La facture énergétique plombe la balance commerciale japonaise

Malgré une hausse des exportations, les comptes du commerce extérieur japonais restent dans le rouge en mai. Plus d'un an après la catastrophe de Fukushima, l'archipel dépend toujours fortement de ses partenaires en matière d'énergie. Le volume de ses importations a grimpé de 9,3% sur un an. La crise européenne pèse également sur son commerce extérieur.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le Japon accuse un déficit commercial de 907,3 milliards de yens (9,07 milliards d'euros) en mai. Depuis sept mois, les comptes du commerce extérieur du pays n'a enregistré de bénéfices qu'au mois de février. Ce nouveau chiffre s'inscrit largement en dessous des prévisions: les économistes interrogés par Reuters avaient en effet prévu un déficit de 561,1 milliards de yens. Il est même pire que le niveau précédent le séisme et le tsunami de mars 2011.

En mai, les importations ont grimpé de 9,3% sur un an, à 6.142 milliards de yens (61,5 milliards d'euros). Après la catastrophe de Fukushima, le pays est fortement dépendant de ses partenaires commerciaux pour l'énergie, puisque ses réacteurs nucléaires étaient tous à l'arrêt. Deux d'entre eux ont été relancé en juin. Il souffre notamment du prix élevé du pétrole, et augmenté le volume de ses achats en gaz.

Aussi la hausse des exportations, soutenue par une demande solide en provenance des Etats-Unis ne parvient pas à limiter la casse. Elles ont bondi de 10% en mai par rapport au même mois de l'an dernier, alors que les économistes attendaient en moyenne une hausse de 9,3% après celle de 7,9% enregistrée en avril. Le secteur automobile a notamment bénéficié d'une hausse des exportations. Mais le renchérissement du yen, causé en partie par la crise de la dette en Europe, réduit la compétitivité des produits nippons à l'étranger.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 20/06/2012 à 14:30
Signaler
Et oui, en France le déficit de notre balance commerciale est pratiquement égal au coût de nos importations de produits pétroliers. Ce sera bien pire si nous remplaçons demain nos centrales nucléaires par des éoliennes et des panneaux solaires puisqu...

le 09/08/2012 à 18:47
Signaler
Vu l'ampleur du parc nucléaire en France, ce n'est pas pour demain. Et la France, pays de tourisme et d'exportation agricole, sanctuarisera ses deux poules aux oeufs d'or (indélocalisables) en leur épargnant un "effet Fukushima" désastreux.

à écrit le 20/06/2012 à 13:09
Signaler
Le yen est outrageusement sous évalué. Le déficit commercial est considéré comme une créance d'autant dont le pays dispose à l'égard des ses fournisseurs. Les taux bas japonais permettent de créer ce matelas qui constitue en fait une garantie de vent...

le 20/06/2012 à 13:51
Signaler
Au lieu de rompre des lances avec tout le monde (dollar, yuan, yen,...) baissons nos prix, et donc nos salaires s'il le faut ! On ne peut pas dire que c'est impossible : C'est exactement ce qu'à fait l?Allemagne ces dix dernières années !

le 20/06/2012 à 14:22
Signaler
Je suggère que vous commenciez par baisser spontanément le votre. Si vous lui proposez je suis certains que votre patron va l'accepter sans problème! Ce sera autant de gagné pour la compétitivité.

le 20/06/2012 à 15:19
Signaler
Yen sous-évalué... si ma mémoire est bonne, la parité EUR/JPY tournait autour de 1/145 - 1/150 en 2007. Lors de mon dernier voyage au Japon (03/2012), c'était plus de l'ordre de 1/105 -1/110, je vous promets que la consultation de vos comptes en ban...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.