Surveillance "anti-terroriste" : Barack Obama assume

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Bracak Obama s'est enfin exprimé sur la politique de surveillance anti-terroriste de l'administration américaine. Il assume et défend ses choix, mais se dit ouvert au débat.

"Vous ne pouvez pas avoir de la sécurité à 100% et votre vie privée respectée à 100% sans inconvénient". Ainsi a répondu Barack Obama à la polémique sur la collecte de données de l'opérateur télécom américain Verizon Communications par la NSA. Pour le président américain, "il faut faire des compromis". Mais "personne n'écoute vos conversations téléphoniques", a-t-il tenté de rassurer. Barack Obama s'est aussi empressé de renvoyer dans leurs cordes les membres du Congrés qui l'attaquent depuis plusieurs semaines sur la politique de surveillance américaine. Selon lui, tous les membres du Congrés étaient au courant, et un contrôle par l'administration est exercé sur toutes les collectes de données. 

Les révélations se multiplient

Le Guardian avait dévoilé jeudi l'existence d'une ordonnance secrète du tribunal fédéral relatif au renseignement étranger (FISC) datée du 25 avril et qui donne à la NSA un accès illimité aux données de l'opérateur pour la période comprise entre le 25 avril et le 19 juillet. Ces données portent sur le lieu, la date et la durée des appels nationaux et internationaux en plus des numéros de téléphones des participants à chaque conversation. Le contenu des appels n'est toutefois pas transmis. Le Washington Post a dévoilé dans la foulée que la NSA et le FBI disposent d'une plateforme qui leur permet d'accéder en direct aux comptes et profils de réseaux sociaux appelée PRISM.

Barack Obama est ouvert au débat

Pour Barack Obama, la raison d'être de ces programmes secrets est claire : "cela nous aide à prévenir les attaques terroristes". Mais il se dit conscient des problèmes de vie privée que cela peut soulever et s'est dit ouvert à un débat national sur la manière de placer le curseur entre respect de l'intimité et nécessité d'assurer la sécurité nationale.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2013 à 10:47 :
Il est évident que tout ce que vous avez sur vos ordinateurs, smartphones, tablettes raccordés à internet sont répliqués sur des serveurs distants pour analyse de ce que vous faites, de ce que vous stockez dessus. En gros vous êtes fichés grâce à vos photos personnels, contacts téléphoniques...ce qui rend le travail plus facile aux services secrets de tous pays!!!
Je vous laisse imaginer la suite...
Bonne chance à tous...
a écrit le 09/06/2013 à 19:15 :
Schizophrénie !
La protection des données dans les mémoires des ordinateurs a fait la fortune des marchands d?anti-virus et autres boucliers supposés inviolables...
Maintenant qu?il faut se faire à l?idée que les données si jalousement protégées sont systématiquement violées, les concernés répondent qu?ils s?en moquent ! ! .
a écrit le 09/06/2013 à 17:29 :
Soyons contents, la NRO a donné à la NASA 2 télescopes de classe Hubble qu'ils avaient en stock. la NRO espionne en effet le sol avec des répliques de Hubble (en fait c'est plûtot Hubble qui en est une réplique). Avec un diamètre de 2,50m on a une résolution de 0,05 sec d'arc, je vous laisse calculer le résolution au sol en cm pour une orbite à 800km.
a écrit le 09/06/2013 à 15:50 :
Comme @crisemajeure.fr, je pense sincèrement qu'il s'agit moins de " prévenir les attaques terroristes" que de se livrer à de l'intelligence économique, militaire et politique..
a écrit le 08/06/2013 à 16:24 :
"Vous ne pouvez pas avoir de la sécurité à 100% et votre vie privée respectée à 100% sans inconvénient". Vous avez raison MR. le Président. La surveillance antiterroriste existe depuis juillet 2008, mais nous avons n'avons toujours pas réussi à calmer ce mouvement. Chaque pays a un système différent. Alors la terreur court toujours par-ci, par-là.Ils sont trop intelligents, tellement qu'on peut croire qu'ils surveillent la DCRI. Autrement, comment de tels actes seront possibles ? Pour surveiller le terrorisme, si on pouvait se mettre d'accord avec le monde entier, peut-être serait-ce une vrai surveillance. On connaît grosso-modo les pays Islamiques. Déjà leur dirigeants utilisent en tout premier les terroristes pour assurer leur pouvoirs. C'est notre première « faiblesse ». En prenant exemple sur le Bangladesh, le gouvernement actuel déclare que dans un pays laïc il y a tout : justice, droit de femme, expression de liberté, droit du travail, etc. Or, ici, c'est le Premier Ministre ? du Bangladesh ? qui utilise ces choses pour garder son pouvoir. Au nom du jugement de criminels de guerre, en 1971, dans ces gouvernements, ils protègent des criminels de même que certains terroristes islamiques. Il y a toujours des meurtres, des portés-disparus, des personnes qui s'évanouissent dans les aires... Tant que nous ne pourrons pas gérer nous-même ces problèmes, nous ne pourrons pas réussir dans notre entreprise de système de surveillance antiterroriste. Dans un commentaire, j'ai déjà insisté sur 21 pays dont la Syrie et l'Iran, qui menacent continuellement la paix mondiale. Le peuple Turc a lancé un appel de démission de l'actuel Premier Ministre, et même ils ont lancé un appel de soutien et d'aide envers les Occidentaux. Or il vaudrait mieux leur « offrir » une éducation adéquate pour les aider. Petit à petit, peut-être parviendront nous enfin à la fin du mouvement terroriste.
a écrit le 08/06/2013 à 13:07 :
Ce qui est dangereux pour la vie privée est que les gens qui ont accès a l'information une fois qu'elle existe ne sont pas tous clean. Qu'un service vraiment en charge de protection des civils s'en serve dans un cadre bien défini, aucun problème, mais on sait très bien que partout, un flic de quartier peut sans problème se faire envoyer des tas de fichiers, simplement pour surveiller sa maitresse (ne riez pas, c'est du quotidien de la vie des opérateurs telecom) ... Et là, cela dépasse clairement la sécurité de la population... L'info elle même existe de toutes parts, et ce n'est pas l'info qui est dangereuse, mais ce que des gens peuvent en faire, surtout ceux qui n'auraient pas a y avoir accès. Donc il faut soit travailler a s'assurer que personne n'y accès sans raison ultra valable , ce qui sera dur a prouver, soit si on ne sait pas garantir la première option, simplement interdire de collecter cette info... Le choix est simple, non ?
a écrit le 08/06/2013 à 9:29 :
La lutte contre le terrorisme et la sécurité ? Un leurre pour surveiller la population. "1984" quand tu nous tiens.
a écrit le 08/06/2013 à 3:14 :
Pour mieux lutter contre le terrorisme les USA considèrent qu'on est tous des pre-terroristes. Ya quelque chose qui cloche la dedans.
Réponse de le 08/06/2013 à 18:29 :
@Valentin: et avant cela, toute personne qui n'était pas d'accord avec eux était un "communiste" et dieu sait s'il y a eu des "communistes" célèbres :-)
a écrit le 08/06/2013 à 0:32 :
François HOLLANDE instruit depuis cette nuit la criminalité d'Etat en France, il a quelques problèmes avec sa bande, néanmoins François HOLLANDE est hyper intelligent, il est très clair dans le domaine.
a écrit le 07/06/2013 à 22:37 :
Anti terrorisme a très bon dos!!
Les actes terroristes sont faits par les états ..Il est impossible pour un groupuscule de faire quelques actes que se soit sur cette planète avec les moyens de contrôles existants !!
Du coup il se sert de cet argument pour mieux nous ficeler ..Attention il ne faut plus rien dire alors...Sinon Guantánamo direct...L'occident a peur ..Enfin le temps viendra ou il faudra se séparer des machines...dans 50 ans je pense....
a écrit le 07/06/2013 à 22:34 :
En 1975, devant les commissions Church et Pike, la NSA reconnaissait intercepter systématiquement les communications internationales (appels téléphoniques et messages câblés). Selon le journaliste Duncan CAMPBELL, auteur d'un rapport pour le Parlement européen concernant le renseignement de nature électromagnétique, la NSA en 1947 a conclu secrètement un traité entre 5 pays. Le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, l?Australie et la Nouvelle-Zélande avaient trafiqué les systèmes de cryptage vendus par Crypto AG. Un moyen permettant aux agences UKUSA par l?intermédiaire de Boris HAGELIN inventeur du système à crypter, de lire le flux de messages diplomatiques et militaires codés transmis par plus de cent trente pays.

Depuis les années 1980, par le même moyen, la NSA a utilisé le programme Echelon orienté cette fois sur l?espionnage industriel. Cela fit, entre autres, échouer deux contrats de vente d?avions d?Airbus-Industries, ce que le Parlement européen dénonça sur la base du rapport Duncan CAMPBELL. Ni le IVe amendement de la Constitution américaine, ni le Foreign Intelligence Surveillance (FISA) interdisant formellement d?espionner un citoyen américain sans mandat de justice n?ont empêché le système automatisé Echelon d?intercepter une communication, fut-elle destinée sans distinction à un citoyen américain ou à un non-américain.
a écrit le 07/06/2013 à 21:12 :
Enfin un politique honnête sur le sujet , même s'il a fallu un peu lui tirer les vers du nez !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :