100 milliards d'euros : ce que devrait coûter l'accident de Fukushima

 |   |  159  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le coût total engendré par la catastrophe nucléaire de Fukushima pourrait doubler, a prévenu le producteur d'éléctricité Tepco ce mercredi.

La note s'alourdit pour le Japon. Le coût total lié à la catastrophe nucléaire qui s'est produite après le tsunami du 11 mars 2011 dans la centrale de Fukushima devrait être deux fois plus important que prévu. La direction de Tokyo Electric Power, le producteur d'énergie qui gère la centrale, a en effet indiqué ce mercredi qu'il prévoyait des coûts de 10.000 milliards de yens (soit près de 100 milliards d'euros) au lieu des 5.000 préalablement calculés. Ce montant comprend les dédommagements aux victimes et la décontamination des sites qui avaient été touchés par les fuites nucléaires.

En raison des graves difficultés financières engendrées par la catastrophe pour Tepco, l'Etat nippon a mis la main à la poche, grimpant au capital de la compagnie, ce qui a débouché sur une nationalisation de fait. Face à ces nouveaux besoins identifiés, le Tokyo risque d'être à nouveau sollicitée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2012 à 21:53 :
Selon des sources officielles du Japon, la facture des dégâts issus de la triple catastrophe du 11 mars s'élèverait en réalité à 23 billions.
Réponse de le 17/12/2012 à 11:13 :
En fait, le gouvernement a officiellement planifié 23 "trillions" de yens pour la reconstruction, soit 23 000 milliards et non 23 !

http://japandailypress.com/government-audit-reveals-disaster-recovery-budget-applied-to-unrelated-projects-3117593
a écrit le 07/11/2012 à 21:09 :
Pour faire suite au commentaire de Georges:
La japon produisant avant la catastrophe environ 300Twh / an en nuke
Donc, ça fait 300 millions de Mwh
Sur 30 ans (on considère que la prochaine pétera dans 30 ans...) ça fait 9 milliars de Mwh

Donc le cout de la catastrophe rapporté au Mwh est de 11?, 1.1ct / Kwh

Conclusion:
Financièrement c'est beaucoup moins cher de péter une centrale de temps en temps que de mettre des éoliennes ou des panneaux solaires...
Réponse de le 07/11/2012 à 22:19 :
Y'a juste un hic dans votre calcul: l'accident de Fukushima a connu un déroulement hyper favorable: 90% de la radioactivité est partie en mer (rien à foutre des poissons !) . Si le vent avait soufflé vers Tokyo c'est par 10, 100 ou 1000 qu'il faudrait multiplier l'addition. C'est exactement pour cette raison que l'Allemagne et finalement le Japon vont sortir du nucléaire. Quant à la France, nos brillants Apparatchiks du Corps des Mines on réussi le tour de magie de faire croire à toute la classe politique et la population que rien ne peut nous arriver, un peu comme en 39 avec la Ligne Maginot....
Réponse de le 08/11/2012 à 12:53 :
Coût de la catastrophe de Tchernobyl (Documentation française, Etats biellorusse et ukrainien): 500 milliards de $. Au fond, tout dépend du sens du vent et de la proximité des terres. Comme au temps de la marine à voile... Les nations peuplées, industrielles et prévoyantes abandonnent le nucléaire.
Réponse de le 12/11/2012 à 13:28 :
Mais pas toutes comme l'Ukraine qui continue... malgré Tchernobyl. Ceux qui abandonnent sont avant tous ceux qui disposent de moyens de substitution. Tokyo est trop loin pour que l'impact soit très important. Concernant les poissons, l'interdiction de la pêche aux abords de la centrale sera bien plus bénéfique que d?éventuels effets de la radioactivité.
a écrit le 07/11/2012 à 15:27 :
oui en effet, j'ai failli éclater de rire en lisant ces 100 milliards du titre ;) Electric Power a sans doute sauté une ligne et confondu avec la facture des boites d'aspirines commandées par la direction de Tepco.
a écrit le 07/11/2012 à 13:46 :
Si on se réfère aux sous-estimations systématiques d'EDF en France pour le cout de construction, le démantellement et de stockage des déchet nucléaire je ne vois pas pourquoi Tepco n'aurait pas la même stratégie d'une entreprise monopolistique qui décide par elle même combien lui coute ses agissements. Ca veut dire qu'il faudrait plutôt doubler ou tripler l'estimation de Tepco; d'ailleurs dans la rapport de le cour des comptes de janvier 2012 l'irsn estime que le cout de la catastrophe de Fukushima se situera entre 100 et 500 milliards d'euros. C'est là qu'on découvre l'échec retentissant de la filière nucléaire: un gouffre économique dès qu'on doit assurer et assumer le prix d'un accident.
Réponse de le 07/11/2012 à 16:47 :
Ce que vous écrivez est tout simplement faux, malgré l'énormité des coûts, ceux-ci restent marginaux une fois rapportés au kWh
Réponse de le 07/11/2012 à 19:35 :
Oui des coûts d'accident tellement négligeables qu'aucune entreprise d'assurance n'accepte d'assurer le nucléaire. Allez donc donner votre petite leçon d'économie aux Japonais je suis sur qu'ils apprécieront le côté "marginal" de la dépense !
Réponse de le 08/11/2012 à 7:23 :
C'est pourtant assez simple à comprendre. Pour une société d'assurance, ce risque correspond à un coût unique trop important. Aussi, comme tout autre risque industriel majeur elle refusera de l'assurer. Divisé par le nombre de kWh, ce coût gigantesque devient par contre marginal.
a écrit le 07/11/2012 à 12:21 :
Et le cout pour la planete?
a écrit le 07/11/2012 à 10:52 :
Le mercantilisme que nous, les ultra riches, avons érigé en "modèle", parce qu'il nous a permis de justifier au nom du libre commerce mondial, notre main mise croissante sur la richesse produite, connait une évolution étonnante au Japon. Ceci est annonciateur de ce qui va se produire dans les deux autres pays à modèle économique très exportateur (ce modèle qui étrangement fascine le monde) : la Chine et l'Allemagne. Depuis plus de 20 ans, le Japon connaît une langueur dépressive et un endettement endémique. Tout a été tenté pour briser ce cercle vicieux (tout ce qui était du domaine de l'orthodoxie économique bien entendu). Le développement du commerce mondial, sous tendu par une croissance payée à crédit, a permis au Japon peu ou prou, de surnager mais l'heure de vérité approche. Il faudrait être le dernier des imbéciles pour imaginer que la compétitivité et le mercantilisme sont un "modèle" universel de développement pour les Nations : pour pouvoir exporter massivement et créer des excédents, il faut des clients. Si tous les pays développés et émergents veulent des excédents, il va falloir aller les chercher sur Mars ! Comme la nation martienne reste à créer, les tensions et le déséquilibre induits dans le monde par notre captation croissante de la richesse, vont immanquablement affecter après le Japon, les 2 autres nations les plus mercantiles que sont l'Allemagne et la Chine. Le Japon, l'Allemagne et la Chine ont cette double caractéristique commune de connaître un vieillissement accéléré de leur population et de refuser l'immigration de peuplement. Concernant la Chine, on peut d'ores et déjà tirer comme enseignement des courbes démographiques, que le peuple chinois sera vieux avant d'être riche (à considérer d'ailleurs que 1,3 milliards de chinois peuvent avoir un niveau de vie de standard européen moyen, pour ne pas dire américain...) L'Allemagne et le Japon sont d'ores et déjà des maisons de retraite géantes : leur population diminue et vieillit à un rythme effrayant. Les gains de productivité de leurs économies compenseront de moins en moins les coûts induits par cet immense choc démographique du vieillissement. Pour l'instant , c'est l'euphorie chez ces vieux peuples. Pour prendre une image, les allemands et les japonais sont un peu comme ces jeunes retraités : dans la phase jouissive où l'on peut consommer et voyager, en étant dégagé des charges de la vie active (les lois Hartz tant vantées par les politiques français à nos bottes, consistent à faire peser sur la jeunesse allemande par une dévaluation interne, le poids croissant du vieillissement du pays). Mais à cette phase de jouissance, succède le temps de la maladie, de la dépendance et de l'extrême vieillesse (phase qui coute cher aux actifs finançant les vieux...jusqu'à un point où elle n'est plus tenable en interne). La problématique des nations de retraités, Allemagne et Japon, va être la suivante : pour financer le vieillissement, comment exporter de plus en plus à des partenaires économiques qui veulent de leur côté rétablir leurs balances commerciales et comment lutter face aux émergents qui disposent eux d'une population croissante en age de travailler, de mieux en mieux éduquée et très motivée ? Le cas de la Chine est encore plus intéressant : comment créer un marché intérieur en quelques années pour compenser le recul inéluctable des excédents commerciaux ? De tout cela, nous les ultra riches saurons tirer profit : par exemple nous maintenons la pression sur la Chine en envisageant de délocaliser une partie des usines en Indonésie, au Vietnam, au Bengladesh etc. Nous disposons bien entendu d'alliés en Chine : nos homologues ultra riches qui n'ont aucun intérêt à ce que la majeure partie de la richesse créée et des gains de productivité leur échappe au profit des plus pauvres...Décidément, les dirigeants politiques internationaux nous ouvrant un boulevard depuis 2007, l'avenir va être passionnant pour nous les ultra riches !
Réponse de le 07/11/2012 à 12:38 :
Réponse à la prose d'Arnault : baisse de 75% du niveau de vie pour un retour aux années 1960 où les gens n'étaient pas plus malheureux ! Finis les déplacements aux sports d'hiver ou en avion, finis les smartphones, ordinateurs, 2 ou 3 voitures par famille. Retour au jardinage, au rythme ralenti et à la cuisine bio; retour au strict nécessaire....
Réponse de le 07/11/2012 à 13:29 :
Vous êtes bien optimiste. Regardez autour de vous, nous ne sommes plus dans la France des années 60 mais dans un pays ouvert à tous vents. Dans ces conditions, il n'y a aucune raison que la paupérisation des classes moyennes et modestes se limite à un retour au niveau de vie des années 60.
a écrit le 07/11/2012 à 10:25 :
c'est sur que quand on compare un accident d'éolienne, de panneau solaire ou d'hydrolienne avec celui d'une centrale nucléaire....
Mais en France on a raison seuls contre tous, UMP comme PS, à fond dans le nucléaire !
Réponse de le 07/11/2012 à 10:54 :
C'est mignon les écolos... avec leurs solutions à deux balles qui nous laisseraient sans électricité la moitié de l'année... Si ces solutions étaient viables on en serait tous équipés.
Réponse de le 07/11/2012 à 11:15 :
Parce que le nucléaire en 1950 c'était viable? Non, 30ans de subventions massives et de soutien énorme de l'état plus tard et nous avons réussi. Pourquoi ne pas faire la même chose avec les ENR? Peur du changement? Conservatisme? Lobby? Interets privés?
Réponse de le 07/11/2012 à 13:33 :
Heu.. dites ça ne fait pas déjà plus d'une vingtaine d'années que l'éolien et le solaire sont subventionnés en Allemagne? Et on en est où? Et bien ce n'est toujours pas concurrentiel, ce qui n'est d'ailleurs pas très surprenant s'agissant d'énergies diffuses et intermittentes lorsqu'on les compare à des moyens de production massifs. Maintenant c'est sûr EDF c'est 100% des intérêts privés, alors que les investisseurs qui spéculent sur l'éolien ou le solaire, tout le monde le sait, c'est du 100% public. Ce qu'il ne faut pas entendre...
Réponse de le 07/11/2012 à 14:44 :
@Georges : On en est a 5% d'electricite solaire, et +1% chaque annee, avec un parite reseau atteinte deja aujourd'hui pour le PV et l'eolien, et ca ne fait pas 20 ans mais 10 ans, depuis la 1ere loi EEG de 2002 sous Schroeder pour etre precis, et non ca n'est des subventions (versees par l'Etat) mais un tarif d'obligation d'achat paye par les consommateurs. Ce qu'il ne faut pas lire ....
a écrit le 07/11/2012 à 10:20 :
L'électricité nucléaire, c'est moins cher ??? La centrale nucléaire de BRENNILIS en quelques chiffres, 5 ans pour la construire, 12 ans de mise en service, 27 ans pour le démentèlement et on ne voit toujours pas la fin !!! Le coût du démantèlement, des centaines de millions, 1 milliard, plus ??? Prise en compte de la contamination du milieu naturel ??? http://fr.wikipedia.org/wiki/Site_nucléaire_de_Brennilis
Réponse de le 07/11/2012 à 13:02 :
Lafronde vous avez tout à fait raison, cela fait des années que je dis que le prix de l'électricité payé par les français n'inclus pas le coût du démantèlement des centrales nucléaires. Et nous voyons petit à petit le prix monter car ce coût, sera automatiquement payé, car les centrales arrivent en fin de vie. D'où l'annonce, que j'ai vu sur ce site et qui n'est pas resté longtemps, qui annonçait l'augmentation du prix de l'électricité de 50% avant 2020.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:36 :
@lafronde et @candide Bon, il y a juste des lois qui prévoient la prise en compte des charges de long terme par l'industrie nucléaire et un rapport publié début 2012 par la Cour des comptes qui prouve qu'elles sont bien appliquées et qu'il n'y a donc pas de coûts cachés mais ce n'est pas une raison pour ne pas continuer à raconter le contraire.
Réponse de le 07/11/2012 à 14:50 :
Gros malin, he bien je vous propose donc d'eponger les surcouts sur vos seuls deniers puisque vous etes si surs de votre fait.
En attendant, EDF estime a 400 millions d'? le cout de demantellement par reacteur et a provisionne .... 14 Milliard d'? : 54* 0.4 = 14 c'est bien connu. En attendant chez nos voisins Suisses et Britanniques, le demantellement par reacteur coutera plutot 3 a 4 Milliards d'? par reacteur. Mais en France on sait tout mieux que les autres, surtout vous d'ailleurs.
Réponse de le 08/11/2012 à 7:29 :
Désolé de vous avoir demandé de lire un rapport détaillé qui répond à vos dernières questions et affirmations. C'est vrai que c'est tellement plus simple de continuer à répéter les mêmes affirmations indéfiniment.
Réponse de le 08/11/2012 à 9:41 :
Georges, la cours des comptes prouve que tout est maitrisé comme pour la centrale nucléaire de Brennilis : le coût du démantèlement est évalué en 2005, à 482 millions d'euros par la Cour des comptes, soit 20 fois plus que l'estimation de la commission PEON qui est à l'origine du parc nucléaire actuel. En février 2009 : le démantèlement a déjà coûté 482 millions d'euros alors que la phase 3 n'a pas encore commencé.
a écrit le 07/11/2012 à 10:15 :
Les productivistes en folie fermeront les yeux sur ces problèmes dont les conséquences sanitaires seront payées par l'état. Idem pour l'amiante et le Médiator et bientôt idem pour la pollution engendrée par le gaz de schiste. Idem pour les OGM peut être (car des expériences complémentaires à celles de Séralini sont nécessaires mais pas envisagées de réaliser par nos dirigeants européens); il faudra bien choisir une croissance responsable qui nous tue pas petit à petit....
Réponse de le 07/11/2012 à 13:43 :
Vous avez raison, le problème n'est pas limité au nucléaire mais concerne une grande part de nos activités. Malheureusement, la mondialisation nous empêchera de réagir à temps, car même si nous étions encore en capacité de refuser certaines technologies jugées dangereuses, d'autres les mettraient en oeuvre et nous nous trouverions très vite dépassés. Mais cette question est toute théorique car nous serons contraints à tout accepter (voyez pour les OGM avec nos obligations vis-à-vis de l'OMC).
a écrit le 07/11/2012 à 10:09 :
Mais le nucléaire est l'énergie la moins chère d'après les experts payés par la filière.
Sauf qu'on ne pourra jamais tout prévoir et que d'autres catastrophes arriveront.
Réduisons la part du nucléaire. Diversifions pour réduire le risque !
Réponse de le 07/11/2012 à 13:38 :
D'accord avec vous mais il faut savoir que les accidents majeurs ne sont couverts pour aucune de nos industries lourdes, pas plus que pour d'autres domaines, comme la bio-ingénierie ou le médical.
a écrit le 07/11/2012 à 10:04 :
Les pays scandinaves sont de bons exemples concernant les énergies alternatives et les centrales, alors pourquoi tant d'aveuglement en France? La gauche ne fera guère mieux que la droite par rapport à ça et les écologistes restent trop marginaux dans les votes! Parce que malheureusement l'écologie n'est pas une vraie préoccupation des Français, ils pensent surtout à leur porte-monnaie...
Réponse de le 07/11/2012 à 10:34 :
le problème de l'écologie les verts, c'est qu'elle est représentée par d'anciens gauchistes psychorigides et manichéens qui ont pris l'écologie pour quitter les groupes maoistes. Une écologie politique qui s'occupe d'écologie et qui propose un autre système de société basé sur une production régulée au service de l'individu, voilà ce que l'on attend en dehors des clichés gauche-droite dont les oppositions sont devenues ringardes !
Réponse de le 07/11/2012 à 10:56 :
Oui, voilà ce qu'on attend, ce que j'attends depuis des années.... mais les Français choisiront sans doute en majorité ce qui est "économique", même si cela détruit leur santé et l'environnement, les mentalités évoluent trop lentement...
Réponse de le 07/11/2012 à 12:13 :
Le problème des écologistes en France c'est qu'ils mettent plus d'énergie à défendre les "sans papiers" (ou plutôt ceux qui ont détruit leurs papiers une fois sur notre territoire) ou encore le mariage et l'adoption gay et lesbien que la défense de la nature.
a écrit le 07/11/2012 à 9:44 :
Le fric, on s'en balance, Tokyo fera tourner un peu plus la planche à Yen, ils savent faire ! Il faudrait plutot évoquer les 150000 déplacés de l'atome, en attendant les premiers effets sanitaires radioinduits de la catastrophe toujours en cours.
Réponse de le 07/11/2012 à 10:03 :
"le fric, on s'en balance"... sauf que c'est par le fric que l'ETAT justifie la priorité absolue donnée au nucléaire depuis 30 ans. Il serait donc intéressant que nos cranes d'oeuf des ministeres, d'EDF et consors refassent leurs calculs en intégrant tous les coûts cachés, notamment ceux liés au démantèlement à la gestion des incidents/accidents, et à la réparation des éventuels dégâts...au moins pour les cas où c'est possible de réparer :-(
Idéalement il faudrait aussi prendre en compte le coût, en terme de qualité de vie, infligé aux 15.000 déplacés dont parle "trifouillax" (je n'ai pas vérifié ce chiffre), et celui des futurs cancers et autres problèmes sanitaires.
Mais tout cela ne se décompte pas, donc pour nos "décideurs" ça compte pour du beurre.
Réponse de le 07/11/2012 à 10:23 :
150 000 déplacés, pas 15 000
a écrit le 07/11/2012 à 9:39 :
L?ENERGIE NUCLEAIRE EST ILLEGALE
REGARDER VOTRE CONTRAT D'ASSURANCE
Alors que TEPCO vient de doubler l?estimation des indemnités provisoires (le mot provisoire est important)et que finalement c?est l?état Japonais qui va payer et non pas les actionnaires.
Pourquoi illégale ?
Parce qu?EDF est devenu une entreprise privée (merci l?Europe) à ce titre, elle doit s?assurer contre les dommages pouvant être causés par son activité.
Regarder votre contrat d'assurance, tout est garanti sauf un seul évènement: les conséquences des retombées nucléaires.
Ce qui veut dire qu'un quart de la population française risque de se retrouver à la rue sans aucune indemnité .
Qui paiera ? EDF n'est pas assuré pour cela ; votre plombier lui est obligatoirement assuré contre les dégâts possibles de son activité).
Pourtant si comme Montebourg et toute la classe politique nous disent qu'il ni a aucun risque pourquoi les citoyens Français ne sont pas assurés contre les conséquences des retombées atomiques ?
Il y a urgence, si nous décidions aujourd?hui d'arrêter les centrales,il faut 5 ans pour être hors de danger.
Le Lobby du nucléaire achète tout même nos esprits en nous faisant croire à la rentabilité de cette énergie alors que le montant et l?élimination des déchets n?est pas possible au vu des connaissances scientifiques actuelles ni budgétisée
ET QUE FONT LES PARTIS ECOLOGISTES ?
Pourquoi ne portent-ils pas devant un tribunal administratif,l?illégalité de la situation d?EDF ?
Les écolos français sont les plus bêtes du monde,ils sont contre tout.
Pourtant, la France ce pays béni des dieux,(aucune catastrophe naturelle climat tempéré eau à volonté)risque de perdre un quart de sa superficie en cas d'accident nucléaire.
il faut poser la question autrement gaz de schiste ou énergie nucléaire?
Le gaz de schiste a des défauts certainement, mais il ne faut pas oublier que l'eau fait partie dans la nature d?un cycle renouvelable ; si pollution, il y avait ; elle serait limitée territorialement et les entreprises responsables seraient assurées contre ces risques.
Alors ? gaz de schiste ou anéantissement du plus beau pays du monde ?
Messieurs les écolos, vous avez la possibilité d'un contrat avec les dirigeants: oui, au gaz de schiste si arrêt des centrales mais les écolos sont-ils des gens responsables.
EELV, j?aimerais votre point de vue et au lieu d?être une machine à lever l?impôt si vous profitiez de votre possibilité de nuisance politique pour arriver à arrêter la production nucléaire .
Mais êtes-vous sincères?
Je recherche pour militer et pour soutenir son action ; un pari écologiste efficace existe-t-il ?
a écrit le 07/11/2012 à 9:08 :
D'ailleurs je ne suis même pas sur qu'on soit capable de démanteler sans risque une centrale, et les dechets radioactifs pour quelques millénaires, voire dizaines ou centaines de milliers d'années. On les mets ou ? Sur la lune ?
Réponse de le 07/11/2012 à 13:48 :
C'est vrai que plusieurs centrales ont déjà été démantelées dans le monde sans difficulté particulière mais est-ce une raison pour ne pas continuer à se demander si c'est possible? Pour les déchets, pareil des recherches sont menées depuis 20 ans avec des résultats scientifiquement prouvés mais pourquoi ne pas continuer à faire comme s'ils n'existaient pas?
a écrit le 07/11/2012 à 8:58 :
Y a pas à dire, c'est une énergie d'avenir...
Quand est ce qu'on demantèle une centrale chez nous ? Juste pour se faire une idée du cout réel de cette énergie....
Non parceque faut pas rêver c'est pas des boites privées qui prendront ça en charge mais bien l?état, vous, moi.
Réponse de le 07/11/2012 à 10:23 :
1 . le prix du KWH en France est l'un des moins chers en Europe
2 . l'état n'a jamais mis le moindre euro pour les investissements d'EDF mais passe chaque année par la case bénéfices pour empocher les profits .
3 . les coûts de démantellement sont prévus des la construction .
un certain nombre de sites sont d'ailleurs actuellement en déconstruction ( Chooz , bugey , Creys ... ) et malgré cela pas d'augmentation notable .

4 . Le nucléaire crée de l'emploi et EDF reste une vitrine pour sa technologie alors arrêtons de cracher sur ce qui reste encore un des seuls domaines ou la france peut se mettre en avant .
Réponse de le 07/11/2012 à 10:23 :
1 . le prix du KWH en France est l'un des moins chers en Europe
2 . l'état n'a jamais mis le moindre euro pour les investissements d'EDF mais passe chaque année par la case bénéfices pour empocher les profits .
3 . les coûts de démantellement sont prévus des la construction .
un certain nombre de sites sont d'ailleurs actuellement en déconstruction ( Chooz , bugey , Creys ... ) et malgré cela pas d'augmentation notable .

4 . Le nucléaire crée de l'emploi et EDF reste une vitrine pour sa technologie alors arrêtons de cracher sur ce qui reste encore un des seuls domaines ou la france peut se mettre en avant .
Réponse de le 07/11/2012 à 10:52 :
L'état n' a jamais mis un euro pour les investissements EDF ? Avec quel argent croyez vous que la plupart des centrales ont été construites ? Revoyez vos sources !
Réponse de le 07/11/2012 à 13:47 :
Les principales centrales datent des années 60- 70 et à cette époque EdF était une entreprise nationalisé donc ces osnt bein nos impôts qui ont aidé à la construction de nos centrales. Quand au budget initailement alloué au démanteleme,nt, il y'a bein longtemeps qu'il a été utilisé à d'autres fins (rachats de groupes étranger et implantation dans d'autres pays)
Le prix du kwh va augmenté c'est une certitude (cf. loi nome) .
Pour conclure, la fiscion nucléaire est une énergie dépassée, il est tant de se tourner vers le renouvelable. Pour ceux qui' ne sont pas convainu de la viabilité des énergie renouvelable, je vous laisse réflechir à l'atat de la téléphonie mobile il y'a 15 ans et l'état actuel. Et si on répétait le même développement technologique avec l'éolien ou le photovoltaique...
Réponse de le 07/11/2012 à 13:49 :
@polo Non, là c'est à vous de revoir vos sources et ce n'est d'ailleurs pas très difficile voici de l'aide: le rapport publié en janvier 2012 par la Cour des comptes sur le coût de la production d'électricité par l'industrie nucléaire. Lisez le vous trouverez les réponses à vos questions.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :