Paris, quatrième ville la plus compétitive au monde

 |   |  510  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
La capitale française figure au pied du podium des villes les plus compétitives dans un classement réalisé par The Economist pour la banque Citigroup, juste derrière New-York, Londres et Singapour.

Paris, capitale des amoureux, de la mode et... des affaires. La ville s'est placée quatrième dans un classement des villes les plus compétitives du monde publié lundi, derrière New York, Londres et Singapour, et ex-aequo avec Hong Kong. Ce classement, commandé par la banque Citigroup et réalisé par une antenne de l'hebdomadaire The Economist, The Economist Intelligence Unit (EIU), note quelque 12 villes sur "leur capacité reconnue à attirer les capitaux, les entreprises, les talents et les touristes", a expliqué Citi dans un communiqué.

"Il est certain que le dynamisme économique est en progrès ailleurs, particulièrement dans les villes asiatiques, mais les villes américaines et européennes ont des atouts historiques qui leur donnent un solide avantage concurrentiel", a souligné le directeur des prévisions européennes, Leo Abruzzese, cité dans le communiqué. Derrière Paris et Hong Kong, le top 10 des villes les plus compétitives du monde comprend Tokyo, Zurich, Washington, Chicago et Boston.

Onze villes européennes dans le top 30

Au total onze villes européennes se classent dans le top 30: Francfort (11e), Genève (13e ex-aequo), Amsterdam (17e), Stockholm (20e ex-aequo), Copenhague (23e ex-aequo), Vienne (25e ex-aequo), Dublin (27e) et Madrid (28e). Dix villes américaines sont dans le top 30, notamment San Francisco (13e ex-aequo), Los Angeles (19e), Houston (23e ex-aequo), Dallas (25e ex-aequo), Seattle (29e) et Philadelphie (30e).

Le rapport a noté 120 villes, qui représentent ensemble quelque 29% de l'économie mondiale, avec un produit intérieur brut mondial de quelque 20.200 milliards de dollars. Quinze des 20 villes considérées comme faisant preuve du plus de "force économique" se trouvent en Asie: douze villes chinoises, dont notamment Tianjin, Shenzhen et Dalian en tête de liste, avec également Singapour, Bangalore (Inde), Ahmedabad (Inde) et Hanoi.

"Mentalité d'entrepreneur" des habitants

De leur côté, les villes du monde développé se distinguent par leur capacité à "développer et attirer les plus grands talents", grâce, selon le rapport, à la qualité de l'enseignement et à la "mentalité d'entrepreneur" de leurs habitants, ainsi qu'à la richesse culturelle et à la qualité de vie en général. "J'ai toujours pensé que le talent attirait les capitaux de façon plus efficace et régulière que les capitaux n'attirent les talents", a fait valoir le maire de New York Michael Bloomberg, cité dans le rapport.

La première ville latino-américaine du classement global est Buenos Aires, à la 60e place, devant notamment Sao Paolo (62e) et Santiago (68e). L'Afrique du Sud truste les premières places accordées au continent africain, avec Johannesburg (67e), Le Cap (73e) et Durban (94e), devant Le Caire (113e), Nairobi (115e), Alexandrie (116e) et Lagos (119e). Au Moyen-Orient, Dubaï est la mieux classée (40e), devant Abu Dhabi (41e), Doha (47e), Tel Aviv (59e), Koweït (80e) ou encore Mascate (86e), tandis que Beyrouth se classe 117e, et Téhéran 120e.

L'intégralité du rapport, y compris les détails sur la méthodologie et les critères utilisés, est disponible sur le site www.citiforcities.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2012 à 17:39 :
Le titre de l'article n'est pas bon car il ne s'agit pas de compétitivité mais dattractivité ce qui est bien différent. De plus on parle de Paris mais on ne sait pas si c'est Paris où le grand Paris.
a écrit le 12/03/2012 à 16:55 :
Il doit y avoir eu du gaz dans l'eau du journal "The economist", car à regarder toutes les expatriations, les délocalisations, les déficits abyssaux des comptes publics et de la balance commerciale sans oublier le taux de 75% prôné par le sieur Hollande sur la tranche marginale supérieure à 1 millions auquel on ajoutera la csg de 8 ou 13% arrivant à 88%, oui Paris est tellement compétitive qu'il faudrait peut être monter le taux à 80% pour que Paris ait la première place !
a écrit le 12/03/2012 à 16:13 :
Foréement car il n'y a à Paris que des artisans et des cadres. Les ouvriers sont en banlieu!
a écrit le 12/03/2012 à 15:36 :
A écouter les "experts", la France donne tellement de signes de compétitivité que c'est à se demander s'il y a véritablement des chômeurs ou de la dette publique ! Les cohortes de riches et de jeunes diplômés qui fuient la France sont d'ailleurs une pure invention ; au contraire, ils y viennent en file compacte, comme on peut le constater tous les jours aux frontières.
Réponse de le 12/03/2012 à 16:14 :
C'est ironique j'espère ? La fuite des diplômés français vers d'autres pays qui leurs offrent un salaire bien plus élevé n'est pas une illusion, c'est du réel !! Quand aux arrivant que l'on voit aux frontières, ça m'étonnerai qu'on y croise beaucoup d'ingénieurs...
Réponse de le 13/03/2012 à 0:28 :
évidemment c'est ironique à moins d'être aveugle où en campagne électorale
a écrit le 12/03/2012 à 13:41 :
"leur capacité reconnue à attirer les capitaux, les entreprises, les talents et les touristes"
Donc Paris ne doit cette place presque qu'au Tourisme...
Réponse de le 12/03/2012 à 14:07 :
J'incline à penser que ce sont surtout les "modeux" et les touristes qui maintiennent Paris au pied du podium car les trois premières places consacrent surtout les places financières anglo-saxonnes.
Réponse de le 12/03/2012 à 15:23 :
Et c'est déjà bien, il faut maintenant que Paris attire les talents et les capitaux autant que ses concurrentes.
Réponse de le 12/03/2012 à 15:47 :
Oui, la mode et le tourisme, c'est aussi un modèle de développement...Je ne vois pas pourquoi ça serait moins noble que l'économie 'Facebook" qui repose tout autant sur du vent!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :