En 2012, le nombre de chômeurs devrait atteindre 202 millions

 |   |  674  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Organisation internationale du travail (OIT) prévoit quelque 202 millions de chômeurs dans le monde en 2012, soit 6 millions de plus que l'année précédente. En cause : un accès au crédit trop difficile et la multiplication de politiques d'austérité qui tuent la croissance.

Les politiques d'austérité assombrissent les perspectives de l'emploi dans le monde et quelque 202 millions de personnes seront au chômage cette année, 6 millions de plus que l'an passé, selon le rapport sur le travail dans le monde 2012 de l'Organisation internationale du travail (OIT) publié ce lundi à Genève.

"Notre chiffre estimé provisoire pour l'année 2011 est que le chômage total serait de 196 millions, et nous passerions en 2012 à 202 millions, une augmentation de 6 millions, et en 2013 à 207 millions, une augmentation de 5 million supplémentaires", a déclaré le Directeur de l'Institut international d'études sociales de l'OIT, Raymond Torres, lors d'une conférence de presse."Ceci voudrait dire qu'on aboutirait à un taux de chômage d'environ 6,1% en 2012", a-t-il souligné. Cela pose d'autant plus problème, pour l'OIT, qu'environ 50 millions d'emplois font toujours défaut par rapport à la situation qui prévalait avant la crise de 2008.

Croissance insuffisante alors que plus de 80 millions de personnes devraient arriver sur le marché du travail 

Pour l'organisation basée à Genève, il est peu probable que l'économie mondiale croisse à un rythme suffisant ces deux prochaines années pour, simultanément, combler le déficit d'emplois actuel et fournir du travail à plus de 80 millions de personnes qui devraient arriver sur le marché du travail au cours de la même période. Les tendances sont particulièrement préoccupantes en Europe, où le taux de chômage a augmenté dans près de deux-tiers des pays depuis 2010, selon le rapport de l'OIT. Par ailleurs, soulignent les experts, la reprise du marché du travail est aussi "au point mort" dans d'autres économies avancées, comme le Japon et les Etats-Unis.

Ailleurs, les offres d'emplois ne sont pas à la hauteur des besoins d'une population en âge de travailler de plus en plus nombreuse et qualifiée, comme en Chine. Les déficits d'emplois demeurent critiques dans l'essentiel du monde arabe et de l'Afrique, selon l'OIT. Selon le rapport, cet assombrissement des perspectives de l'emploi se traduit par une augmentation des risques de troubles sociaux, notamment en Europe, Moyen-Orient, Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. L'Amérique latine, où l'OIT constate un certain redressement de l'emploi, a en revanche vu son risque de troubles sociaux reculer.

L'accès au crédit et les politiques d'austérité pointées du doigt

Pour l'OIT, les difficultés d'accès au crédit, notamment pour les PME dans les économies avancées, et les mesures d'austérité mises en place pour "apaiser les marchés financiers" sont à l'origine de cette dégradation de la situation de l'emploi.

"L'austérité n'a pas produit plus de croissance économique", a souligné Raymond Torres, critiquant des politiques d'austérité "contre-productives" ayant conduit à une faible croissance économique et à des destructions d'emploi sans pour autant avoir réduit de façon majeure les déficits budgétaires. "Par exemple, en Espagne, le déficit a été réduit d'un peu plus de 9% du PIB en 2010 à 8,5% du PIB en 2011: une très petite réduction après un programme d'austérité drastique", a fait valoir le directeur de l'institution. Pour l'OIT, "le piège de l'austérité est en train de se refermer".

Pour des politiques de relance

L'OIT encourage donc les gouvernements à mettre en place des stratégie de relance de la demande intérieure et se félicite que dans certains pays, comme en Inde, en Amérique latine, en Afrique du Sud ou plus récemment en Chine, les salaires semblent augmenter progressivement pour rattraper la productivité.

Concernant l'Union européenne, Raymond Torres recommande aux autorités de repenser l'action de la Banque européenne d'investissement, afin qu'elle facilite des prêts pour relancer la croissance. L'expert pointe aussi la nécessité de revoir les objectifs des Fonds structurels européens afin q'ils permettent de soutenir l'emploi, au lieu de développer les zones rurales comme ils l'ont fait jusqu'à présent. Enfin, l'OIT est favorable à la mise sur pied d'une véritable politique d'emploi qui serait financée par un nouvel instrument financier au niveau européen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2012 à 20:19 :
@ patrick b, à la réponse sur le commentaire de ernest antoine, vous avez raison mieux vaut manquer que d'avoir tout ce qu'on veut logique irréprochable d'ernest antoine, digne d'un nantis qui doit avoir dans ses rêves les plus fou, goûter à du champagne et du caviar ou à des langouste, l'idiot par excellence.
a écrit le 01/05/2012 à 11:57 :
L'endettement au delà de ses moyens voilà ce qui devrait être interdit par l'inscription dans le marbre de toute constitution. Le plus drôle c'est une proposition de notre Europe libérale. L'application stricte de cette loi serait un début de mise au pas de nos les banquiers et aboutirait à une meilleure répartition du résultat du travail la dette possible étant proportionnelle aux revenus.
a écrit le 01/05/2012 à 10:30 :
202 Millions de chômeurs dans le Monde, à rapprocher des 1.3 Milliards d'individus vivant sous le seuil de pauvreté. La vérité c'est que nous sommes arrivés au bout d'un système qui ne crée que de la misère. La cause est toujours la même, l'accaparement de la richesse par un petit nombre et qui en dispose selon son bon plaisir. $arkozy de Nagy Bocsa ou Hollande, ça ne changera pas grand-chose, c'est le système qu'il faut remplacer. Le risque, les communistes ou les faschistes. Ca commence souvent par ces derniers.
a écrit le 30/04/2012 à 18:58 :
@ ernest antoine vous nous mettez tous dans le même sac, on aimerais être fatigué de sa journée de travail au lieu de ne rien faire car si on as pas le permis, qu'on est au RSA le permis ça coûtent chère les journées sont longues quand on ne travaille pas et ce que je désire le plus c'est de finir ma carrière dans un travail que dans le chômage.
a écrit le 30/04/2012 à 15:23 :
202 millions de chomeurs dans le monde la gauche va dire c'est la faute de Sarkozy;Tellement facile !
Réponse de le 30/04/2012 à 16:00 :
Et la droite dira c'est la faute à hollande et aux 35h. Ah les 35 heures sources de tout nos maux, le mal francais. Bon et au R.U. par ex. ils font pas 35h nos vaillants neoliberaux. ah mais eux c'est pas pareil nous repondra la droite....
La gauche fera t'elle mieux que la droite non. bien sur.
Les politiques n'ont plus aucun controle sur l'economie. On a laisse l'economie aux "marches" Ceux qui se frottent les mains c'est les financiers. Le chomage pour eux c'est pain beni. Les salariés ne revendiquent plus, tellement la peur de perdre son boulot est grande. La preuve les dernières grèves sont uniquement defensives; Je sais plus quel illustre personnage disait : un chomage eleve vaut toutes les compagnies de crs. Et il avait raison.
a écrit le 30/04/2012 à 13:30 :
Heureusement que les multinationales comme Apple créé de l'emploi.... sinon...donc reprenons les multinationales créée de l'emploi donc elles ont le droit de ne pas payer d'impôts, ni de charges sociales, ni rien du tout, dans peu de temps elles diront que par ce qu'elles créent des emplois elles ont le droit de ne pas payer de salaires ni de salaires minimum que les employés s'endettent auprès des banques pour consommer les produits qu'elles fabriquent et qu'elles vendent, et que les Etats viennent à la rescousse des banques qui n'auront que des créances impayées ou pourries s'ils peuvent par ce que les Etats en question plus personne ne leur prêtera un radis.
a écrit le 30/04/2012 à 10:57 :
Le chomage qui augmente dans le monde ? Ca c'est la faute du bilan sarkozy surement :) !! Tout comme le rechauffement climatique et les resultats du psg !!
Réponse de le 30/04/2012 à 14:14 :
Sarkosy, lui, enfonce le clou en France !
Réponse de le 30/04/2012 à 17:21 :
A ba voila je savais bien qu'il serait responsable de quelque chose, je vous rassure si quelque chose ne fonctionne pas pendant les 5 prochaines annees ca sera aussi de la faute de sarko hollande n'aura rien a se reprocher !!
Réponse de le 30/04/2012 à 21:23 :
@lol: la mouise dans laquelle nous sommes est le résultat des décisions, non pas de mon charcutier ou de mon boulanger, mais des politiques...dont Sarko ne peut s'exonérer, bien qu'il n'arrête pas de répéter que c'est la faute à la crise.
a écrit le 30/04/2012 à 8:28 :
En cause surtout les délocalisations qui tuent l'industrie européenne entre autres.
Réponse de le 30/04/2012 à 13:06 :
si les gens étaient un peu plus courageux au travail il y aurait moins de chomage
Réponse de le 30/04/2012 à 21:20 :
@ernest antoine: faut quand même en tenir une sacrée couche pour croire que généralement les gens se complaisent dans la pauvreté !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :