Obama prêt à reprendre les discussions sur le "mur budgétaire"

 |   |  273  mots
Le couple Obama à Honolulu - Copyright Reuters
Le couple Obama à Honolulu - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président des Etats-Unis s'apprête à rentrer en urgence de Hawaï pour reprendre les discussions entamées avec les Républicains sur le Mur budgétaire, selon les médias américains.

L'échéance se rapproche. Suffisamment du moins pour pousser le président des Etats-Unis à écourter ses vacances. Face à l'imminence du "Mur budgétaire" ("Fiscal Cliff), qui risque, au 1er janvier, de conduire à une réduction automatique des dépenses couplée à une hausse des taxes, Barack Obama à décidé de rentrer dès ce mercredi soir à Washington pour reprendre les discussions avec les Républicains.

Concession des Républicains

Majoritaires à la Chambre des Représentants ces derniers avaient faits quelques pas en direction du président démocrate. Ils ont ainsi annoncé le 18 décembre qu'ils présenteraient une proposition de loi afin d'augmenter les impôts pour les millionnaires. Toutefois des désaccords demeurent, sur les moyens d'éviter des coupes automatiques qui risqueraient de mettre en danger l'ensemble de l'économie américaine. John Boehner, le chef de file des Républicains à la Chambre des Représentants exige toujours de l'administration Obama qu'elle réduise les dépenses publiques.

>> Mur budgétaire : les Républicains prêts à faire des concessions

Cinq jours pour trouver une solution

Le chef de l'Etat américain est parti en vacances à Hawaï sans qu'un consensus ait pu être trouvé. Lors d'une intervention, le 21 décembre, il a expliqué une fois de plus qu'il souhaitait épargner les classes moyennes et préserver certaines dépenses comme "l'assurance-chômage qui protège deux millions d'Américains". Il reste cinq jours à Barack Obama pour trouver une solution visant à réduire la dette américaines qui atteint plus de 16.000 milliards de dollars.

>> "Mur budgétaire": Obama appelle le Congrès à adopter un plan plus modeste

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/12/2012 à 11:17 :
Pourquoi les USA cherchent-ils à tout prix à éviter l'austérité, "mauvaise pour la croissance" disent-ils, alors qu'ils ont cherché à imposer cette même austérité au reste du monde, et en particulier à l'Europe ? Pourquoi les USA ne font-ils aucun effort pour réduire leur déficit énorme de 10% du PIB, alors qu'ils ont poussé les autres pays à diminuer le leur, pourtant pas toujours aussi élevé que celui des USA ?
Réponse de le 26/12/2012 à 12:40 :
Parce que "le dollar est notre monnaie et votre problème". Les autres épongeront.
Réponse de le 26/12/2012 à 13:32 :
José a bien résumé. Ils imposent leurs règles et nous nous les acceptons
Réponse de le 26/12/2012 à 18:19 :
Le taux d'endettement public US est de 105, entre les 86 de la France et les 120 de l'Italie. Les dépenses publiques ne représentent que 39% du PIB, 54% en France. Le déficit budgétaire de 10% du PIB représente 25% des dépenses publiques. Peu d'administrations publiques sont capables de tels exploits. La France considère comme austère de maintenir les dépenses publiques et d'entretenir un déficit de 3%.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :