La production manufacturière chinoise en baisse de régime

 |   |  391  mots
L'indice PMI chinois établit par HSBC pour le mois de janvier 2014 indique une contraction de l'activité manufacturière
L'indice PMI chinois établit par HSBC pour le mois de janvier 2014 indique une contraction de l'activité manufacturière (Crédits : reuters.com)
L’indice HSBC mesurant l’activité manufacturière en Chine indique une contraction pour la première fois depuis six mois en raison d'une baisse de la demande intérieure et des tentatives de resserrement du crédit par Pékin.

Pour la première fois depuis six mois, l'indice PMI des directeurs d'achats établit par la banque HSBC indique une contraction, à 49,6 en janvier selon une première estimation. Au mois de décembre, il s'affichait à 50,5, un niveau qui restait encore légèrement supérieur au seuil de 50 marquant la différence entre expansion et contraction.

Ralentissement de la demande intérieure

Les analystes de la banque HSBC estiment que ce recul intervenant quelques semaines avant le Nouvel an chinois "s'explique principalement par un ralentissement sur le plan de la demande intérieure."

"Le PMI chinois vient assombrir l'humeur des marchés" et se situe "très en deçà des attentes", ont souligné de leur côté les experts de la Société Générale dans une note. Ils pointent un recul aggravé sur le plan de l'emploi et une hausse des stocks de produits finis qui suggèrent une baisse sensible de la demande.

Politique monétaire 

Autre élément d'explication : la politique de la Banque centrale chinoise (PBOC) qui, pour limiter l'explosion du crédit a interrompu ses injections de liquidités dans le système financier en juin et en décembre, ce qui a notamment provoqué une flambée des taux sur le marché interbancaire. L'impact de cette situation ne semble cependant pas évident pour certains économistes. Zhang Zhiwei, économiste auprès de la banque Nomura indique ainsi à l'AFP :

"Il y a eu beaucoup de débats sur les marchés, pour savoir si la montée des taux interbancaires (provoquée par l'intransigeance de la PBOC) aurait ou non un impact négatif important sur l'économie réelle"

De son côté, Qu Hongbin, chef économiste chez HSBC, cité par le Wall Street Journal, juge que l'indice PMI de janvier constitue un avertissement qui signale les risques encourus par Pékin si elle continue de resserrer le crédit.  

Prévision de croissance 2014: 7,4%

Ce ralentissement de la production confirme une tendance au ralentissement déjà pressenti par un ralentissement de la croissance au dernier trimestre 2013. Des chiffres annoncés par le Bureau national des statistiques le 20 janvier qui indiquent que, l'an dernier, le PIB chinois a crû de 7,7%. Il s'agit de la plus faible croissance depuis 13 ans en Chine.

Les économistes interrogés par l'agence Bloomberg tablent sur une croissance limitée à 7,4% l'an prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :