Le pole dancing n'est pas une niche fiscale

 |   |  198  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Aux Etats-Unis, le propriétaire d'un club avait contesté devant la justice l'enveloppe de 125.000 euros de taxes qui lui était réclamée au titre de ce type de prestations. La Cour d'appel de son Etat ne lui a pas donné raison, considérant que le pole dance ne relève pas de l'art.

Le pole dance, cette danse qui consiste à se trémousser de façon sensuelle autour d'une barre ne relève pas de l'art. C'est en tous cas ce qu'a considéré un tribunal de l'Etat de New York mardi. Les performances théâtrales ou musicales n'étant pas taxées dans son Etat, le propriétaire d'un club de danse appelé le Nite Moves, espérait pouvoir être exempté de taxe sur les spectacles de pole dance. Mais la Cour d'appel a dit niet. Le pole dancing n'est donc pas une niche fiscale !

Le juge a considéré que le lap dance et le pole dance sont taxé car ils ne promeuvent pas la culture comme le ferait un ballet par exemple.

Avec ce recours en justice, le propriétaire du Nite Moves tentait d'éviter un impôt de 125.000 dollars sur les frais d'admission, les ventes de boissons et les revenus de danses privées pour la période allant de 2002 à 2005. Le propriétaire a fait valoir que cette dance devait être admissible à l'exemption d'impôt parce qu'elle est difficile à réaliser.

POUR ALLER PLUS LOIN

>>> DIAPORAMA 13 taxes les plus incroyables jamais collectées

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2012 à 13:21 :
Aux E-U où souffle encore l'esprit puritain,dès qu'il est question de sexualité la justice se raidit ! Point barre!
Réponse de le 26/11/2012 à 14:32 :
Vous faites l amalgame entre le puritanisme qui est de façade au states , dans l hypocrisie de l économie du sexe tout est permis et le fric est Roi La plupart des établissements offrant ce spectacle ne font que de l exhibition sexuelle dans un but commercial même si les jeunes femmes sont parfois de vraies artistes. Il n y a aucune raison pour que les exploiteurs deviennent des directeurs de ballet malgré avoir piégées les ingénues en leur promettant une carrière d Étoile.
Aux pays de toutes les libertés, pourquoi l administration fiscale ne croquerait elle pas au partage de cette forme de proxénétisme , les prostituées sont bien imposées aussi en France et pas sur ce qu'on veut bien leur laisser mais sur leur "productivité" Le puritanisme est la pensée des élites et des Bobos, pas le vécu des sous-classes.
a écrit le 25/11/2012 à 22:05 :
Ca vole haut..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :