Belgique : sortir...ou ne pas sortir du nucléaire

 |   |  586  mots
La centrale nucléaire de Tihange, en Belgique. Copyright Reuters
La centrale nucléaire de Tihange, en Belgique. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Royaume est sensé sortir du nucléaire progressivement entre 2015 et 2025. Mais l'impréparation de la transition et l'intérêt financier de l'État fédéral pourraient bouleverser ce calendrier. Un enjeu considérable pour Electrabel, la filiale de GDF Suez qui gère l'ensemble du parc belge.

Sortira, sortira pas? Officiellement, les cheminées des trois plus anciennes centrales belges à Doel, dans le nord du pays, et Tihange, dans le sud, doivent cesser de fumer en 2015. Et celles des quatre autres au plus tard en 2025. Voilà pour la théorie. En pratique, rien n'est moins sûr que la Belgique arrive à cette échéance relativement brève à se passer d'une énergie qui couvre actuellement plus de la moitié de ses besoins en électricité et dont le seul substitut réel à ce jour est le gaz importé.

Retour en arrière. 2003, Ecolo, le parti écologiste francophone, est au gouvernement fédéral et parvient à faire adopter une loi planifiant la sortie du nucléaire. L'Allemagne est sur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2012 à 12:48 :
La question est très mal posée : la vraie question devrait être :Tripler ou ne pas tripler le prix de l'électricité ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :