L'impossible conférence pour la paix en Syrie

 |   |  274  mots
La conférence de paix Genève 2, qui se tient à Montreux, a connu mercredi un début difficile, grandes puissances et négociateurs syriens campant sur leurs positions dans un climat très tendu./ DR
La conférence de paix Genève 2, qui se tient à Montreux, a connu mercredi un début difficile, grandes puissances et négociateurs syriens campant sur leurs positions dans un climat très tendu./ DR (Crédits : DR)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, la conférence pour la paix en Syrie, qui se tiendra à Montreux. Une chance pour la paix ?

130 000 morts en 3 ans de guerre civile. C'est le triste bilan syrien qui a poussé, mercredi, une quarantaine de pays et d'organisations internationales à se réunir lors de la conférence de paix Genève II.

Une opportunité "historique", selon le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui pourrait permettre aux représentants du régime syrien et de l'opposition en exil de prendre "un nouveau départ".

Sous l'égide des grandes puissances, un chemin vers la paix en Syrie se dessinerait-il ?

28 minutes

MISE AU POINT
Par Sandrine Le Calvez

 

RETROVISEUR
Par Marc-Antoine Deporet

La dynastie Al-Assad 1966
Hafez al-Assad, formé au sein de l'armée rouge soviétique, devient ministre de la défense syrienne à la faveur d'un coup d'État. Retour sur les origines d'une dynastie de dictateurs.  

 

VU D'AILLEURS
Par Marc-Antoine Deporet

Liban : des réfugiés syriens vendent leurs organes
Vendre ses organes pour survivre. C'est l'histoire d'un jeune Syrien qui a fui son pays et vit aujourd'hui au Liban avec ses six frères et soeurs.

Ce témoignage est révélé par le journal allemand Der Spiegel. Le jeune homme, qui se fait appeler Raïd, a vendu un rein. Il a perçu 7.000 dollars pour la vente de son organe. Une somme qui devrait permettre à sa famille de résister pendant quelques mois. Des informations que réfutent les autorités libanaises.  

 

DEBAT
Pour en débattre, Renaud Girard, correspondant de guerre et chroniqueur international au Figaro, Hasni Abidi, politologue et spécialiste du monde arabe, et Hala Kodmani, journaliste franco-syrienne.

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2014 à 16:30 :
On dézingue Assad bien et après on fait quoi,apparemment la relève n'est pas piqué des vers, entre deux séances avec les troupes d'assad ,ils ceux tire dessus entre factions rivales,ça promet un futur démocratique radieux en Syrie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :