"Nous faisons des changements pour donner la priorité aux Britanniques" (Cameron)

 |   |  368  mots
David Cameron fait un pas vers les électeurs du parti pour l'indépendance (UKIP) qui est arrivé premier aux élections européennes avec 26,6% des voix (Photo : Reuters)
David Cameron fait un pas vers les électeurs du parti pour l'indépendance (UKIP) qui est arrivé premier aux élections européennes avec 26,6% des voix (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
David Cameron, le Premier ministre britannique, a annoncé diverses mesures afin de limiter les aides aux immigrés. Il s'inscrit, dès à présent, dans l'optique des élection législatives de 2015

"Nous faisons des changements pour donner la priorité aux Britanniques."

Déçu après les résultats des élections européennes de mai où son parti n'est arrivé que troisième, David Cameron souhaite reprendre la main et adapte sa politique afin de satisfaire les électeurs qui ont voté pour le parti eurosceptique (UKIP pour UK Independance Party, soit parti de l'indépendance du Royaume-Uni).

Limiter les allocations pour les immigrés

Dans une tribune publiée dans le Daily Telegraph, le Premier ministre britannique a annoncé diverses mesures visant à durcir les règles concernant les immigrés à partir du mois de novembre. La plus marquante concerne les allocations chômages :

"Nous avons changé les règles de telle sorte que personne ne puisse venir dans le pays et profiter immédiatement des allocations chômages, il faudra attendre au moins trois mois"

Les allocations chômage et familiales qui duraient six mois seront réduites à trois pour les immigrés. De plus, d'autres mesures concernant la répartition des logements sociaux et l'expulsion des criminels issus de l'immigration sont également envisagées.

Par ailleurs, les annonces d'offres d'emploi, jusqu'alors largement publiés sur le site européen EURES, verraient leur diffusion réduite. "Nous interdirons les embauches uniquement à l'étranger (...)", ajoute le Premier ministre britannique dans sa tribune qui précise que les agences de recrutement seront également obligées de publier des annonces en anglais au Royaume-Uni.

L'Union européenne pourrait bloquer ces mesures

La Commission européenne doit analyser cette politique afin d'examiner son respect du droit européen. Elle pourrait aussi être remise en cause dans le sens où la majorité des immigrants européens ne se déplacent pas pour profiter d'un système social particulier :

"De nombreuses études indépendantes et nos propres études montrent systématiquement que (les immigrants européens) se rendent dans d'autres États membres pour travailler et non pour réclamer des aides", a déclaré le porte parole de la Commission européenne, Jonathan Todd.

Pas sûr qu'une annulation de ces mesures joue en la faveur de David Cameron, qui compte dessus pour séduire les Britanniques en vu des élections législatives de 2015 au Royaume-Uni.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2014 à 10:44 :
Nos gouvernants de droite comme de gauche, ont vendu à un machin délétère la souveraineté de la France. Ceux du Royaume Uni ont investi cette zone pour en faire un foirail profitable sans rien perdre de leur souveraineté. Cameron n'est pas fou et fait ce qu'il veut.
a écrit le 29/07/2014 à 23:12 :
Voila ce que veulent les peuples, sans cette préférence nationale pourquoi être d'un pays où d'un autre ?
La France doit initier des lois identiques pour dire au monde que nous c'est fini, les Français ne veulent plus bosser uniquement pour nourrir, soigner et loger la misère. Des aides ponctuelles oui la spoliation avec discrimination positive non... à trop vouloir en faire les pouvoirs publics ont mis les Français très en colères.
Réponse de le 30/07/2014 à 11:16 :
Si on décident que les immigrés ne touchent pas d'allocations chômage ou familiale, logiquement ils ne devraient plus payer les cotisations sociales correspondantes. Donc à salaire net égal, il sera plus intéressant d'embaucher un immigré qu'un local .....
a écrit le 29/07/2014 à 20:38 :
Il tapine auprès des électeurs d'extrême droite. Réduire des allocations à des gens qui auront cotisé comme les autres, ce n'est pas possible dans un pays digne.

Il parle juste pour amuser la galerie. Son fond de panier électoral, c'est des entrepreneurs qui veulent de la chair fraîche pas chère à embaucher. Il continuera à leur garantir cela.
a écrit le 29/07/2014 à 16:53 :
la meme chose en france et l europe se mele de ce qui la regarde
Réponse de le 30/07/2014 à 10:13 :
Non pas la même chose en France....j'en ai marre de ces xénophobes de tous poils, racistes. Nous sommes europeens, et je veux qu'un bulgare puisse venir en France si l'en a envie et moi aller en Bulgarie ou en Finlande si j'en ai envie. Il faut en finir avec cette mentalité de français qui ne se regarde que le nombril et enfin penser européen, dans une europe démocratique libre et ouverte. Je suis avant tout Europeen, puis Français, puis de ma région de mon département de ma ville et de ma rue et pas l'inverse
Réponse de le 30/07/2014 à 14:03 :
faudra bien vous y faire car la majorité des pays d'Europe seront bientôt d'extreme droite

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :