Naufrage d'un ferry : la colère monte en Corée du Sud

 |   |  576  mots
Le Sewol a combré à une vingtaine de km des côtes. Seule la quille du ferry est hors de l'eau
Le Sewol a combré à une vingtaine de km des côtes. Seule la quille du ferry est hors de l'eau (Crédits : Reuters)
Des centaines d'adolescents auraient perdu la vie dans le naufrage d'un ferry au large des côtes coréennes à cause de l'attitude de l'équipage. La colère monte en Corée du sud.

Un jour après le naufrage du Sewol, un bateau de 6.825 tonnes, la Corée du Sud est toujours sous le choc. Sur les 475 passagers à bord du ferry, on est sans nouvelles de 287 personnes. Le choc est d'autant plus fort que 325 lycéens étaient à bord.

Dans le pays, c'est la stupéfaction face à l'ampleur de la catastrophe. La Corée du Sud, riche et moderne, pensait avoir relégué dans le passé ce type de drames. Les premiers témoignages des survivants ont suscité l'ire de la population à l'égard de l'équipage. Son attitude pourrait être à l'origine d'un grand nombre de disparition.

287 personnes toujours portées disparues 

Pour le moment seulement neuf corps ont été retrouvés. Les gardes côtes sont sans nouvelles de 287 personnes. au total il étaient 475 qui étaient à bord, dont 325 lycéens. Le ferry doté de plusieurs étages a sombré mercredi matin à une vingtaine de kilomètres de la côte sud alors qu'il se rendait sur l'île de Jeju (sud) avec des classes entières à bord, en voyage scolaire. Les causes de l'accident ne sont pas connues mais des témoignages de passagers laissent entendre que le ferry a heurté le fond.

Le travail des plongeurs est entravé par la violence des courants et une visibilité très réduite. Il sont plusieurs centaines à avoir tenté de pénétrer à l'intérieur de l'épave immergée. En vain. Mais tout espoir n'est pas perdu. Les secouristes compte encore trouver des survivants dans des poches d'air. Trois grues géantes ont été déployées sur le site pour essayer de redresser l'épave.

L'attitude de l'équipage en question

Les premiers témoignages des survivants ont suscité la colère de la population coréenne. L'équipage aurait donné l'ordre de ne pas sauter par dessus bord, alors que les passagers auraient pu être récupérés par les bateaux de pêche venus porter secours.

Les rescapés ont indiqué que l'équipage leur avait donné l'ordre de ne pas bouger de leurs sièges après le choc."Nous avons attendu 30 à 40 minutes", a raconté un lycéen. "Et puis (le ferry) a basculé, tout le monde s'est mis à hurler et a essayé désespérément de sortir de là".

Pour Bae Min-Hoon, directeur de l'association pour la sécurité maritime, l'évacuation a été mal gérée. "Il semble que cette première heure, si précieuse, a été gâchée lorsqu'on a demandé aux passagers de rester dans leur cabine", a-t-il noté.

La discipline est stricte dans le système scolaire sud-coréen et l'autorité respectée. La presse en conclut que les lycéens ont certainement obéi aux ordres sans protester. "Si seulement on nous avait dit de sortir plus tôt, nous aurions été plus nombreux à sauter à l'eau", où des bateaux de pêche récupéraient les passagers, estime une lycéenne sur la télévision MBC. "Mais la plupart des gens n'ont pas bougé, comme on le leur avait demandé".

La chef d'Etat venue sur place

La présidente du pays, Park Geun-Hye, s'est rendue jeudi dans le gymnase de l'île de Jindo (sud) où sont regroupés les proches des passagers disparus. Visiblement émue, la chef d'Etat a engagé une longue séance de questions/réponses avec des interlocuteurs accablés par l'angoisse et la douleur, dans une atmosphère souvent tendue.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2014 à 6:40 :
Condoleances aux familles. Les parents doivent passer des heures effroyables a attendre que l'ont puisse penetrer dans la coque. Et les chances de retrouver des survivants est faible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :