Les entrepreneurs chinois de plus en plus inquiets

 |   |  436  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Si une majorité d'entrepreneurs chinois (51%) se montrent "très confiants" pour les prochains mois, ils étaient toutefois 72% un an auparavant à avoir un tel avis, selon une étude du cabinet PwC. Les perspectives de l'économie mondiale et la nécessité de se tourner vers leur marché local alimentent leurs inquiétudes.

En Chine, les dirigeants d'entreprises commencent à s'interroger. Certes, ils restent encore majoritairement "très confiants" pour les prochains mois sur la croissance de leur activité - à 51% -, mais ils étaient 72% un an auparavant à partager cette opinion, selon l'enquête menée par le cabinet PwC auprès de 160 chefs d'entreprises opérant en Chine et à Hong Kong, diffusée jeudi.

Comme l'ensemble des entrepreneurs à travers la planète ("très confiants" à 40% contre 48% en 2011), ils s'inquiètent des conséquences d'un ralentissement de la croissance de l'économie mondiale, en se montrant plus pessimistes (56%) que l'ensemble (48 %). Ils redoutent notamment "la volatilité" de cette croissance mondiale, la hausse de l'inflation et la montée de "toutes les mesures protectionnistes".

Confiance dans les pays émergents

Mais cette perception moindre est également le signe d'une transformation lente mais réelle de la structure de l'économie de l'ex-Empire du milieu, caractérisée par "la croissance de la consommation chinoise, soutenue par les programmes gouvernementaux et des liens économiques et commerciaux très forts entre l'ensemble de pays émergents", commente Hélène Rives, avocate associée, responsable du China Business Group de PwC France. De fait, les entrepreneurs chinois sont 67 % à se montrer "très confiants" pour leur activité dans l'ensemble des marchés émergents, mais c'est surtout le marché intérieur qui focalise les attentions.

Depuis la crise financière et économique de 2008, la Chine est instruite du danger d'être trop dépendante de l'investissement public et des exportations. Comme l'ont acté les dirigeants de la deuxième puissance économique du monde, dont les objectifs ont été formellement fixés dans le XIIe plan quinquennal, "il reste beaucoup à faire en termes de protection sociale, d'éducation, pour développer le niveau de consommation des habitants", souligne Hélène Rives.

"Designed in China"

L'un des axes de cette transformation réside dans l'innovation, passer du "Made in China" au "Designed in China". Ainsi, 87% des chefs d'entreprise chinois veulent se renforcer dans la recherche et développement (R&D), et 38% s'apprêtent à lancer de nouveaux produits, avec cette gageure par rapport aux entreprises occidentales de répondre à une demande qui prennent en compte les spécificités de la riche culture d'une société de quelque 1,3 milliard de clients potentiels.

Mais pour cela, les entreprises doivent résoudre le problème de recrutement de nouveaux talents, qui préoccupe 59% des entrepreneurs chinois. En effet, seul un tiers d'entre eux"sont très confiants dans le fait qu'ils disposeront des talents nécessaires pour mettre en ?uvre leur stratégie dans les trois prochaines années", indique l'étude.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :