortira la France diu trou, le trou va encore se creuser et après ya pas mal d'enfoirés qui diront que c'est la faute aux allemands, alors que l'Europe sans filet c'est nous (époque Delors, le père d'Aubry), l'euro sans mode de sortie pour les pays qui n'ont rien a y faire c'est encore nous, la technocratie et l'irresponsabilité, c'est encore encore nous dans ces domaines là on est champions du monde.
Réponse de le 30/10/2011 à 12:56 :
Le seul responsable et donc coupable, c'est SARKOZY! Virons-le en 2012. L'excellente Madame Aubry n'est plus au pouvoir depuis minimum 15 ans : c'est la droite qui coule la France, pas la Gauche. Réfléchissez avant de poster, ça urge.
Réponse de le 30/10/2011 à 17:01 :
Si l'autre nunuche g'Hollande et ses sbires ou ceux de DSK avec comme dans Ubu la mère machin, prennent le pouvoir c'est l'Apocalypse pour la France, Oui Oui et les nains prendraient donc le pouvoir, à voir. Je n'aime pas laes méthodes de Sarko, mais face à des démagos incompétents et irresponsables (catégorie dans laquelle je mets Delors, Mitterrand et Chirac), je ne voterai pas pour Sarko mais je ne voterai pas contre Sarko, donc je m'abstiendrai, et si l'autre Oui Oui l praline reste assez haut dans les sondages, je voterai quand m^me pour Sarko, obligé, question de responsabilité.
a écrit le 30/10/2011 à 7:03 :
Waoo c'est un devin ! On vient juste de donner les bonus de Noel pour le reste c'est quoi la stratégie ? 1000 milliard de trilliard de milliard = quoi ? Bref quand on voit Air France qui fait grève le jour des vacances on imagine assez bien l'avenir ! Remarquez il suffira de demander 1 milliard de trilliard de plus et tout sera ok.
Réponse de le 30/10/2011 à 9:41 :


OUI bientot les comptes se feront en PETA EUROs ( 10 puissance 15 euros )...
a écrit le 30/10/2011 à 6:35 :
Une solution pourtant existe, l'utilisation de la BCE pour reprendre les emprunts arrivés à terme à un taux de 1.5 %, taux actuellement utilisé pour les prêts de liquidité aux banque.
Prenons le cas de la France avec une dette de 1300 milliards d'euros et un poste intérêts de la dette annuel de près de 47 milliards d'euro soit un taux moyen de 3.60 %.
En 2012, environ 100 milliards d'emprunts français arriveront à échéance et seront à nouveau réemprunté, faute de croissance et d'un budget excédentaire. Si on continue dans la logique actuelle, le taux sera proche de
3 % (selon tension sur taux oat à 10 ans qui pourrait évoluer à la hausse en 2012), soit près de 3 milliards annuel d?intérêts pour cette reconduction d'emprunt contre 1.5 milliards si l'on utilise la BCE pour le refinancement. En reproduisant ce schéma sur les 5 prochaines années (les budgets ne seront pas équilibrés probablement) ce sera ainsi près de 8 milliards de baisse d?intérêts de la dette qui seront réalisés annuellement en 2017. L'avantage de ce type d'intervention et de permettre à l'Etat de toucher un poste budgétaire qui ne joue pas sur le social et l'investissement. Mais attention à la cavalcade. Les états doivent s'engager en contre partie à consacrer cette économie au remboursement de leur dette.
a écrit le 30/10/2011 à 6:05 :
Ah, ce Trichet, quel homme, quel economiste ! Meme a la retraite, il a une longueur d'avance sut tout le monde(et quand je dis une, c'est pour ne pas froisser sa modestie). La crise ne serait pas terminee.Cest Roubini, Soros et tous les autres economistes qui vont erte surpris. Et dire que nous pensions tous qu'une croissance a deux chiffres etait pour la semaine prochaine
a écrit le 30/10/2011 à 5:28 :
La crise n'est pas terminée elle va vraiment commencer. Des millions de personnes vont se retrouver sur le carreau. L'Europe va connaître une misère comme jamais encore. Quand l'Italie avec des taux d'intérêts en hausse ne pourra plus rien rembourser l'Euro sera à l'agonie... et nous avec !
Réponse de le 30/10/2011 à 13:22 :
@Richard : C'est donc le début de la fin...ou la début d'un commencement ?
a écrit le 30/10/2011 à 2:53 :
"L´argent fait la force ! " Courage ! èmission de la monnaie !
a écrit le 29/10/2011 à 20:02 :
certainement le seul enarque pour lequel j'ai du respect; tres peu d'erreurs en depit des critiques de ses detracteurs ( qui lui auraient reproche le contraire s'il l'avait ft)......... bonne retraite l'ami, et merci du travail........ et en esperant que draghi fera pareil ( c'est un italien alors je me mefie...moi la rigueur italienne...)
a écrit le 29/10/2011 à 19:42 :
Partout la ou est passé Trichet ça se termine en banqueroute et par un appel aux contribuables : du Crédit Lyonnais a la BCE !
a écrit le 29/10/2011 à 19:24 :
Merci monsieur Trichet pour un tellement bon commentaire. Nous l'avions déjà deviné.
Certains économistes anglophones pronostiquent la fin de l'Euro pour la fin de l'année.
Et moi je pronostique toujours le départ de l'Allemagne de l'U-E en 2013 car ce pays se fatigue à supporter toutes nos conneries et les BRICS lui tendent les bras.
jean-Claude Meslin
a écrit le 29/10/2011 à 19:17 :
Les grecs n'ont qu'a demander aux Suisses puisqu'ils y auraient planqué plus de 200 Milliards d'Euros depuis le début de la crise.
Réponse de le 29/10/2011 à 19:37 :
C'est incroyable! Et ça n'intéresse personne?
Réponse de le 29/10/2011 à 20:11 :
L'information aurait été publié par le Journal Allemand BILD le 18 Octobre 2011
Réponse de le 30/10/2011 à 1:51 :
Il n'y a rien d'illégal a déposer son argent en suisse ou dans un autre pays, il n'y a donc pas de quoi jouer le effarouchés. Ce qui est illégal c'est de ne pas déclarer au fisc de son pays de résidence les revenus de ce capital, mais ceci n'est pas seulement un problème Grec, c'est le problème causé par les paradis fiscaux en général. On y travaille, doucement le matin, pas trop vite le soir. De temps en temps on achète un CD avec le nom de clients qui ne déclarent pas leur revenus du capital, ensuite cela se remet en attente. Maintenant si l'information vient du Bild Zeitung elle vaut ce qu'elle vaut. C'est un journal à raconter des conneries par excellence.
Réponse de le 30/10/2011 à 2:57 :
et ?
Réponse de le 30/10/2011 à 8:40 :
Je ne peux que confirmer les propos d'ARMINIUS sur l'ouverture de compte suisse, et les déclaration d?impôts !
Quand aux informations de BILD !!??!! qui peut savoir ?? mais entre la Suisse et Chypre, il y a gros a parier que les 200 Mds y sont !
Réponse de le 30/10/2011 à 8:49 :
C'est une bourse percée. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi ils mettent leur capital surtout d?entreprises à l'abri ou prêté ailleurs lorsque ils ont besoin eux mêmes et on plus c'est a nous de payer la note on leur effacer la dette?.
a écrit le 29/10/2011 à 16:59 :
Quelle découverte ! De toutes façons dans son architecture actuelle, la zone Euro n'est plus viable. Sa reconfiguration ou dislocation sont question de temps.
a écrit le 29/10/2011 à 16:48 :
Bon vent, vous ne manquerez personnes Mr Trichet.
Réponse de le 29/10/2011 à 17:14 :
Il ne faut pas rêver : on va le retrouver dans un superbe planque quelconque... Lagarde a bien un petit strapontin bien rémunéré à Washington.
a écrit le 29/10/2011 à 16:34 :
Rajoutons que Jean-Claude Trichet fait partie de cette caste politico-technocratique dirigeante qui a fait entrer les nations européennes dans l'ère post-démocratique . ....En s'inspirant de tels agissements , nul doute que les citoyens européens pourraient d'autant plus facilement etre conduits un jour a transgresser la loi démocratique si l'échec économique devait s'amplifier ........ . Trichet , Sarkozy Merkel , Barroso ....portent une lourde responsabilité d'avoir eu recours a de multiples reprises au déni démocratique dans le fonctionnement de l'EU ( depuis le traité de Lisbonne qui bafoua les référendums populaires sur la Constitution, jusqu'a la violation du Traité de Maastricht lorsque la BCE se décida d'acheter directement des dettes souveraines sur les marchés).
Cela s'appelle créer en germes les conditions d'un cygne noir politique ou fabriquer un aléa de vulnérabilité dans la construction européenne .
Réponse de le 29/10/2011 à 16:58 :
BLABLA...Et alors vous proposez quoi Freddy???
Faire voter c'est bien mais quand il ya le feu à la maison, vous avez le choix entre l'instincteur ou le 18.... les chefs d'etat européens incapables d'eteindre les incendies qu'ils ont eux memes allumé partout ont appelés les pompiers: la BCE
Je pense que devant l'ampleur Trichet n'a pas eu d'autres choix
a écrit le 29/10/2011 à 16:08 :
Tant qu'il y aura emprunt, il y aura dette! Et tout cela est virtualisé sans réalité, sans consistance, tout le monde est en dette avec intérêt et l'on paye les intérêts en s'endettant; sachant que l'on ne remboursera jamais le capital emprunté, donc il y a création monétaire ex-nihilo sans fin et dépréciation sans fin de la valeur monétaire!
a écrit le 29/10/2011 à 15:57 :
Trichet n'a pas bien joué ; désolé !.................................................

Un Président de la BCE qui a violé les traités européens (en procédant a des rachats de dettes souveraines directement sur les marchés financiers), qui n'a rien vu venir, ni de la crise des subprimes en 2008 ,ni de la crise de la dette souveraine européenne en 2011, qui laisse la zone-Euro dans l'état d'une "zombies-zone", ....., et certains voudraient encore accorder un quitus de bonne gestion a Mr Trichet ? Wim Duisenberg, son prédécesseur a la tete de la BCE, doit se retourner dans sa tombe en voyant a quoi ressemble l'héritage qu'il a laissé a Jean-Claude Trichet !
Réponse de le 29/10/2011 à 17:08 :
les subprimes sont une escroquerie montée par des americains, les CDS sont une creation d'une agence exclusivement américaine..... la crise de la dette souveraine est due à la mauvaise gestion des etats européeens qui font depuis 40 ans des budgets bases sur des croissances evaluees toujours au moins 1 point au dessus de la realité economique!!! Or des CDS et agences de notations encore americaines depend le taux appliques aux emprunts d'etats....la BCE n'est pas responsable de ce systeme
a écrit le 29/10/2011 à 15:35 :
ces commentaires de jacques sapir

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-87427237.html
a écrit le 29/10/2011 à 15:27 :
En fait elle n'est même pas vraiment commencée. Tant que le travail commencé, l'integration européenne, ne sera pas terminé l'Euro restera une vision passagère.
A shadow of a smile!
a écrit le 29/10/2011 à 14:44 :
Vous avez mis le doigt sur l'essentiel du problème, la couardise et l'irresponsabilité, voire la collusion des politiques avec leurs clientèles électorales. Mais la question est : Qui va s'attaquer de front aux privilèges, aux fraudeurs et pas que sociaux, ça c'est à faire mais c'est rien par rapport à la fraude fiscale, aux retraites incroyables des fonctionnaires et des dirigeants de gosses boîtes et de multinationales, qui va oser réduire les hauts salaires et les avantages en nature dans la fonction publique, qui va faire rembourser aux rentiers de l'immobilier (toutes classes sociales confondues) les sommes astronomiques qui manquent dans la caisse. En 25/30 ans, cela doit représenter quelque chose comme 300 à 350 milliards intérêts inclus à rapporter à une dette de 1.700 milliards. Qui va mettre fin aux paradis fiscaux intérieurs (les fameuse niches fiscales) et extérieurs (îles Anglo normandes, Monaco, Andorre, suisse, Luxembourg, Belgique, ...) Entre évasion légale et illégale et fraude fiscale caractérisée cela doit représenter quelque chose comme 50 à 70 milliards par an donc pas loin du déficit actuel. Et maintenant on nous dit qu'on va augmenter la TVA sur des produits courants et inventer une TVA sociale. Eh bien je dis mon cul, les français finiront par descendre dans la rue...
Réponse de le 30/10/2011 à 9:07 :
ok je descend aussi ,raz le bol de ces guignols les retraités ouvriers sont saignez à blanc.
Réponse de le 30/10/2011 à 9:38 :
Quel salaires ou retraites "incroyables" dans la fonction publique, quels avantages en nature ceux des infirmières, des profs, des policiers ?
On croirait entendre les mensonges les plus éhontés du candidat à la prochaine présidentielle.
Assez de ces inepties et de ceux qui les profèrent, il faut que tout ça dégage et vite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :