En Egypte, la crise politique fait chuter la Bourse

Le principal indice cairote diminuait de près de 9,5% ce dimanche en milieu de journée, alors que le président Morsi s'est accordé les pleins pouvoirs depuis jeudi.
Le président égyptien islamiste, Mohamed Morsi, en juillet 2011. Copyright Reuters

À la Bourse du Caire, c'est l'affolement ce dimanche. Les échanges ont même du être interrompus pendant une trentaine de minutes dans le but de stabiliser le marché. En cause : l'aggravation de la crise politique qui touche le pays depuis que le président islamiste Mohamed Morsi a pris la décision de renforcer considérablement ses pouvoirs jeudi 22 novembre. De nombreux mouvements de ventes affectent le marché boursier cairote depuis lors.

A la mi-journée ce 25 novembre, le principale indice - l'EGX-30 - perdait 9,49% à4.923,19 points sur le marché cairote.

Grèves et manifestations

La décision du président egyptien a provoqué de vives réactions. Le Club des juges du pays a appelé à un arrêt de travail illimité dans tous les tribunaux jusqu'à ce que Mohamed Morsi revienne sur ses nouvelles mesures, qui mettent toutes ses décisions à l'abri d'un recours en justice notamment. De leur coté, les puissants Frères musulmans ont appelé à des manifestations dans tout le pays ce dimanche, en soutien au président issu de leurs rangs. L'opposition laïque et libérale occupe pour sa part l'emblématique place Tahrir et prépare une nouvelle manifestation de masse mardi.

avec AFP

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 25/11/2012 à 22:28
Signaler
Ces tribunaux qu'on montre du doigt ne sont en fait que les anciens valets du régime qui précéda. Les remplacer semble tout à fait logique vu que c'est le seul à pouvoir le faire. Ce qui bien évidemment signerait l'arrêt de mort du président Moubarek...

le 26/11/2012 à 14:30
Signaler
Un Etat équilibré repose sur une série de pouvoirs agissant en coopération. Pouvoir exécutif, législatif, judiciaire, forces de sécurités, presse, associations variées, églises, intellectuels, ... On ne cherche pas les pleins pouvoir dans le seul but...

à écrit le 25/11/2012 à 21:31
Signaler
Un pays dirigé par les islamistes à qui l'union européenne vient d'accorder 5 milliards d'euros alors même qu'elle ne parvient pas à boucler le sien autrement que par l'impôt sur les peuples européens... Du grand n'importe quoi !

le 26/11/2012 à 9:28
Signaler
Eh oui! vous avez raison! en plus on est passé d'une dictature à une autre! idéologie pernicieuse quand tu nous tiens!

à écrit le 25/11/2012 à 18:46
Signaler
Oh tiens... les pleins pouvoirs... Et notre argent si bien distribué par notre diplomate la mieux rémunérée au monde? Il n'a pas été versé au moins?

à écrit le 25/11/2012 à 15:59
Signaler
C'est un choix; c'est le peuple ou les bourses qui trinquent, il ne peut y avoir deux gagnants!

le 25/11/2012 à 18:31
Signaler
@ Soit: Je crois que les investisseurs égyptiens plébisciteraient l'établissement d'un Etat de droit en Egypte, accompagné d' une politique d'éducation raisonnée et efficace et d'une déconfessionalisation des rapports politiques... Soit un retour au ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.