Les soupçons de recours aux armes chimiques en Syrie se précisent

 |   |  486  mots
La porte parole du Département d'Etat américain, Jen Psaki, a indiqué lundi avoir des indications sur l'utilisation d'une substance chimique industrielle toxique. (Photo : Reuters)
La porte parole du Département d'Etat américain, Jen Psaki, a indiqué lundi avoir "des indications sur l'utilisation d'une substance chimique industrielle toxique". (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les Etats-Unis disposeraient d'éléments confirmant les soupçons d'utilisation de substances chimiques toxiques en Syrie. Des gaz industriels comme le chlore auraient pu être répandus au mois d'avril dans certaines des villes du pays.

L'information circule depuis dimanche. François Hollande avait alors fait part de ses soupçons quant à de récentes attaques au gaz toxique, contre les rebelles syriens. Les États-Unis pourraient aujourd'hui en avoir la preuve.

Des "attaques moins importantes, mais mortelles"

Le Département d'Etat américain examine les éléments pointant la responsabilité du régime de Bachar al-Assad, a indiqué lundi sa porte parole Jen Psaki, comme le montre un reportage de France 24.

"Nous avons des indications sur l'utilisation d'une substance chimique industrielle toxique. Nous examinons les allégations selon lesquelles le gouvernement [syrien] est responsable".

Des déclarations qui corroborent les propos du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, sur l'antenne d'Europe 1 dimanche. 

"Des indications me sont données - il faut vérifier -, selon lesquelles il y aurait eu des attaques chimiques récemment, beaucoup moins importantes que celles de Damas il y a quelques mois, mais des attaques mortelles, dans le nord-ouest de la Syrie, pas loin du Liban."

Des bombardements de gaz à neuf reprises

La Coalition Nationale Syrienne (CNS), la principale force d'opposition, avait déclaré la semaine dernière que des hélicoptères du gouvernement avaient largué les 11 et 12 avril du gaz chloré sur le village de Kfar Zeïta, tenu par les insurgés, dans la province de Hama. La CNS précise que les armes toxiques auraient été utilisées à neuf reprises depuis le début de l'année, dont six au cours du mois d'avril. La télévision officielle syrienne a quant à elle imputé l'usage de ce gaz au Front al-Nosra, affilié à al-Qaida.

Ce sont des barils d'explosifs remplis de chlore à l'état gazeux, d'aspect "jaune-verdâtre et à l'odeur âcre" selon un article du Monde, qui ont été bombardés. Ce gaz endommage les voies respiratoires et peut provoquer l'asphyxie, à forte dose. Le quotidien ajoute que la CNS aurait demandé une enquête à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), censée détruire le stock syrien. Samedi 19 avril, la coordinatrice spéciale de la mission conjointe de l'ONU et de l'OIAC, Sigrid Kaag, avait fait savoir que la Syrie avait transféré hors du pays ou détruit 80% de ses armes chimiques déclarées.

Plus d'armes chimiques à partir du 27 avril

Le régime syrien s'était engagé à se débarrasser de l'intégralité de son arsenal chimique à la suite d'une attaque commise dans la plaine de la Ghouta, en périphérie de Damas, le 21 août 2013. Il est censé ne plus disposer d'aucune de ces armes toxiques d'ici la date butoir du 27 avril.

C'est en tout cas ce qui avait été convenu -après une correction de calendrier fin février- dans l'accord avec les États-Unis et la Russie, en septembre. Sauf que, contrairement au sarin, le gaz chloré de figure pas sur la liste des armes chimiques que Bachar al-Assad a déclaré l'an dernier à l'OIAC. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2014 à 22:00 :
Mensonges!!!!!
Les Américains nous ont habitué à ce genre de ce mensonge.
En Irak.
Ils ont affirmé que Sadam Hussein possédaient des armes de destructions massives,qu'on a jamais retrouvées.
Bush a reconnu avoir menti pour déclencher cette guerre pour s'emparer du pétrole,mette un valet qui servira les intérêts américain et s'approcher davantage de L’Iran pour déstabiliser ce pays et renverser un régime servile qui veille sur les intérêt des yankee
a écrit le 23/04/2014 à 9:03 :
les armes chimiques et leurs utilisations démontrent bien que ce type d'arme n'a aucune raison d'exister sur un champ de bataille , inutile et couteux il a plus un impact psychologique qu'autre chose , bombarder meme avec des produits chimiques civils , a votre article j'ai l'impression que ce fut le cas , a défaut d'avoir des armes plus létales que ce genre de produit , non cela démontre le degré de haines grandissant dans chaque camp a l'approche des élections syriennes qui seront comme celles d'Algérie .. une farce de plus
a écrit le 22/04/2014 à 17:17 :
Quel groupe d'insurgés tient le village de Kfar Zeïta ?
a écrit le 22/04/2014 à 14:24 :
Et le fait qu’en Septembre dernier, les insurgés ont attaqué une base militaire entreposant des armes chimiques qui avaient bizarrement toutes disparues lorsque l’armées avait repris le contrôle de la base 2 semaines plus tard ?
Les EU et la France n’ont aucune information là-dessus ?
Réponse de le 22/04/2014 à 14:49 :
Pour envoyer du chlore il faut le faire sous forme concentrée à forte dose à distance pour que ce soit efficace car très volatil donc avoir les équipements adéquats dont ne disposent pas les rebelles. L'armée syrienne n'a cessé d'envoyer des barrils par hélico. ce qui est un des moyens adéquats. On retrouve d'ailleurs les cylindres Cl2.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :