La création d'une banque d'investissement au cœur du 4e sommet des Brics

 |   |  506  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le quatrième sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) s'est ouvert ce jeudi. Objet central de cette réunion des dirigeants des pays émergents : la création d'une banque d'investissement visant à renforcer leurs relations.

Les dirigeants des cinq pays émergents réunis au sein du groupe des Brics discutaient ce jeudi à New Delhi de la création d'une banque de développement, lors de leur quatrième sommet visant à transformer leur force économique croissante en influence diplomatique. La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, le russe Dmitri Medvedev, le chinois Hu Jintao, le Sud-Africain Jacob Zuma, ainsi que le Premier ministre indien, Manmohan Singh, ont ouvert le sommet par des échanges de poignées de main avant de s'entretenir dans un hôtel de la capitale fédérale.

Création d'une banque d'investissement

Thème central de leur rencontre, la création d'une banque d'investissement pour financer des projets d'infrastructure et de développement, une idée déjà débattue sous le nom de "South-South Bank" ou "Brics Bank", viserait à renforcer leurs relations. "Ce serait un outil financier très puissant pour améliorer les possibilités commerciales et peut-être une étape majeure pour soutenir l'Union européenne dans ses efforts pour surmonter la crise financière", a souligné mercredi le ministre brésilien du Commerce, Fernando Pimentel. Avant l'ouverture du sommet, les ministres du Commerce des Brics ont insisté sur la nécessité de renforcer leurs échanges au sein du bloc, y voyant un antidote aux problèmes économiques en Europe.

Des échanges commerciaux en pleine croissance malgré le recul de la demande européenne

Même si leurs échanges commerciaux sont en pleine expansion, le ministre indien du Commerce, Anand Sharma, a estimé qu'ils étaient encore loin de ce que l'on pouvait espérer d'un groupe réunissant 40% de la population mondiale. "Il y a un large potentiel de croissance inexploité pour le commerce entre pays des Brics et pour l'investissement (...) qui faciliterait la croissance économique à un moment où l'économie mondiale est frappée d'incertitude", a-t-il déclaré. "Il y a eu un recul de la demande sur les marchés européens. Malgré cela, nous avons continué à enregistrer un fort niveau de croissance", a-t-il ajouté. Les échanges commerciaux des Brics ont bondi l'an dernier de 28% pour atteindre 230 milliards de dollars.

Prendre leur place sur le terrain diplomatique

Mais le bloc des Brics cherche aussi à transformer sa force économique croissante en influence diplomatique, en dépit des profils et des intérêts différents des cinq pays, ce qui se traduit par des interrogations sur leur unité possible face à des questions internationales de premier plan. "Le concept des Brics représente, par dessus tout, le désir de ses membres d'apporter de la diversité à l'ordre mondial", résumait dans un récent éditorial Brahma Chellaney, du Centre de recherche politique de Delhi. "Mais l'incertitude plane sur une évolution vers un club cohérent avec des objectifs définis et des mécanismes institutionnels", relevait-il. Le sommet s'achèvera par "une déclaration de Delhi" résumant leurs vues et qui pourrait inclure une déclaration sur le conflit en Syrie, la crise iranienne ou les problèmes de la dette en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :