Le nouveau mot d'ordre des Chinois : consommez !

L'assemblée nationale populaire de Chine, l'équivalent de notre parlement, a ouvert ce mardi sa session annuelle. Elle va entériner la nomination de nouveaux leaders comme prévu : le président Xi Jinping et le Premier ministre Li Keqiang. Les députés vont examiner de nouvelles mesures visant à développer la consommation intérieure, qui doit devenir le pilier de la croissance économique de la Chine.

5 mn

Les nouveaux et les anciens leaders de la Chine à l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée populaire, le parlement chinois. De gauche à droite : le président Hu Jintao qui va céder sa place au secrétaire du parti communiste Xi Jinping, le Premier ministre Wen Jiabao et son vice-Premier ministre Li Keqiang qui va le remplacer.  Copyright Reuters
Les nouveaux et les anciens leaders de la Chine à l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée populaire, le parlement chinois. De gauche à droite : le président Hu Jintao qui va céder sa place au secrétaire du parti communiste Xi Jinping, le Premier ministre Wen Jiabao et son vice-Premier ministre Li Keqiang qui va le remplacer. Copyright Reuters

La session annuelle de l'Assemblée nationale populaire de Chine, autrement dit le parlement, revêt cette année un caractère particulier puisque à l'issue des travaux qui ont débuté ce mardi et dureront deux semaines, une page de l'histoire de la Chine sera tournée. Comme il avait été décidé lors du congrès du parti communiste chinois à l'automne dernier, le Premier ministre Wen Jiabao va céder sa place à Li Keqiang et le président de la république populaire Hu Jintao abandonnera la sienne à Xi Jinping.

Au-delà du caractère institutionnel et parfaitement réglé de cette passation de pouvoirs, c'est le programme des travaux qui est essentiel. Des projets de réformes vont être discutés qui prévoient des changements majeurs.

La fin des camps de rééducation par le travail

Sur le plan politique, le système de la rééducation des dissidents en camps de travail va être aboli. Cet héritage de l'idéologie maoïste, mis en place dans les années 1950, permettait de détenir quelqu'un sans charge pendant 4 ans. Les nouvelles autorités veulent donc rompre avec une pratique qui symbolisait le contrôle total du parti sur la vie des individus.

Sur le plan économique, le cap décidé par les deux derniers plans quinquennaux est plus que jamais maintenu : maintenir une croissance économique annuelle à un taux de 7%, même si chaque année il est supérieur à ce seuil (+ 7,8%) en 2012, mais surtout
rééquilibrer cette croissance tirée par les exportations on favorisant la consommation intérieure.

Depuis la crise de 2008, Pékin a compris que son développement était trop dépendant des marchés extérieurs. En outre, la hausse du niveau de vie d'une grande majorité d'une population de 1,3 milliard d'individus va se transformer en un gigantesque marché dont les entreprises chinoises comptent bien bénéficier pleinement. "Nous devons nous focaliser sur la hausse de la demande intérieure qui est notre stratégie à long terme pour le développement national", a martelé Wen Jiabao à l'ouverture de la session à l'occasion de son dernier discours en tant que Premier ministre. Dressant le bilan de son mandat de dix ans, il a aussi montrer ce que devait être le chemin à suivre à l'avenir.

"Améliorer les revenus des personnes"

Le développement de cette consommation intérieure est en effet devenu une obsession. « Pour augmenter la consommation individuelle, nous devons améliorer les revenus des personnes, nous assurer que leurs attentes seront satisfaites, susciter leur envie, améliorer l'environnement pour consommer et faire dépendre davantage la croissance économique de cette consommation », a insisté Wen Jiabao. En quelque sorte, créer un choc de la consommation.

Mais pour cela, le nouveau gouvernement va devoir mettre en place un ambitieux plan en matière sociale. En effet, les Chinois pour le moment préfèrent épargner une partie de leurs revenus pour pouvoir faire face aux imprévus de problèmes de santé ou de la perte d'emploi. D'ores et déjà, le gouvernement a promis d'apporter quelques 42 milliards de dollars au développement de la couverture de santé, soit un montant en hausse de 27% sur un an, et les dépenses publiques consacrées à l'emploi età la protection sociale vont augmenter substantiellement.

Des mesurse en faveur des travailleurs immigrés de l'intérieur et des paysans

Plus spécificiquement, les autorités veulent que les travailleurs immigrés de l'intérieur qui ont assuré durant les deux dernières décennies le boom de l'économie chinoise par leurs bas salaires et une force de travail flexible puissent eux aussi bénéficier d'une couverture de santé et sociale. De même, les droits de propriété devraient clairement être établis pour assurer aux paysans la jouissance du sol. De nombreux scandales ont en effet secoué le pays depuis des années, liés à l'expropriation manu militari de paysans par des pouvoirs locaux voulant spéculer sur le boom immobilier.

Ce secteur reste d'ailleurs un sujet de préoccupation central à la fois pour la corruption qu'il génère mais aussi pour la spéculation à l'origine d'une bulle qui se fait menaçante. Les crédits généreusement accordés durant des années font craindre en cas de chute des prix de nombreux défauts dans les remboursements.

Des prix de l'immobilier trop élevés

En outre, la persistance de prix élevés est un facteur de fracture sociale, une large partie de Chinois ne pouvant pas avoir accès à la propriété. Pour calmer cette spéculation, les autorités ont pris des mesures comme la restriction du crédit et une remontée des taux. Depuis la semaine dernière, une taxe de 20% est appliquée sur les bénéfices réalisées sur les ventes d'immobilier. Pour autant, la tendance haussière ne faiblit pas. A Shangaï, certes une ville très prisée, les prix ont augmenté en moyenne de quelque 40% sur un an. Pékin est obligé de piloter ce secteur avec précaution car, selon les calculs du Fonds monétaire international (FMI), le BTP pèse plus de 12% du PIB,

Le budget de la défense va augmenter de 11%

La défense va aussi bénéficier d'un coup de pouce : son budget devrait augmenter de presque 11% cette année pour atteindre 118 milliards de dollars environ. Il reste un facteur durable de soutien à l'économie, d'autant que le rôle que la Chine, nouvelle puissance mondiale, doit jouer en matière de sécurité et de stabilité dans le relations internationales dans les années à venir va devenir de plus en plus important.

L'inconnue reste le calendrier de ces réformes, qui touchent la société mais pas le parti communiste toujours seul détenteur du pouvoir.Un parti qui, lui, n'a pas prévu de changer son fonctionnement

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 06/03/2013 à 16:32
Signaler
Pour faire fonctionner l?économie il faut que l?humanité travaille, le but c?est pas le niveau de vie vers le bas à cause d?un bureaucrate comme on le voit en France. Seulement le gouvernement français a décrété le non travail. Si l?on mettait la pop...

le 07/03/2013 à 11:33
Signaler
... empêcher l'accès à l'emploi pour les jeunes ? QUEL EMPLOI ? exemples ?

à écrit le 06/03/2013 à 16:30
Signaler
Même s'ils veulent acheter des iPad/Phone, vu qu'ils sont fabriqués chez eux, ce sera du marché intérieur. Trop forts les Chinois, tout bien étant quasiment leur ?uvre, c'est du marché local. Les Rafales, ils nous en achètent quand ?

à écrit le 06/03/2013 à 15:43
Signaler
Chez nous c'est "prenez votre bicyclette" vous pourrez peut être ainsi consommer mais la même au FMI vend des ceintures et le poinçon pour permettre d'ajuster au fur et à mesure de la perte de poids.

à écrit le 06/03/2013 à 15:03
Signaler
La planche à billets verts leur fait peur.Nous ça nous conforte dans l'augmentation de notre dette publique.

à écrit le 06/03/2013 à 9:59
Signaler
Bien que iles chinois ont un retard énorme sur notre niveau de vie, copier notre modèle d'hyperconsommation n'est pas la meilleure chose qui soit. Quand serons nous capables de s'écarter du modèle productiviste libéral ou socialiste pour aller vers ...

le 06/03/2013 à 16:26
Signaler
bien "dit"

à écrit le 06/03/2013 à 8:39
Signaler
Les chinois font comme les dealers. Pour l'instant, ils nous donnent le droit de consommer et une fois qu'on sera bien dans la m**** (non, ce moment n'est pas encore arrivé... mais il approche), ils nous mettront la pression et profiteront de la situ...

le 06/03/2013 à 10:20
Signaler
Tout ca est à mettre sur la cupidité des occidentaux, pas la peine d'en vouloir aux chinois qui eux ont une vrai politique économique collectiviste et non individualiste comme chez nous. Si on doit en vouloir à qqun, c'est à nos politiques et donc à...

le 06/03/2013 à 15:16
Signaler
Les chinois nous donneraient le ""droit"" de consommer ??? Je crois qu'on détient ce droit depuis un certain bout de temps !!! Puis quelle pression nous mettront-ils ??? D'autre part ,si l'on continue de la même façon qu'à présent,je ne vois plus tr...

le 06/03/2013 à 15:35
Signaler
Perso, je n'ai pas voté pour Flamby... Je n'en veux pas aux Chinois. Au contraire, je les trouve très intelligents, un peu trop communautaires et communistes à mon goût. Cela dit, je trouve quand même que les Chinois abusent d'une position très faibl...

le 06/03/2013 à 19:11
Signaler
à Thibaut : Vous n'avez pas tort ,je pense ,mais qui est le plus grand manipulateur ? Et, pas seulement pour la devise ? Et, par qui se fait-on exploiter depuis très longtemps ??? Ce ne sont pas les Chinois ! L'histoire de l'Europe (la vraie!) est él...

le 06/03/2013 à 19:42
Signaler
à Thibaut ! j'oubliais : le plan MARSHALL ,n'était-ce pas déjà de la planche à billets pour lequel nous avons payé TRES CHER ? Réfléchissez ? Et, il y a bien d'autres perles dans ce domaine !!!

à écrit le 06/03/2013 à 2:45
Signaler
Le moment semble bien choisi pour amorcer un choc de consommation. Voyons voir si l'état chinois fera profiter le reste du monde du gâteau qu'est leur futur marché intérieur. Mais une chose reste sûre, il ne peut y avoir intervention d'état sans hau...

le 06/03/2013 à 6:25
Signaler
Ils ont les moyens et la volonte de pouvoir delocaliser a l interieur du pays.

le 06/03/2013 à 16:32
Signaler
Dd; a bien raison, à moins que leur cupidité ne les mène vers d'autres rivages... mais vraiment pour en faire profiter le reste du monde..........faut pas rêver!

le 06/03/2013 à 17:15
Signaler
@Malar: S'il y a une chose à laquelle je ne crois plus, c'est bien à l'ouverture du marché chinois à la concurrence étrangère... Le marché chinois, qui a fait rêver l'empire japonais en 1930, les USA avant et après la seconde guerre mondiale, le capi...

le 06/03/2013 à 19:25
Signaler
Et pourquoi devrait-on espérer que la bonne volonté des chinois nous sortent de la crise ? D'abord, les a-t-on aidé à faire progresser leur peuple,en quoi que ce soit ??? Les Ricains en tête ??? Ensuite, si nos dirigeants prennent ENFIN les bonnes dé...

à écrit le 05/03/2013 à 22:26
Signaler
ahh la crise , les chinois commencent a avoir des stocks que les européens ne peuvent plus acheter ni les usa d'ailleurs , donc que faire de ces surplus ? , les consommer pour ne pas montrer le marasme économique qui monte , cela rappelle d'autres ép...

à écrit le 05/03/2013 à 18:59
Signaler
comment ca, plus de camp de reeducation par le travail? la gauche plurielle a la francaise va perdre ses references?

à écrit le 05/03/2013 à 18:33
Signaler
"Un parti qui, lui, n'a pas prévu de changer son fonctionnement." Surprenant... :-) Mine de rien (ne pas confondre avec gisement épuisé), un tel changement de mentalité, même à marche forcée, prendrait 2 à 3 décennies. Soit, vu la crise actuelle, c'e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.