Les Abenomics aggravent dangereusement le déficit commercial japonais

 |   |  497  mots
Les Abenomics, en provoqunt la chute du yen et la hausse des importations, coûtent très cher au commerce extérieur japonais. (Photo : Reuters)
Les Abenomics, en provoqunt la chute du yen et la hausse des importations, coûtent très cher au commerce extérieur japonais. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le déficit commercial japonais n'en finit plus de s'aggraver. Le yen faible et la forte dépendance aux hydrocarbures coûtent en effet très cher à l'économie du pays.

Cela n'a rien d'une surprise, et pourtant... on ne peut s'empêcher de voir cela avec circonspection. En novembre, le déficit commercial japonais s'est encore aggravé de 35,1% en rythme annuel. Soit son dix-septième mois de hausse d'affilée.

La dépendance énergétique coûte cher

Le Japon paye en fait très cher sa totale dépendance énergétique vis-à-vis de l'extérieur. Historiquement habituée à des excédents commerciaux qui frisent l'insolence, l'économie japonaise, créancière du monde, a vu sa position remise en cause par l'arrêt brutal de sa production nucléaire suite à la catastrophe de Fukushima en mars 2011. Depuis, le pays tourne aux hydrocarbures, importées en quasi totalité, et n'arrive pas à compenser ce nouveau poste de dépense par suffisamment d'exportations.

Le yen faible renchérit les importations

Mais ce n'est pas tout. En 2013, le fraîchement élu au poste de Premier ministre Shinzo Abe a mis à genoux la banque centrale japonaise (BoJ) afin qu'elle se lance dans une politique monétaire ultra accommodante pour mettre fin à la déflation qui mine l'économie du pays depuis une quinzaine d'année. Ce qui a provoqué une dépréciation du yen de plus d'un quart face au dollar et à l'euro.

Résultat, l'archipel a payé plus de 30% plus cher ses importations de pétrole et de gaz, qui sont facturés en dollars, en novembre. C'est d'ailleurs avec les pays du Golf, exportateurs de pétrole, que son déficit commercial s'est le plus creusé. En revanche, il s'est réduit avec la zone euro, et son excédent commercial avec les États-Unis, son deuxième marché à l'export, s'est amplifié.

La demande intérieure stimule les importations

Les effets dévastateurs de l'arrêt du nucléaire et du yen faible ont par ailleurs été accentués par une demande intérieure particulièrement vigoureuse qui a stimulé les importations, qui se sont en général renchéries de plus de 21% en novembre sans être totalement compensées par les effets bénéfiques du yen faible sur les exportations.

Selon les analystes, cette progression de la demande n'est pas à mettre au compte de la bonne santé de l'économie de l'archipel, mais plutôt d'une augmentation de la consommation avant la hausse programmée de la TVA, et de l'effet stimulant de l'augmentation de la dépense publique par le gouvernement de Shinzo Abe dans le cadre de son plan de relance. Plan de relance qui inquiète fortement les analystes qui voient ainsi la colossale dette publique japonaise exploser, alors qu'elle ne tient aujourd'hui que grâce à un excédent courant hérité de l'époque où le Japon était un pays exportateur.

LIRE AUSSI :

>> Faut-il craindre une explosion de la dette japonaise ?

>> Nucléaire à l'arrêt et yen faible, le cocktail explosif du Japon

>> Le Japon a-t-il trouvé la ressource miracle pour son approvisionnement énergétique ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2013 à 13:58 :
Je pensai que ce serait la GB qui ferait défaut en premier, mais là, il y a concours...
a écrit le 18/12/2013 à 11:51 :
ça fait peur
a écrit le 18/12/2013 à 11:13 :
Croyez-vous qu'ils vont devoir relancer le nucléaire ?
Réponse de le 18/12/2013 à 11:46 :
Dabs ce cas, ce ne sera pas plus les Abenomics mais les Abetomics mais surement pas les Abecomics.
Réponse de le 18/12/2013 à 13:22 :
ou les "Abetontos", en espagnol, pour désigner les imbéciles, mais je ne crois pas du tout que ABE en fasse parte, bien au contraire.
a écrit le 18/12/2013 à 10:46 :
A quoi sert d'avoir des excédents commerciaux en pagaille? A rien, car les réserves de change, ne servent à rien. Si ce n'est de permettre aux autres de vivre à vos crochets, en fait vous vendez à...crédit, avec des devises qui valent de moins en moins à mesure que votre monnaie de champion économique et de l'export s'apprécie. Mais le pire, c'est que l'appréciation de votre monnaie, est une sorte de rente qui vous détruit d'une façon ou d'une autre. La production chez vous coute de plus en plus cher donc vos produits sont copiés et/ou fabriqués ailleurs, Si ce n’était les petites boulots (cas de l'Allemagne et du Japon) et la très faible natalité ou le travail réduit des femmes, le taux de chômage serait largement supérieur à celui qui est affiché officiellement, et le pays à long terme dépendra ou des robots ou de l’immigration de masse. Mettez-vous à la place du Japon environné de pays comme la Chine ou la Corée, les autres sont ses sous-traitants qu’elle finance et achète pour garantir son rang géopolitique, comme la Russie l’Ukraine, et comme l’UE avec les ex pays de l’Est et du Sud, bien que ces derniers aient fait l’erreur fatale d’adhérer à l’euro ce qu’ils paient très cher. Quant à la contrainte énergétique, attendez qu’elle ne nous pète pas à la figure, en France, avec notre très forte dépendance au nucléaire. Les allemands ont compris la question et vienne de nommer un nouveau Ministre de l’Economie qui est également le Ministre de l’Energie. Encore un temps d’avance pour les autres et un temps de retard pour nous, la France le pays de queue de peloton pour tout sauf pour le niveau des prélèvement fiscaux et sociaux, là nous sommes champion du monde, nous avons donc encore moins de marge de manœuvre que le Japon, malgré le niveau de dette publique de ce dernier qui rappelons-le est détenu à plus de 91% par les japonais eux-mêmes ce qui n’est pas notre cas, puisque plus de 60% de la dette négociable est entre les mains étrangères.
Réponse de le 18/12/2013 à 13:20 :
Ce commentaire comporte quelques fautes de frappe et autres, je vous prie de m'en excusez, le message ayant été tapé avec l'envie de donner mon avis sans tarder, c'est une déformation habituelle semble il chez nous les internautes actifs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :