Hugo Chavez veut créer un fonds communautaire d'aide aux économies en crise

 |  | 346 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président vénézuélien Hugo Chavez a célébré vendredi la naissance de la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac) en présence de chefs d'Etat et de gouvernement de la région. Les 33 Etats membres de la nouvelle instance, qui ne comprend ni les Etats-Unis ni le Canada, ont l'intention de créer un fonds d'aide aux économies en crise et un organe chargé de veiller au respect des droits de l'homme.

Il s'agissait de la première grande sortie sur la scène internationale du président vénézuélien depuis qu'il a été opéré d'un cancer, en juin.

"Au fil des années, la Celac va faire oublier la vieille OEA (Organisation des Etats américains) usée", a assuré le chef de l'Etat, auquel ses pairs ont adressé de chaleureuses félicitations.

Parmi eux figuraient notamment la présidente brésilienne Dilma Rousseff, son homologue argentine Cristina Fernandez et le Cubain Raul Castro.

Entre autres projets, les 33 Etats membres de la nouvelle instance, qui ne comprend ni les Etats-Unis ni le Canada, ont l'intention de créer un fonds d'aide aux économies en crise et un organe chargé de veiller au respect des droits de l'homme. Pour ses détracteurs, la Celac n'est qu'un acronyme de plus dans la kyrielle des organisations sud-américaines.

Avec 600 millions d'habitants, elle représente un produit intérieur brut cumulé de 6.000 milliards de dollars, mais, pour de nombreux observateurs, elle exprime d'abord le désir d'émancipation de la région à l'égard de Washington.

"C'est l'arrêt de mort de la doctrine Monroe", s'est ainsi réjoui le président nicaraguayen Daniel Ortega, évoquant les principes diplomatiques adoptés au XIXe par les Etats-Unis, qui faisaient des Amériques leur sphère d'influence exclusive.

Les chefs d'Etat plus conservateurs auraient toutefois tempéré la déclaration finale de ce sommet de 48 heures, qui devait à l'origine coïncider avec le bicentenaire de l'indépendance du Venezuela. Il a été repoussé de six mois à la dernière minute pour permettre à Hugo Chavez de poursuivre sa convalescence à Cuba après son opération.

Le président vénézuélien, qui entend briguer un nouveau mandat en octobre, s'est exprimé longuement et avec beaucoup d'entrain. Il a même évoqué sa chimiothérapie sur le ton de la plaisanterie.

"Quelle calvitie est la plus élégante, celle Lula ou la mienne ?", a-t-il demandé, désignant l'ancien président brésilien Luis Inacio "Lula" da Silva, atteint lui-aussi d'un cancer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2011 à 2:34 :
Fond de soutien d'un coté, euro-serrage de vis de l'autre...
On sait déja qui vivra mieux
a écrit le 05/12/2011 à 1:10 :
On ne peut que saluer cette initiative sud americaine. Arretons d'opposer l'occident et les pays en developpement. il y a ceux qui ont de la volonte de faire des choses et ceux qui en ont pas et qui se plaignent tout le temps. ceux la existent dans les deux camps. mais il faut encourager les premiers.
a écrit le 04/12/2011 à 12:49 :
ca serait bien que le petrole de chavez serve a financer la retraite a 50 ans des francais...
Réponse de le 04/12/2011 à 14:58 :
@churchill; t'en fait une fixation, mais tu n'as pas répondu à ma question: qui bénéficie de la retraite à 50 ans aujourd'hui ? serais-tu jaloux de certains anciens qui avaient commencé à travailler à 14 ans, voire avant, pour partir "plus tôt" ?
a écrit le 04/12/2011 à 7:01 :
"chargé de veiller au respect des droits de l'homme" ! Venant de Chavez, cela ne manque pas de sel !
Réponse de le 04/12/2011 à 8:20 :
Il n'a pas pr?s?uquel...
Réponse de le 04/12/2011 à 21:48 :
QUE CONNAIS TU DES DROITS DE L'HOMME ,TOI QUI VIT EN EUROPE SUR LE DOS DE L'AFRIQUE ET DE L'AMERIQUE DU SUD ? ET QUE SAIS TU DU VENEZUELA ?? RIEN DE RIEN ,ALORS TAIS TOI ,J'Y VIT DEPUIS 27 ANS ,ET NOUS VIVONS AUJOUR D'HUI EN TOTALE LIBERTE !!
a écrit le 03/12/2011 à 13:48 :
Vous avez avec cette union le début de la fin de l'impérialisme américain. Le vol des matières premières de ce continent par les multi-nationales occidentales va devoir disparaître. Cela explique la pression imposée par les USA et leurs putains européennes sur l'Afrique et le Moyen-Orient. Nos "démocraties militarisées vont imposer leurs volontés par la violence en fomentant des divisions sur ces territoires. D'où l'origine du soi-disant printemps arabe, dont on n'a pas encore vu la fin et les conséquences. Si les BRICS et ceux qui vont les rejoindre (comme l'Allemagne) arrivent à initier une cohésion plausible, il en sera fini de la mafia USA-OTAN.
Dans une telle éventualité, les pragmatiques américains qui auront fait le nettoyage interne, largueront leurs cousins européens. Dans un tel contexte, l'Avenir de l'U-E
sans nos voisins germaniques (et d'autres) s'annonce très mauvais, d'autant plus qu'il y a chez nous un cumul de médiocrités gouvernantes qui s'amplifie de jour en jour...Jean-Claude Meslin indigné et écoeuré depuis 30 ans
Réponse de le 04/12/2011 à 16:24 :
entièrement d'accord,c'est vrai qu'ils vont faire de leurs pieds et de leurs mains pour provoquer comme depuis toujours dans le monde,la destabilisation à travers de faux arguments antisocialistes avalée par certains de nos compatriotes nés avec la cuillère en argent dans la main.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :