Le FESF veut émettre des obligations à court terme

 |   |  564  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le directeur financier du fonds de soutien à la zone euro, le FESF, a minimisé ce mardi le succès médiocre enregistré lundi et a indiqué à la presse qu'il travaillait à un projet d'émission de dette à plus court terme.

Christophe Frankel, directeur financier du FESF, a indiqué au Börsen Zeitung que l'emprunt lancé lundi, pour lequel la demande a à peine couvert les 3  milliards d'euros offerts, s'expliquait plutôt par un contexte de marché instable que par des risques de financement.

"En outre, les investisseurs sont dans l'incertitude en ce qui concerne le (futur rôle du) FESF. Pour cette raison, les ordres passés ont été plus faibles que d'habitude", a déclaré Christophe Frankel. L'opération, qui a dû offrir un rendement de 90 points de base plus élevé que lors des précédentes émissions, a été "solide", a ajouté le directeur financier en précisant que la demande en provenance d'Asie représentait 25% du total.

Lundi soir à Bruxelles, le patron du FESF, Klaus Regling, a lui aussi cité le contexte de marché "très difficile" et l'incertitude sur le profil du fonds comme explications au succès mitigé de l'opération. De même, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a estimé mardi que les responsables de la zone euro devaient clarifier le fonctionnement du FESF, en soulignant que les pays émergents, qui ont des liquidités à placer, ne savaient pas encore très clairement comment fonctionnait le FESF.

De ce fait, les grand pays émergents préfèrent passer par le FMI pour acheminer de l'aide à la zone euro, a expliqué Christine Lagarde, en visite de deux jours en Russie.

Depuis sa création en 2010, le profit du fonds a été modifié. En juin, il s'est vu doté de pouvoirs supplémentaires pour intervenir sur le marché primaire ainsi que des capacités de prêts plus importantes. En juillet, le taux des prêts du FESF a été abaissé et il a été habilité à intervenir sur les marchés secondaires. Désormais il est envisagé, que la capacité financière du FESF soit portée à 1.000 milliards d'euros.

Le prochain emprunt du FESF pourrait être d'une durée bien plus courte

"Nous voulons maintenant nous diversifier en matière de refinancement", a déclaré Christophe Frankel, évoquant des "papiers à court terme avec des échéances d'un an."

L'émission obligataire de lundi, déjà reportée la semaine dernière en raison de conditions de marchés difficiles, s'est faite pour le compte de l'Irlande.

Pour Dublin, le coût d'ensemble de l'émission de dix ans sera inférieur à 4%. Les changements apportés au FESF cet été signifient que l'Irlande ne se voit plus facturer une marge d'environ 2,8% sur ses prêts au FESF

"Il y a neuf mois, il nous était apparu que le coût moyen de notre financement serait de 5,83% pour sept ans et demi en moyenne", a commenté Jim Ryan, analyste chez Glas Securities à Dublin. "Si maintenant nous obtenons des fonds à dix ans à 2% de moins dans un contexte de risque accru, cela ne semble pas un mauvais accord pour moi. Il faut reconnaître qu'il y a une prime de sécurité sur les obligations allemandes actuellement. Pratiquement tous les autres émetteurs ont un écart, même les émetteurs AAA. Ce n'est pas surprenant que le FESF ait lui aussi un écart."

On peut néanmoins remarquer qu'en se finançant à court terme pour prêter à long terme, le FESF pourrait se mettre en péril quand à un éventuel retournement du marché s'il ne voulait plus lui prêter. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :