La demande mondiale d'or se stabilise, celle de bijoux augmente

 |   |  448  mots
Les niveaux de comparaison (de la demande mondiale entre 2013 et 2014) seront affectés par les niveaux de demande extraordinairement élevés observés l'année dernière, prévient le CMO.
"Les niveaux de comparaison (de la demande mondiale entre 2013 et 2014) seront affectés par les niveaux de demande extraordinairement élevés observés l'année dernière", prévient le CMO. (Crédits : DR)
Au premier trimestre 2014, la forte demande joaillière en Chine est tout juste parvenue à compenser une baisse de la consommation en Inde et un repli de l'intérêt des investisseurs financiers.

La demande mondiale d'or s'est stabilisée au premier trimestre, a révélé mardi le rapport trimestriel du Conseil mondial de l'or (CMO). De janvier à mars, la demande mondiale de métal jaune s'est inscrite à 1.074 tonnes, contre 1.077 tonnes sur la même période l'année précédente, selon les calculs du CMO, une fédération qui réunit les grands producteurs d'or de la planète.

Celle-ci explique:

"La demande mondiale de bijoux, la composante la plus importante de la demande globale, s'est élevée à 571 tonnes lors du premier trimestre 2014, en hausse de 3% par rapport à la même période un an plus tôt, ce qui représente le début d'année le plus robuste pour la joaillerie depuis 2005"

La demande de bijoux chinoise en hausse de 10%

Principale source de cette croissance, la demande de bijoux en Chine (qui est devenue en 2013 le plus gros pays consommateur d'or au monde) a grimpé de 10% au premier trimestre pour atteindre 203 tonnes, du fait principalement des célébrations du Nouvel an chinois et de la Saint Valentin au cours desquelles des cadeaux à base d'or sont traditionnellement échangés, a mis en avant le rapport.

Mais dans le même temps, la demande d'or en tant qu'investissement et pour utilisation industrielle a fondu de respectivement 2% (à 282 tonnes) et 4% (à 99 tonnes), alors que le cours du métal tentait de rebondir quelque peu en début d'année. Le cours de l'or a en effet atteint 1.392,22 dollars l'once début mars, son niveau le plus élevé en six mois, mais certes toujours loin des près de 1.700 dollars l'once auquel il s'échangeait début 2013.

Au sein de la catégorie des investissements, la demande de pièces et lingots a chuté de 39%, pour atteindre 283 tonnes.

Net repli de la demande indienne

Autre tendance notable, la demande indienne d'or a connu un net repli au premier trimestre, avec une baisse de 9%, à 146 tonnes des achats de bijoux dans le pays. Comme en 2013, celle-ci a été pénalisée par la poursuite des mesures limitant les entrées d'or dans le pays mises en place par le gouvernement indien afin de tenter de réduire l'énorme déficit extérieur du pays.

De plus, les consommateurs indiens sont restés sur la touche en attendant de voir le résultat des élections dans le pays, dans l'espoir de voir un nouveau gouvernement assouplir voire lever ces mesures au second semestre.

Mais dans l'ensemble, le CMO a tout de même prévenu:

"Les niveaux de comparaison (de la demande mondiale entre 2013 et 2014) seront affectés par les niveaux de demande extraordinairement élevés observés l'année dernière".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2014 à 11:15 :
Assez logique. Roosevelt avait interdit la possession d'or mais n'avait pas pu interdire celle des bijoux.
Réponse de le 21/05/2014 à 13:01 :
L'avantage avec l'or c'est qu'il est négociable....dans le monde entier !
Réponse de le 21/05/2014 à 14:12 :
L'avantage, avec le bijou c'est qu'il est négociable ailleurs que dans ton dentier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :