En récession au 4ème trimestre, le Japon voit venir le rebond

 |   |  466  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'économie japonaise s'est contractée pour le troisième trimestre consécutif au cours des trois derniers mois de 2012, mais certains signes laissent entrevoir un rebond à la faveur d'une reprise des exportations.

Les économistes espéraient une timide croissance de 0,1%. Le Japon aura finalement connu une contraction de 0,1% de son PIB au 4ème trimestre 2012 par rapport au trimestre précédent.

Pour redresser l'économie, le Premier ministre japonais Shinzo Abe entend à la fois mettre en oeuvre un plan de relance sans précédent depuis la crise financière et des mesures musclées destinées à mettre un terme à la déflation qui mine l'économie.

Par ailleurs, ces chiffres n'ont eu aucune incidence sur la Banque du Japon qui a annoncé jeudi le maintien en l'état de sa politique monétaire et s'est abstenue, comme attendu, d'annoncer de nouveaux rachats d'actifs.

Rallonge budgétaire de 13.100 milliards de yens

Les élus de la chambre basse du parlement japonais ont voté jeudi une rallonge budgétaire de 13.100 milliards de yens (environ 105 milliards d'euros), pour couvrir les nouvelles dépenses étatiques décidées dans le cadre d'un plan de relance économique. Le Premier ministre de droite Shinzo Abe a annoncé mi-janvier un ensemble de nouvelles "mesures économiques d'urgence" de 20.200 milliards de yens (161 milliards d'euros), dont la moitié devant provenir des caisses de l'Etat.

Pour financer cette relance, l'Etat va encore s'endetter, mais le gouvernement estime ce recours à l'emprunt nécessaire pour sortir le pays de la crise chronique dans laquelle il se débat. Il veut à tout prix que le Japon parvienne à s'extraire du cercle déflationniste (baisse des prix, des investissements, des rémunérations, de la consommation), en dopant l'activité par les commandes publiques.

Retour de la croissance au 1er trimestre

"Les chiffres montrent que les économies à l'étranger sont sur le chemin de la reprise, nous nous attendons donc à ce que le Japon renoue avec la croissance au premier trimestre. Un yen faible soutiendra les exportateurs", a commenté Shuji Tonouchi, stratège obligataire chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities, interrogé par Reuters. "L'économie reste sur le chemin de la reprise et il y a un plan de relance qui va produire ses effets à partir du printemps. La Banque du Japon devrait également poursuivre sur la voie de l'assouplissement quantitatif."

Le ministre de l'Economie Akira Amari a de son côté déclaré que si l'économie continuait de montrer quelques signes de fragilité, il était probable qu'elle entre dans une phase de croissance modérée grâce à l'assouplissement quantitatif, aux mesures de relance et à la reprise attendue de l'économie mondiale.

-0,4% sur l?année 2012

En rythme annualisé, l'économie s'est contractée de 0,4% contre une hausse de 0,5% attendue par les économistes.

La consommation des ménages a de son côté progressé de 0,4% par rapport au troisième trimestre contre +0,5% attendu. Les dépenses d'investissement ont quant à elles reculé de 2,6%, une proportion bien supérieure à la baisse de 1,8% prévue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2013 à 14:04 :
le japon posséde de trés grand groupe industriel extrément performant et trés réactif, de plus le dette japonaise est tenu à 95% par les japonais, plutot que par des fons étrangers comme dans la plupart des autres pays, relisez vos classiques, avant de parler.
Réponse de le 14/02/2013 à 16:21 :
La banque du Japon achète 80% des titres nouvellement émis. Des groupe industriels performant comme Tepco par exemple?
Réponse de le 14/02/2013 à 16:23 :
@ et ho : tout à fait d'accord, les japonais sont civiques et ont accepté d'acheter la dette tout en étant peu rémunérés. Par ailleurs, le japon a l'équivalent de 40% du PIB en actifs à l'étranger qu'il peut vendre pour se financer. En france la moitié des français votent à gauche et pour les belles valeurs, mais vivent aux crochets du privé qui les finance et si on veut leur prendre un euro ils bloquent le pays ! elle est où l?erreur ?
a écrit le 14/02/2013 à 11:39 :
Un rebond sur la planche à billets avant le grand plongeon? Pourquoi des recettes qui n'on pas fonctionnées depuis 1985 seraient la solution en 2013? D'autant que le Japon est plombé par Fukushima et que la dette du Japon est à un record historique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :