Les investissements directs étrangers chutent en Chine

Au premier semestre, les investissements directs étrangers ont reculé de 3% en Chine. Le mois de juin accuse une chute de 6,9% sur un an. De nouveaux indicateurs en berne après l'annonce du ralentissement de la croissance à 7,6%, au plus bas depuis trois ans.
Wen Jiabao, premier ministre chinois Copyright Reuters
Wen Jiabao, premier ministre chinois Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Rien ne va plus en Chine, où les indicateurs ne cessent de virer au rouge. Les investissements directs étrangers (IDE) en Chine ont diminué de 3% au premier semestre 2012 dans un contexte de ralentissement de l'économie mondiale, a rapporté mardi le ministère chinois du Commerce. Les sociétés étrangères ont investi 59,1 milliards de dollars dans des implantations en Chine, contre 60,89 milliards entre janvier et juin 2011, a précisé le porte-parole du ministère, Shen Danyang.

"Le rythme de la reprise économique mondiale est resté lent, et beaucoup d'incertitudes persistent. La crise de la dette en Europe doit notamment encore être résolue", a déclaré Shen Danyang lors d'une conférence de presse. Les coûts de production de plus en plus élevés en Chine et les mesures contre la spéculation sur le marché immobilier chinois ont également contribué à la baisse des IDE au premier semestre, a-t-il ajouté.

Chute de 6,9% sur un an au mois de juin

Pour le seul mois de juin, les IDE en Chine ont chuté de 6,9% sur un an pour tomber à 12 milliards de dollars, malgré un léger rebond des investissements en provenance d'Europe. Durant les six premiers mois de l'année, les pays de l'Union européenne ont investi pour 3,52 milliards de dollars en Chine, soit une hausse de 1,6% par rapport à la même période de 2011, alors que sur les cinq premiers mois, leurs investissements avaient enregistré une baisse de 5,1%.

Les investissements en provenance de dix pays et territoires asiatiques (Japon, Hong Kong, Taïwan, Macao...) dont émanent l'essentiel des IDE en Chine ont pour leur part enregistré une baisse de 2,8% au premier semestre, à 51,07 milliards de USD, tandis que l'investissement en provenance des Etats-Unis s'est tassé de 3,2% à 1,63 milliard de dollars.

Bientôt de nouvelles mesures de soutien ?

Par ailleurs, le gouvernement chinois pourrait tenir dès mercredi sa réunion économique de mi-année pour présenter un programme destiné à stabiliser la deuxième économie mondiale, écrit lundi le China Securities Journal. Selon le CSJ, les autorités de Pékin s'apprêteraient à dévoiler une série de mesures de soutien à la croissance. Le Conseil d'Etat, ou conseil des ministres, se réunit généralement une ou deux semaines après la publication des données économiques du premier semestre. Or, la Chine a publié vendredi une série de statistiques économiques dont l'évolution du produit intérieur brut (PIB) qui avec un taux de croissance de 7,6% affichait un plus bas depuis trois ans.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 17/07/2012 à 22:39
Signaler
Chose amusante, que cet article ne relate pas, c'est que les investissements en provenance de 3 pays d'Europe sont en hause sur le dernier trimestre: la Suisse, mais aussi la Hollande et notre voisin allemand investissent davantage en Chine. Et la mè...

à écrit le 17/07/2012 à 16:22
Signaler
"rien ne va plus en chine" Les critiques en constante augmentation à l'encontre de la chine et de son économie, émanant de spécialistes et journalistes français, sont surprenantes. D'abord par ce qu'elles oublient très souvent de relativiser les chif...

à écrit le 17/07/2012 à 16:04
Signaler
La Chine a fait l'erreur de ne pas interdir la spéculation immobilière organisée par la hot money. Il lui fallait faciliter plus fortement l'obtention de prêts aux ménages moyens, ce qu'elle fait maintenant avec un retard de 4 ans. Les IDE sont deven...

à écrit le 17/07/2012 à 14:07
Signaler
La Chine, ainsi que la France attirent moins d'investissements étrangers en temps de crise et donc de défiance à l'égard de la mondialisation. Notre classement en termes de compétitivité n'est pas glorieux puisque nous sommes classés 29ème pays dan...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.