Quand Washington dévoile "par erreur" le nom du chef de la CIA en Afghanistan

 |   |  396  mots
Le nom du plus haut représentant de l'agence de renseignements américaine dans le pays était inclus dans une liste, transmise par courriel aux médias.
Le nom du plus haut représentant de l'agence de renseignements américaine dans le pays était inclus dans une liste, transmise par courriel aux médias. (Crédits : reuters.com)
Les journalistes ont promis de ne pas divulguer le nom de ce haut responsable de l'agence de renseignements américaine dans le pays afin de préserver sa sécurité ainsi que celle de sa famille.

Calembredaine américaine. La Maison blanche a dévoilé par erreur le nom du "chef de station" de la CIA en Afghanistan aux journalistes voyageant dimanche avec Barack Obama à Kaboul, rapporte le Washington Post.

Comment l'agence de renseignements américaine a-t-elle pu laisser filtrer le nom de son espion le plus haut gradé dans le pays? Apparemment, le patronyme de l'officier avait été inclus "par inadvertance" dans une liste récapitulant les noms de 15 hauts responsables qui participaient à un briefing avec le président américain sur la base aérienne de Bagram, près de la capitale afghane, précise le journal.

Une liste qui a été transmise par mail aux journalistes faisant partie de la délégation. Mais pas que. Elle a également été incorporée dans le rapport rendant compte de l'évènement, envoyé par la Maison blanche à divers organes de presse ainsi qu'aux médias étrangers n'ayant pu se déplacer.

Une liste transmise à plus de 6.000 destinataires

Le Post raconte ainsi que l'un de ses journalistes, le chef de bureau à la Maison blanche, Scott Wilson, faisant partie du "pool" de reporters accrédités pour le voyage, a copié la liste originale à partir de l'e-mail fourni par les attachés de presse de la présidence. Avant d'envoyer le compte-rendu aux responsables de presse qui l'ont fait suivre à... plus de 6.000 destinataires.

Une fois le rapport envoyé, quelle n'est pas sa surprise lorsqu'il voit apparaitre le nom du "Chief of Station". Aussi s'adresse-t-il immédiatement au service de presse de Washington pour leur faire part de son étonnement. Dans un premier temps, les préposés aux relations presse ne soulèvent aucune objection. Mais un peu plus tard, de hauts responsables de la Maison blanche s'aperçoivent de la bourde. En hâte, ils diffusent alors une liste corrigée.

Il est trop tard: l'erreur est commise. Cependant, le quotidien a, comme Reuters et d'autres médias, accepté de ne pas divulguer le nom du responsable de la CIA à la demande de l'administration américaine, pour sa sécurité et celle de sa famille. Reste que la mission de l'officier devra probablement être écourtée. Du moins n'est-il pas certain qu'il puisse rester en poste en Afghanistan.

------------------------

Pour aller plus loin:

>> NSA: toutes les conversations téléphoniques sont enregistrées en Afghanistan, révèle Wikileaks

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2014 à 14:27 :
Pour une fois que la boulette n'est pas de chez nous...
a écrit le 27/05/2014 à 13:26 :
Ce genre de papier ne sert qu'à nuire la glorieuse image de nos Libérateurs, juste à la veille des commémorations du débarquement. On se demande qui sont ceux, les communistes et d'autres pro-Allemagne qui se trouvent derrière cet article. Honte à vous !
Réponse de le 27/05/2014 à 17:25 :
Vous avez raison, depuis que Capa s'en est allé il ne reste plus une seule trace de la grande amitié franco-américaine qui régnait entre nos journalistes et nos anciens libérateurs. De nos jours c'est l'irrespect qui prédomine au sein des rédactions et c'est regrettable.
Réponse de le 28/05/2014 à 15:12 :
Ridicule,
La chasse aux sorcières est ouverte
a écrit le 27/05/2014 à 8:49 :
et vous croyez que c'est une erreur ????????????????????
Réponse de le 27/05/2014 à 10:25 :
@Boum : quelle est votre théorie ? Les petits lutins ? Les francs-maçons ? La voisine du 3ème ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :