Un visa américain plus facile à obtenir pour les entrepreneurs

 |   |  277  mots
Copyright MARCUS BRANDT/AFP/Getty Images
Copyright MARCUS BRANDT/AFP/Getty Images (Crédits : MARCUS BRANDT/AFP/Getty Images)
Un projet de loi propose d'attirer les entrepreneurs étrangers en leur octroyant un visa plus aisément s'ils parviennent à investir plus de 100.000 dollars dans l'économie américaine et à embaucher deux américains, sous un an.

"Start up Visa", cela pourrait bien être le nom de ce visa dédié aux entrepreneurs étrangers qu'étudie actuellement le Sénat américain. Sa particularité ? Il serait réservé aux étrangers qui s'installent aux Etats-Unis et parviennent - dès la première année  - à recruter deux américains et à lever 100.000 dollars.

Ce dispositif, inscrit dans un projet de loi, aiderait les étrangers qui viennent créer leur entreprise sur le sol américain à y rester. C'est une coalition d'entrepreneurs, d'investisseurs et de groupes de pression qui plaide pour la création de ce visa spécial, inspiré de celui déjà existant au Canada.

4 années de plus

L'idée c'est d'éviter des situations où l'entrepreneur se voit refuser le droit de rester sur le territoire américain, alors même qu'il y a fondé son entreprise avec succès. Ce fut le cas de l'israélien Asaf Darash. Dirigeant d'une société de sites web baptisée Regpack faisant travailler quinze personnes à San Francisco, il s'est vu refuser en septembre l'octroi d'un nouveau visa pour rester en toute légalité sur le sol étasunien.

Si ce projet de loi abouti, les entrepreneurs étrangers pourront continuer à vivre et exercer aux Etats-Unis pendant quatre années supplémentaires, à condition qu'ils emploient cinq salariés au cours des trois dernières années. Une fois ce temps écoulé, ces entrepreneurs auront la possibilité de demander la nationalité américaine.

Début 2012, Barack Obama décalrait :  "proposez-moi une loi permettant aux entrepreneurs de gagner leur citoyenneté, je la signerai sur le champ", il n'a pour l'instant fait aucun commentaire sur ce visa spécial "start-up".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2012 à 21:57 :
La France n'est pas un pays pour les entrepreneurs, ni pour les self-made men mais pour les "fils de ...", les enarques, les patrons du CAC40 mais des politiques.
a écrit le 27/11/2012 à 18:05 :
Voila une grande nouvelle alors que l'économie aux US est en pleine reprise (+26% des ventes de détails pendant le week end de Thanksgiving qui correspond à un benchmark - tendance du marché) ! Ici, les gens sont prets à payer pour des produits innovants. L'amérique est toujours un Eldorado et je crains que de nombreux entrepreneurs francais dans l'innovation, fatigués de se battre en France pour vendre au moins-disant vont faire leurs bagages très rapidement si ce projet de loi passe.
a écrit le 27/11/2012 à 0:11 :
Les entrepreneurs aux Etats Unis planquent eux aussi leur pognon dans les paradis fiscaux.C'est pas une exclusivité française, idem les allemands (voir suisse, Liechtenstein, Luxembourg).
a écrit le 26/11/2012 à 22:58 :
jusqu au jour où ils voudront mettre leur fric à l'abri et alors rendront leur passeport américain. Ou alors un des membres de leur famille sera malade et alors ils émigreront vers l'allemagne qui a un service santé tout-risque alors qu au état-unis on devient pauvre quand on a un malade chronique dans la famille. Cet article me laisse froid.
a écrit le 26/11/2012 à 21:48 :
sauf que le programme canadien similaire n'a jamais fonctionné et il est gelé depuis un an ... Les "entrepreneurs" étrangers y créaient la plupart du temps des entreprises factices, gérées par des membres de leur famille (un enfant par exemple) et la plupart n'ont jamais créé les emplois exigés. Pire, ce programme a surtout attiré les mafieux du monde entier (russes, chinois, iraniens) qui ont developpé sur place des pratiques d'affaires peu orthodoxes. Une série de scandales politiques qui a poussé le gouvernement canadien a geler le programme ...
Réponse de le 26/11/2012 à 23:02 :
@romain78: il est bien évident que les seuls à en profiter ont été ceux qui recherchaient le passeport nord-américain :-) mais, pour moi, c'est le voleur volé :-)
a écrit le 26/11/2012 à 21:47 :
En France les entrepreneurs on les passe vite à la tondeuse fiscale. On n'en veut pas. La réussite est une honte. L'avenir de nos enfants c'est les restos du coeur. Au fait, l'Espagne va accorder des visas de longue durée renouvelables aux russes avec seule condition qu'ils investissent en Espagne même avec l'achat d'un seul appartement !
Réponse de le 27/11/2012 à 0:57 :
@Lemon: 1) ce ne sera jamais qu'un retour à l'époque des tsars, quand tout ce qui était russe était comme tout ce qui est américain aujourd'hui :-) 2) quand on fait du commerce, on vend aux acheteurs sans leur demander à quel parti politique ils adhèrent :-)
a écrit le 26/11/2012 à 20:49 :
Voilà qui tombe à pic! Y'a plus qu'a attendre le vote et les termes.
a écrit le 26/11/2012 à 19:09 :
chacun sait ce qui lui reste à faire....
a écrit le 26/11/2012 à 19:07 :
oué, sauf qu'au Canada, c'est 500 000 $ qu'ils demandaient aux Chinois de Hong Kong qui souhaitaient s'installer...et beaucoup sont repartis la queue entre les jambes, alors que d'autres ont intenté des procès au gouvernement canadien.
a écrit le 26/11/2012 à 18:44 :
C'est l' Amérique!
Vite mes valises en carton!
a écrit le 26/11/2012 à 18:42 :
Même les USA déroulent le tapis rouge aux créateurs français d'entreprises qui ne veulent plus être les "pigeons" du gouvernement! Il faudrait être fou pour rester....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :