Et la ville la plus chère du monde pour les expatriés est...

 |   |  333  mots
Luanda en Angola, la ville la plus chère du monde. Copyright Reuters
Luanda en Angola, la ville la plus chère du monde. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Riche de son pétrole, l'Angola attire les expatriés. Mais le coût d'un logement très sécurisé à Luanda a une incidence importante pour les expatriés. Dans l'enquête annuelle sur les villes les plus chères du monde réalisée par le cabinet Mercer, Moscou et Tokyo figurent aussi en "bonne place".

Expatrié, un rêve pour tout le monde ? Un dépaysement professionnel, une expérience sociale enrichissante, un statut particulier? Oui, mais cela a un coût pour les entreprises ou les gouvernements qui dépêchent une partie de son personnel dans un pays étranger. Il existe de fortes disparités géographiques sur la charge que peut représenter l'expatriation du personnel. Le cabinet de conseil Mercer a établi un palmarès des villes les plus chères pour expatriés.

New York a été choisie comme ville de référence, et les variations monétaires sont déterminées par rapport au dollar américain. L'enquête analyse le coût de plus de 200 articles d'un budget type (logement, transport, nourriture, habillement, loisirs?) de près de 214 grandes villes dans le monde entier. Ainsi, un café coûte 1,54 dollars au Nicaragua et 8,29 dollars à Moscou. Un repas fast-food se vend 3,62 dollars en Inde, mais 13,49 dollars au Vénézuela.

>> Lire aussi  La compétitivité d'un pays à travers le prix d'un Big Mac

 L'Angola en tête du palmarès

Sur l'ensemble des critères retenus, la capitale de l'Angola arrive en tête de ce palmarès. Luanda est pénalisé notamment parr le coût du logement. "Bien qu'étant l'un des plus importants pays producteurs de pétrole en Afrique, l'Angola, est un pays encore relativement pauvre mais cher pour les expatriés, car les marchandises importées peuvent être coûteuses. En outre, la recherche de logements sécurisés qui répondent aux normes des expatriés peut être difficile et très coûteuse", explique Barb Marder, dans un communiqué.

Le palmarès place Moscou, puis Tokyo. N'Djamena arrive en quatrième position, puis Singapour et Hong Kong. La Suisse compte trois villes dans le Top-10 de ce classement avec Genève, Zurich et Berne, sa capitale.
 

>> Pour aller plus loin, retrouvez notre blog des expatriés : La Tribune des Expats

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2013 à 20:31 :
Comme toujours à manier avec précaution et à surtout ne pas généraliser. Si à Bruxelles ou Lyon un expat peut vivre dans les conditions du Lyonnais ou du Bruxellois "de souche"; il est évident que dans des villes et pays "difficiles" (Manille, Kinshasa, Luanda...) pour qu'il accepte d'y venir avec sa famille, il faudra lui fournir des conditions exorbitantes par rapport aux employés locaux (notamment logement en zone sécurisé) .Donc ce genre de stat ne donne pas le cout de la vie moyen, mais celui d'un expatrié au mode de vie "développé."
a écrit le 25/07/2013 à 19:32 :
Pour les expatriés de luxe... pas pour Mr tout le monde, moi même expatrié à Singapour, les prix délirants de cette enquête ne reflètent pas du tout le réel dans la Cité-Etat heureusement ! Les exagérations vont du simple à plus du double...rien que ça !
Réponse de le 29/07/2013 à 7:04 :
singapour n est pas exactement une démocratie
a écrit le 25/07/2013 à 17:52 :
La corruption des gouvernements étrangers coûte aussi chère aux indigènes alors...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :