Référendum : les Suisses approuvent la limitation de l'immigration

 |   |  320  mots
Le gouvernement suisse doit à présent présenter un projet de loi pour concrétiser les exigences du texte, qui demande que la Suisse gère de manière autonome l'immigration des étrangers
Le gouvernement suisse doit à présent présenter un projet de loi pour concrétiser les exigences du texte, qui demande que la Suisse gère de manière autonome l'immigration des étrangers (Crédits : Reuters)
Ce résultat devrait entraîner la fin de la libre-circulation des membres des pays de l'Union européenne au sein de la confédération helvétique, et le retour de quotas d'immigrés.

Les Suisses ont dit "oui" à 50,3% à une limitation de l'immigration, notamment européenne, lors d'un référendum organisé dimanche, et dont le résultat aura de lourdes conséquences dans leurs relations avec l'UE, selon les résultats officiels.

Le référendum, lancé à l'initiative du parti UDC (droite populiste) a obtenu la double majorité requise, soit la majorité des cantons et la majorité des électeurs.

Le système des quotas et des contingents va être réinstaurer

Concrètement, ce référendum signifie la fin de l'accord de libre-circulation des personnes signé avec l'UE, et qui s'est traduit par une immigration massive d'Européens en Suisse.

Le pays devrait réinstaurer le système de quotas et de contingents, qui existait avant l'accord de libre-circulation.

"Il s'agit d'un tournant dans notre politique d'immigration", a déclaré le président de l'UDC Toni Brunner.

De son côté, Christian Levrat, du parti socialiste suisse, a indiqué que son parti "avait perdu, et cela fait mal".

Le patronat avait appelé à voter "non"

La quasi majorité des partis politiques suisses ainsi que le patronat avaient appelé à voter "non" à ce texte.

Les conséquences pratiques de ce résultat demeurent encore floues.

La seule certitude est que le gouvernement suisse doit à présent présenter un projet de loi pour concrétiser les exigences du texte, qui demande que la Suisse gère de manière autonome l'immigration des étrangers.

"Le respect de la préférence nationale"

Le texte demande des contingents annuels pour les travailleurs, frontaliers ou requérants d'asile.

Ces plafonds doivent être fixés en fonction des "intérêts économiques globaux de la Suisse et dans le respect de la préférence nationale".

Dans la foulée, les accords internationaux contraires à cet esprit - comme la libre circulation des personnes - devront être renégociés et adaptés dans un délai de trois ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2014 à 0:40 :
M. Hollande va bien trouver comment taxer les matières 1ères entrant en Suisse via d'UE, et les produits finis qui en sortent si les quotas sont mauvais.
Qui fera les travaux que les suisses refusent et faits par des étrangers? (Comme en France d'ailleurs)
a écrit le 11/02/2014 à 0:30 :
Quels niveaux de quotas? Si trop bas, on peut créer une taxe européenne sur le transit des produits suisses dans les deux sens.
Réponse de le 11/02/2014 à 15:00 :
En représaille la suisse, arretera de financer à bas cout la dette européenne...
a écrit le 10/02/2014 à 23:15 :
Pour comprendre le vote des Suisses, il faut d'abord savoir plusieurs choses dont la première est qu'en Suisse la population étrangère est de 24% soit le plus haut taux et de loin de toute l'Europe. De plus, plus de 40'000 Européens s'installent en Suisse par année. soit 120'000 sur ces trois dernières années. La Suisse en terme d'infrastructure n'était pas préparée à accueillir ce nombre. Cela a causé des problèmes sur les logements, les routes et du dumping salarial. En fait les Suisses posent aussi la question du développement durable.

Est-il raisonnable de laisser aux générations une suivante une Suisse à 10 millions d'habitants. Hier les Suisses ont voulu prendre leur destin en main en tant que pays souverain et démocratique il donne un signal d'une réflexion plus profonde que les échos pitoyables des analystes européens. Pour exemple pour la France ou l'Allemagne l'émigration que subit la Suisse actuellement correspondrait proportionnellement à environ 400'000 personnes par année et donc sur les 3 dernières années 1.2 millions. Si cela arrivait à la France demain que dirait les politiciens francais et allemand ? De toute manière à force de ne pas être démocratique et seulement technocratique Bruxelles se coupe des réalités des citoyens. A bon entendeur au prochaine élection européenne.
a écrit le 10/02/2014 à 23:11 :
En fait, les suisses sont malins. Ils s'aperçoivent que les soi-disant Français qui vont travailler en suisses ne sont pas réellement des Français, que les allemands ne sont pas réellement des allemands, etc... que des mosquées ils n'en veulent pas un point c'est tout.
Ils ont vu qu'aucun pays "Allahmanique" ne peut se moderniser.
a écrit le 10/02/2014 à 20:28 :
tous nos elus et politiques qui s en mettent plein les poches ne sont pas du tout confrontes a ce monde ou meme les flics nepeuvent pas aller !!!!!!!! les suisses ont tout a fait raison d avoir vote ainsi ...faites un referendum en France et ce sera au moins 55 a 60% bizzzzz
Réponse de le 11/02/2014 à 9:52 :
les suisses ont raisons et nous devons faire comme eux .
déjà pourqui tout ces charges sur vos salaires .? pour ces gens qui ne travaillerons jamais .
Alors un referendum en france serait un bien
a écrit le 10/02/2014 à 18:36 :
les suisses ont voté. Leur choix peut être bon ou mauvais, c'est leur choix. Cela s'appelle la démocratie. Les technocrates de Bruxelles doivent comprendre ça.
Réponse de le 10/02/2014 à 22:58 :
Mais ils l'ont compris et ils acceptent la décision des ou avez vou entendu l'inverse. Ils disent seulement qu'il y aura des conséquences c'est tout.
a écrit le 10/02/2014 à 15:53 :
20% d' immigrés la côte d' alerte a été franchie ....le raisonnable ne tue pas , dommage que cela vienne de la base....
a écrit le 10/02/2014 à 15:10 :
Peu importe le résultat, c'est le peuple qui décide et c'est ce qu'on appelle une vraie démocratie. Rien à voir avec notre monarchie ou seuls quelques politicards décident à notre place, c'est pour cela que la France est plombée depuis 50 ans.
Réponse de le 10/02/2014 à 23:05 :
Très juste.
a écrit le 10/02/2014 à 14:18 :
Déjà avec leur Gruyère, ils avaient bouché les trous pour ne pas que les souris passent !!!
a écrit le 10/02/2014 à 14:14 :
Qu' attendons nous pour faire pareil en France, mais que pour les ressortissants des pays de l' est, qui nous coûtent plus cher qu' ils nous rapportent, cette population ne vient pas pour travailler, mais seulement pour les aides, et arrondir leur fin de mois par des vols, vous regardez les faits divers dans les journaux, tous les vols avec violence sont commis en grande majorité par des gens venus des pays de l' est !! Donc stop !! Maintenant, je ne suis pas d' accord pour que les Suisses interdisent les Frontaliers Français d' aller travailler chez eux, si c' est le cas , refusons leur le droit d' acheter des terrains, ou des luxueux chalets en France, tout le long du Léman ,côté Français, et en Haute Savoie , Savoie, la plupart des chalets sont occupés par des Suisses !!
a écrit le 10/02/2014 à 14:12 :
L'initiative avait assez de soutiens; la votation a eu lieu, et son résultat sera entériné dans les textes. "Démo"cratie; total respect. Par contre les "babas" devant la Suisse que révèlent ces commentaires devraient mieux se renseigner... Outre l'aspect "financier", tout n'y est pas si facile; particulièrement lorsqu'on n'a pas été "élevé" dans leurs "valeurs". Lesquelles sont d'ailleurs multiples; la carte des résultats est parlante. Les "cantons" (26 pour 8M d'habitants !!!) qui ont refusé les quotas sont ceux dans lesquels la présence de non Suisses est la plus forte !. Par contre dans ceux où les vaches n'ont jamais vu un étranger, là ils sont pour... ! Si l'on rapporte à ça la carte des langues en vigueur, on peut se demander si la Suisse est "un pays"... Mais voyons y un signal intéressant: la Suisse qui bénéficiait de nombreux avantages de l'U.E. sans en subir les contraintes, n'en veut plus. Bien; que ça serve d'exemple, et que les Grands Bretons n'hésitent pas; qu'ils sortent. A partir de là, il sera peut être possible de reconstruire l'U.E. comme elle devrait être. Et pas comme la Commission (aidée en France par les manips de Sarko) la voudrait. Et comme la Suisse en avait eu le bénéfice, gratos.
Réponse de le 10/02/2014 à 14:31 :
Bien sûr. La France,elle, n'est même pas un bazar d'Istanboul, mais un abcès en décomposition du gros foirail européen. Sa gauche aujourd'hui est tout comme sa droite, qui avait carrément déchiré un référendum populaire. Les Britons, eux, avec leur régime d'exception, font tout pour que fermentent les effluves du gros foirail.
Réponse de le 10/02/2014 à 15:14 :
Si l'émigré a droit a votation ce n'est pas étonnant! Une fois que l'émigration sera complète on ne demandera plus rien a personne!
Réponse de le 10/02/2014 à 15:45 :
c'est exactement ca. Ils vont vite déchanter les Suisses.
a écrit le 10/02/2014 à 13:57 :
les suisses n'en pouvait plus de Johnny Halliday. Et lui on fait comprendre de rester aux Etats Unis.
Réponse de le 10/02/2014 à 14:54 :
Johnny comme d'autres et multinationales comprises déclarent là où ils sont que la résidence principale est ailleurs et ainsi, légalement, tout ce beau monde ne paye pas ou quasiment pas d'impôts de vrais citoyens du monde les économistes appellent cela des sociétés anonymes.
a écrit le 10/02/2014 à 12:26 :
En 1992, quand ils avaient déjà dit "Non" à l'Espace économique européen, on les avait menacés de ruine... Vingt ans plus tard, où se trouve la prospérité ? Et contrairement à ce que répètent certains, les Suisses ne vivent pas uniquement de leurs banques, ils fabriquent des médicaments, des montres et divers produits pour le monde entier.
Réponse de le 10/02/2014 à 17:27 :
C'est fou mais tous ces produits transitent par l'Europe ... dommage, de plus ils profitent de l'Europe sans en être, concurrence fiscale, financière, monétaire, infrastructures routières, aeroportuaires, ferroviaires, portuaires, ça n'a que trop duré !
Réponse de le 10/02/2014 à 23:04 :
Faux Didier entre 92 et 99 la Suisse était bien en déclin. Pourquoi croyez vous qu'ils ont demander des accords avec l'UE.
a écrit le 10/02/2014 à 12:22 :
Ils ont raison.
a écrit le 10/02/2014 à 11:34 :
total délire ! j'espère qu'en réponse l'UE soit un peu plus ferme avec les banques et financiers suisses... en leur appliquant un quota et une autorisation d'exercice au cas par cas à eux aussi. Ca ferait du bien à nos finances publiques :)
Réponse de le 10/02/2014 à 11:40 :
à @jojo bientôt le France et l'on aidera la Suisse si certains veulent leur faire des misères.
Réponse de le 10/02/2014 à 13:19 :
Le marché UE a toujours été fermé aux banques suisses. C'est justement ce que la Suisse voulez discuter avec l'UE: L'ouverture du marché UE à la finance suisse.

L'UE a transmis un fin de non recevoir à la Suisse fin de l'année passée

Le retour de baton ne s'est pa fait attendre longtemps...
a écrit le 10/02/2014 à 11:14 :
Pays merveilleux qui sait prendre en compte l'aspiration de ses ressortissants.C'est la démocratie qui triomphe.Quant aux résultats économiques ils sont excellents.
a écrit le 10/02/2014 à 11:09 :
le chf devrait monter..
a écrit le 10/02/2014 à 10:57 :
dans notre pays c'est la répression de la pensée unique d'ailleurs sur ces sujets vous ne pouvez pas vous exprimer librement comme il y a vingt ans .
a écrit le 10/02/2014 à 10:39 :
Est-ce que ce référendum sera respecté ou traité comme celui en France en 2005 ?
Réponse de le 10/02/2014 à 11:31 :
En Suisse, le gouvernement DOIT obéir à la volonté du peuple ! Il y a quelques années un référendum a été organisé sur une augmentation d'impôt. Résultat: non! Il n'y a pas eu d'augmentation ! C'est aussi cela la démocratie !
a écrit le 10/02/2014 à 10:33 :
L'immigration de MASSE, c'est quoi au juste ? Il y en a beaucoup en ce moment, ou c'est pour "anticiper" le futur ? Peut-être aussi dans cette optique qu'il y avait une manœuvre d'entrainement militaire pour simuler la déconfiture du pays voisin "France", et l'invasion de ce petit pays par les français déboussolés suite à la faillite et fragmentation de leur pays.
Il faudra compter les travailleurs frontaliers le matin, voir si ça ne dépasse pas les quotas ? La micro-mécanique est enseignée en France pour aller l'exercer en Suisse, dommage qu'on ne fabrique plus trop de montres chez nous.
Réponse de le 10/02/2014 à 13:22 :
Les chiffres parlent d'eux-mêmes:

1) Population en Suisse = 23,5% d'étrangers (En France 11%)

2) 80'000 nouveaux étrangers s'installent en Suisse chaque année (équivalent à une nouvelle ville suisse comme Lucerne ou St-Gall chaque année)

3) Ne sont pas comptés dans ces chiffres les 300'000 frontaliers dont 180'000 français venant tous les jours travailler en Suisse
Réponse de le 10/02/2014 à 13:50 :
le problème est qu'il est plus difficile d'avoir la nationalité suisse que française. Ainsi le nombre d'étrangers en suisse n'est pas comparable avec le français
Réponse de le 10/02/2014 à 22:51 :
@chocolat

Il est plus difficile d'obtenir la nationalité algérienne que française, cela en dit long sur la qualité de l'immigration subie en France.
a écrit le 10/02/2014 à 10:13 :
Ce petit caprice risque de leur coûter un paquet d argent et des points de croissance, C'est l'occasion pour l'UE de montrer un peu de fermeté. A suivre...
a écrit le 10/02/2014 à 10:08 :
Ce qui est hallucinant, c'est que le chômage en Suisse n'a jamais été aussi bas! Donc les étrangers ne piquent pas le travail des Suisses. Si, comme je le crois, le chômage augmente en Suisse suite à cette décision, tout cela aura une excellente vertu pédagogique pour le reste de l'Europe.
Réponse de le 10/02/2014 à 10:58 :
et l'insécurité
a écrit le 10/02/2014 à 10:02 :
Bon, il ne reste plus qu'à remettre en place des contrôles douaniers à la frontière suisse et à exclure les entreprises suisses de nos marchés publics, ils comprendront assez vite je pense, qu'on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.
Réponse de le 10/02/2014 à 10:13 :
Vous voulez dire que les Suisses n'ont pas le droit de décider de leur propre destin? Ils doivent accepter l'immigration de masse, sans limitation? Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes est pourtant internationalement reconnu.
Réponse de le 10/02/2014 à 10:20 :
Moi je suis plus pour des portiques écotaxe tout autour.. :)
Réponse de le 10/02/2014 à 12:23 :
je pense que vous n´avez jamais du bosser en Suisse, les Suisses prennent les gens de haut et sont plutôt méprisant. Quand on exporte une bonne part de la production dans des pays de l´UE, il faut faire attention à ce qu´on dit et ce qu´on fait. J´espère qu´ils en subiront les conséquences.
Réponse de le 10/02/2014 à 13:29 :
La balance commerciale UE-Suisse en 2012 est à l'avantage de l'UE de 24 milliards!!!

Vous voulez que l'UE fasse une croix sur 24 milliards et que la France recoive en retour les 180'000 frontaliers qui travaillent en Suisse?
Réponse de le 17/02/2014 à 22:34 :
force bleu "je pense que vous n´avez jamais du bosser en Suisse, les Suisses prennent les gens de haut et sont plutôt méprisant" une généralité pareil c'est comme même grave .... Marrant, moi TOUT les suisses que j'ai rencontrer (homme,femme confondu) était adorable et tres respectueux. Ils ont juste peur que leur pays deviennent comme la france .. Hors de contrôle !
a écrit le 10/02/2014 à 9:54 :
Souvenez-vous, il y a un an, le gouvernement français avait envoyé en Suisse une mission de députés (PS!) pour expliquer à nos voisins transalpins comment gérer un pays ! Amusant, non ?
a écrit le 10/02/2014 à 9:54 :
Je plains les propriétaires des villes frontalières !
a écrit le 10/02/2014 à 9:51 :
Vive la democratie helvetique, a quand des referendums en France avec respect de la volonte du Peuple SOUVERAIN?
a écrit le 10/02/2014 à 8:33 :
vu sa reaction, on voit que la commission de bruxelles est completement deconnectée
a écrit le 10/02/2014 à 8:10 :
Ce qui doit inquiéter le plus Bruxelles, c'est que si l'UE dénonce les accords signes, alors le risque est grand de voir la pompe à finance de la Suisse vers l'EU s'arrêter...,la Suisse a déjà cotisé pour 100 milliards pour soutenir les économies européennes en faillite. Une manne financière à considérer lors des discussions sur la libre circulation économique et commerciale. Et les propos haineux de Bruxelles ne seront plus les bienvenus!
Réponse de le 10/02/2014 à 10:02 :
Il me semblait que c'etait plutot la Suisse qui vivait en parasite de l'UE en attirant grace au dumping fiscal tous les sieges europeens de societes sur son sol... Mes 10 annees d'experience en Suisse m'auraient-elles menties?
Réponse de le 10/02/2014 à 11:00 :
vous vous trompez il sagit plutot de l'Irlande.
a écrit le 10/02/2014 à 7:55 :
Il ne faut pas oublier que les Suisses en ont assez des insultes profèrees par nos dirigeants européens, français en particulier, des diktats de Bruxelles, du mépris de cette UE envers eux. Et ils ont répondus ! Ils ne se laisseront plus marcher sur les pieds. Ils ont votes en tant que souverain. Il est vrai que la Suisse, avec une santé économique insolente, est un bouc émissaire facile pour nos pays en faillite!
Réponse de le 10/02/2014 à 14:39 :
Bonne analyse !! Qu' attendons nous pour faire pareil, mais notre président n' en a pas le courage, surtout les socialistes !! Attendez , les Français vont déchanter dans quelques mois quand il va y avoir le flux massif des populations des pays de l' est !!! Pour ma part, je continuerai à manger du bon chocolat SUISSE !!!
a écrit le 10/02/2014 à 7:45 :
Une votation démagogue. La Suisse a besoin des travailleurs frontaliers et les patrons suisses eux, l'avaient bien compris. Mais la mode est au repli sur soi, en Suisse comme dans toute l'Europe.
Les conséquences précises sont pour l'instant incertaines, mais elles ne seront pas positives ni pour l'économie Suisse ni pour les travailleurs frontaliers français.
Réponse de le 10/02/2014 à 8:29 :
entre accueillir les besoins et accueillir le chasseurs d'avantages comme en france il faut faire la difference
Réponse de le 10/02/2014 à 9:06 :
eRIC, mettre un quota c'est justement donner un permis pour un besoin et le refuser si la personne ne prouve pas qu'elle a un contrat de travail à l'arrivée ou des ressources suffisantes pour s'installer..
a écrit le 10/02/2014 à 5:42 :
Nous Suisses, venons de mettre une bonne dragée à l'UE, à Barroso et à sa clique d'incapables. Une pastille pour faire mieux passer cela ?
Réponse de le 10/02/2014 à 6:19 :
Le mépris des médias télé et radio français sur le vote SOUVERAIN du peuple suisse est révélateur. Cette clique est décidément vendue aux tenants du nouvel ordre mondial !
Réponse de le 10/02/2014 à 8:23 :
La France est une grande donneuse de leçon de morale et surtout pas d'économie quand on voit comment cela ce passe !
Réponse de le 10/02/2014 à 19:28 :
Cette votation me donne chaud au cœur. Je suis scandalisé par les politiques de l'UE qui méprisent le peuple. Grands donneurs de leçon mais qui nous ont confisqué la démocratie. Voyez Sarkozy qui a invalidé le référendum de 2005 pour faire adopter le clone de la constitution européenne rejetée par les Français par la clique UMP et PS.
a écrit le 10/02/2014 à 1:56 :
Ce vote n'est pas un coup de tonnerre mais une déflagration politique qui aura des incidences sur beaucoup de pays d'Europe. Probable que les municipales de mars prochain s'en ressentiront aussi. Chapeau bas les suisses !
a écrit le 09/02/2014 à 22:48 :
Barroso et Von Rompuy vont apprécier. En tout cas belle leçon démocratique de la Confédération Helvétique. En 2005 les français s'étaient exprimés lors du référendum sur la constitution européenne et leurs représentants avaient préféré aller contre leurs avis plus tard. Les français sont ils plus idiots que les suisses ? Peut être oui ...
a écrit le 09/02/2014 à 22:44 :
Je saute de joie et d'un cœur vaillant avec les Suisses et les Suissesses et je renouvelle ma joie !
Réponse de le 10/02/2014 à 10:11 :
Bravo aux suisses.
a écrit le 09/02/2014 à 22:39 :
Une bonne chose ! mais les Suisses devraient réfléchir dorénavant car la ils ont eu chaud et sont passés près du désastre ,s'en était fini des votations .
a écrit le 09/02/2014 à 22:05 :
Au suivant !
a écrit le 09/02/2014 à 21:51 :
La décision est souveraine, même si elle n'est pas prise avec une grosse majorité. Nos voisin helvètes sont des sages, en ce sens qu'ils ne se laissent pas manipuler par la propagande de pseudo- leaders pro-européens, qui promettaient une Europe édénique, où tout serait facile, sans problèmes économiques ...On voit bien les résultats en France. De quel droit les dirigeants de la CEE pouvaient-ils menacer nos voisins, avant le vote ? Il est important de pouvoir préserver ses acquis, obtenus par le travail et le courage. Maintenant je perçois ce vote suisse comme un garde-fou contre une immigration excessive, qui désorganiserait trop le pays.
Réponse de le 10/02/2014 à 5:08 :
Et bien les suisses iront faire le même travail qu'ils ont laissé volontié aux français car trop pénible mais bien sur ils protesteront pour avoir des augmentations de salaire car ils refuseront d'être payé le même salaire que les français. Et le c'est alors que le retour de bâton se fera cruellement sentir. Produits plus chères et entreprises en difficultés . je ne parle même pas de la clause guiotinne qui fera que la suisse ne pourra plus profiter des autres accords de l'UE. Les suisses remercieront alors le partie xénophobe UDC qui leur a soufflé cette idée. Mais après tout ca pourra servir d'exemple aux autres pays européuns réaliseront l'absurdité des programmes économiques de l' extrème droite.
Réponse de le 10/02/2014 à 10:12 :
Si vous aviez inventé l'eau chaude ça se saurait
Réponse de le 10/02/2014 à 10:18 :
Essayez de réfléchir par vous-même au lieu d'absorber passivement la bouillie que vous servent les médias aux ordres de la finance qui en est propriétaire. Vous ne voyez pas que l'immigration sans limite est justement l'outil du patronat qui permet de faire pression à la baisse sur les salaires depuis plus de 30 ans alors même que le taux de chômage est en permanence haut en France?
Réponse de le 10/02/2014 à 13:33 :
Apparemment vous avez toujours pas compris alors on va vous ré-expliquer: La Suisse ne ferme pas son marché du travail aux étrangers qui répondent à un besoin de l'économie, elle ferme le pays aux profiteurs....

Nuance!
Réponse de le 10/02/2014 à 15:13 :
Et vous non plus vous n’avez pas tout compris. La libre circulation des personnes dénoncé par l’UDC (et qui était l’objet de cette votation)fait parti des accord bilatéraux Suisse/EU. Or le non respect d’une clause entraine la révocation de toutes les autres (la guillotine dont parle Jamy). Notamment le libre accès au marché de l’union européenne pour les entreprises Suisses. Quand on sait que la Suisse fait + 60% de ses échanges commerciaux avec l’UE ils peuvent commencer a se faire des sérieux souci pour leur prospérité économique.
a écrit le 09/02/2014 à 21:11 :
La Suisse est une vrai démocratie contrairement à la France. Si un tel référendum était organisé en France, le vote serait de l'ordre de 75% contre l'immigration (qui vient principalement du continent Africain contrairement au Suisse). Mais ne rêvons pas, les socialos qui rêvent de faire voter les étrangers ne le permettront jamais. Rendez vous aux prochaines electiosn europeennes !!!
Réponse de le 09/02/2014 à 21:43 :
@Suisse de coeur: faut pas confondre le travail frontalier de gens qualifiés et l'arrivée massive d"émigrants qui recherchent avant tout les avantages sociaux de la France :-) Les tenants et les aboutissants de sont pas du tout les mêmes.
a écrit le 09/02/2014 à 21:03 :
Ce sont les travailleurs français frontaliers, une bonne part des concernés, qui vont être ravis. Effectivement, il y a trop de français en Suisse.
Réponse de le 09/02/2014 à 21:09 :
connaissant des frontaliers travaillant en Suisse, les étrangers y sont considérés comme de la m..., c'est pareil en Allemagne
Réponse de le 10/02/2014 à 13:35 :
Des frontaliers considérés comme de la m... et recevant pour le même travail un salaire 3 fois supérieur à ce qu'ils peuvent espérer dans leur propre pays!!!

A ces conditions, les SUisses peuvent me prendre pour de la m. tous les jours et je l'ai en remercie...
a écrit le 09/02/2014 à 21:03 :
La Suisse a tout compris. Quant à la France, ça va venir...
a écrit le 09/02/2014 à 21:02 :
La Suisse ne fait pas partie de l'UE, ni des accords de Schengen sur la circulation des personnes. Les Suisses protègent leurs intérêts, quoi de plus normal. Je souhaiterais personnellement que les nôtres fassent de même au lieu de nous vassaliser tous les jours un peu plus aux Anglosaxons !!!
Réponse de le 09/02/2014 à 21:43 :
c est loin d etre evident que l interet de la Suisse est de limiter l immigation europeenne (car c est l immigration europenneen qui etait visee). a mon avis, il valait mieux pour la suisse que les jeunes francais/italiens/espagnols ... dynamiques aillent s installer en suisse plutot que de vegeter au chomage dans leurs pays respectifs
Réponse de le 09/02/2014 à 22:47 :
Justement, il s'agit de revoir les accords de Schengen...
Réponse de le 10/02/2014 à 23:24 :
Si Patrick la suisse à un statut spécial car sans être membre de l'UE elle est membre de l'espace Shengen et a accès au marché commun grâce au accord bilatéraux. En fait elle bénéficie de presque tous les avantages sans réels inconvénients à part peut-être la libre circulation des personnes. Et encore ils sont plus de 430 000 vivant dans les pays de l'UE.
a écrit le 09/02/2014 à 20:58 :
"fixés en fonction des "intérêts économiques globaux de la Suisse et dans le respect de la préférence nationale".
a écrit le 09/02/2014 à 20:52 :
Ce pays est à la fois un paradis fiscal, économique et démocratique. Un magnifique uppercut à la pensée unique caviaro-socialiste bien-pensante française.
Réponse de le 10/02/2014 à 11:07 :
Vous voulez dire la pensee unique UMPS
a écrit le 09/02/2014 à 20:23 :
c est leur decision, il faut la respecter. nous verrons ce que seront les nouvelles avec l europe: elles sont déjè tendues à cause de l'évasion fiscale vers la suisse. regardons. observons. une nouvelle ère commence.
a écrit le 09/02/2014 à 20:23 :
La Suisse est un petit pays qui a donc un petit marché intérieur et donc exporte beaucoup. Dans l"économie, c'est donnant-donnant. Croyez vous que l'Europe va lui faire les yeux doux? Le retour de bâton risque d'être violent pour les Suisse. Les choses ne vont pas que dans un seul sens. A tous les français qui rêvent du même genre d'attitude, n'oubliez pas que nous vendons beaucoup à l'étranger : le vin, les parfums, la mode, les centrales nucléaires, les voitures, les TGV etc... Croyez vous que si en France nous refusons d'acheter ce qui vient de l'extérieur, nos clients voudront acheter ce que nous voudrions leur vendre ? C'est ça l'économie mondialisée !
Réponse de le 09/02/2014 à 20:32 :
Complètement d'accord, ceux qui se félicitent de ce résultat ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ... Je ne doute pas un instant que restaurer des droits de douanes dans l'UE au hasard sur les produits Nestlé ou les labos Roche fera le bonheur des Suisses :)
Réponse de le 09/02/2014 à 20:51 :
nous sommes en déficit commercial de plus de 61 milliards d'euros, c'est à dire que nous ne vendons pas grand-chose. C'est plus des pays comme l'Allemagne, qui n'est pas très différente de la Suisse, qui devrait se méfier de ce genre d'attitude.
Je travaille en Allemagne depuis une dizaine d'années et croyez-moi que eux ils n'achètent que allemand dès qu'ils peuvent le faire.
Rien qu'à voir le marché automobile allemand en 2013, les 29 premières voitures vendues la-bas sont soit allemandes, soit appartenant à des constructeurs allemands (Seat; Skoda), soit construites en Allemagne (Ford Focus et Fiesta)
Réponse de le 09/02/2014 à 20:52 :
Foxy, Fanfan,
Je vous invite à relire l'article : on ne parle ni supprimer les importations, ni de restaurer les droits de douanes. Les Suisses souhaitent simplement l'application de quotas d'immigration. Auriez-vous des difficultés à comprendre un article au bout de votre nez ?
Réponse de le 09/02/2014 à 20:53 :
nous sommes en déficit commercial de plus de 61 milliards d'euros, c'est à dire que nous ne vendons pas grand-chose. C'est plus des pays comme l'Allemagne, qui n'est pas très différente de la Suisse, qui devrait se méfier de ce genre d'attitude.
Je travaille en Allemagne depuis une dizaine d'années et croyez-moi que eux ils n'achètent que allemand dès qu'ils peuvent le faire.
Rien qu'à voir le marché automobile allemand, les 29 premières voitures vendues la-bas sont soit allemandes, soit appartenant à des constructeurs allemands, soit construites en Allemagne (Ford focus et fiesta)
Réponse de le 09/02/2014 à 20:53 :
Oh oui, les Suisses ont peur de l'UE cher fanfan, oulala, ils en tremblent. Y a que les eurobeats lobo.tomises comme vous qui pensent encore que l'Europe a un poids quelconque. Les Suisses sont patriotes, fiers de leur pays et de leurs valeurs, tout l'inverse des européens soumis au bon bouloir de Barroso et sa caste non élue.
Réponse de le 09/02/2014 à 21:02 :
on vend du vin,des parfums,la mode,c'est vrai pour le reste
les voitures francaises vendues a l'etranger sont faites a l'etranger,les centrales nucleaires a l'etranger sont faites par des entreprises du pays ou elles sont fabriquees ( a plus de 70% ),les tgv,idem,pour le rafale qui eventuellement sera vendu a l'inde,sur 126 commandes ,18 seront fabriques en france,les autres,en inde...donc,pas de taxe,pas d'impots percu par la france,donc,a part enrichir les actionnaires,ca ne rapportera pas un rond au pays....alors,arretez de fantasmer sur les exportations francaises
Réponse de le 10/02/2014 à 0:13 :
Il n'est en aucun cas question de stopper l'immigration mais juste de la reguler. Rapport d'échelle pour la France 1.2 % d'immigrés en plus par cela fait env 760'000 par en 10 an 7millions cela vous parle?
Réponse de le 10/02/2014 à 11:39 :
@ Antoine : Les allemands achètent des voitures allemandes... Peut on leur en vouloir ? Franchement, si j'ai le choix entre une voiture allemande et une française, pour le même prix, j'achète allemand. on dit "c'est solide, c'est fait en France" ou "c'est solide, c'est fait en Allemagne" ???
a écrit le 09/02/2014 à 19:38 :
Bravo la suisse !
a écrit le 09/02/2014 à 19:30 :
a partir d'aujourd'hui seulement les classe politique peuvent immigrer en suisse, pour les autres c'est trop tard
a écrit le 09/02/2014 à 19:26 :
les Suisses viennent de se tirer une balle dans le pied. Si il y a autant d’émigrés en Suisse, c'est que leur économie en a besoin notamment dans certains métiers (comme en France) que les Suisses ne veulent pas exercer. Moins d’émigration cela veut dire aussi à terme des difficultés pour financer leurs système sociaux.
Les Suisses ont décidément une vision à court terme de leur avenir. Riches aujourd'hui mais demain? La Suisse qui a déjà d’énormes difficultés avec ses banques a t'elle intérêt à se fâcher avec le reste de l'Europe?
Réponse de le 09/02/2014 à 19:31 :
Il ne s'agit pas de stopper l'immigration, il s'agit de l'adapter aux besoins! Ce n'est pas la même chose. Et de ne plus avoir ces lots de SDF, de voleurs ou de mendiants.....
Réponse de le 09/02/2014 à 20:07 :
La Suisse devrait donc selon vous adopter les Comorres, ah oui les Comorres, quel bel atout pour la France, ! La CAF tourne a plein regime depuis l'annexion de ce territoire paumé.
Réponse de le 09/02/2014 à 20:12 :
Merci pour votre humour!C'est tellement rare le second degré.
Réponse de le 09/02/2014 à 20:34 :
21% de la population en suisse est composée d'immigrés. Reste a savoir a quelle hauteur seront fixés les quota.
Réponse de le 09/02/2014 à 20:55 :
ils sont pareils que les allemands qui ne veulent que des ingénieurs espagnols, italiens et refusent les roumains et bulgares.
Réponse de le 09/02/2014 à 21:01 :
Vous nous avez habitué à parler du titanic, du capitaine pédalo, du "droit dans le mur", maintenant c'est d'une balle dans le pied. Soyez précis...Pied droit ou pied gauche ?
a écrit le 09/02/2014 à 19:23 :
Et si l'UE, comme elle a menacé, dénonce les accords déjà signés, la Suisse n'aura plus à payer 100 milliards pour soutenir l'Euro en faillite...
Réponse de le 09/02/2014 à 20:22 :
La suisse ne payé déjà rien pour soutenir l'Euro vu que la suisse n'a jamais appartenu a l'UE !!
Réponse de le 09/02/2014 à 20:47 :
La Suisse dénonce unilatéralement un accord avec l'Europe. Il est donc légitime que cela rende caduques les autres accords bilatéraux, notamment de libre échange avec l’Europe et d'accès aux marché publiques européens. La Suisse avait beaucoup à y perdre, et a fait souverainement un choix en connaissance de cause. Personne ne sera surpris par une légitime réaction européenne. Quand aux 100 milliards, ce n'est pas le fruit d'un accord, mais une politique de baisse du franc Suisse que l'Europe n'a jamais demandé.
a écrit le 09/02/2014 à 19:21 :
Pendant ce temps la, en France c'est Open Bar toute l'année depuis 30 ans (AME, CMU, CAF ...), et c'est le gentil contribuable qui règle poliment et docilement l'addition qui augmente chaque année.
Réponse de le 09/02/2014 à 19:30 :
Vous méconnaissez une chose: Les émigrés contribuent plus aux systèmes sociaux qu'ils ne coûtent. ( 40 milliards d'Euro de dépenses, pour 60 milliards de rectites) En effet, en majorité, ils sont jeunes et utilisent très peu l'assurance maladie et cotisent également pour les retraites. Supprimez l’émigration de travail et il y aura encore plus de déficit dans les régimes sociaux. Mais ça avant que vous ne le compreniez!!!!!!
Réponse de le 10/02/2014 à 0:21 :
Il faut bien une protection sociale pour pallier aux aléas de la vie non? Ca fait partie du sens de "vivre en société". Ou vous préférez le système américain?
A la place de critiquer les différentes aides existantes, critiquez ceux qui fraudent, et ceux qui gèrent ces aides sans connaître la réalité du terrain, conduisant à des inepties et à des gaspillages.
Par exemple, la mise sous ordonnance sécurisée du rivotril, anti épileptique aux effets secondaires limités (comparés à d'autres médicaments) mais aussi utile pour soigner les douleurs neuropathiques. Il était massivement utilisé dans les services de soins pour personnes âgées. Elle n'y ont plus accès et doivent utiliser d'autres médicaments, nettement plus chers, avec plus d'effets secondaires. Tout ça parce que le rivotril est utilisé comme drogue par une frange minoritaire de la population, qui de toute façon continuera de se droguer même si elle ne trouve plus de rivotril.
La réalité est bien plus complexe que de réduire le problème au soi-disant open bar depuis 30 ans.
a écrit le 09/02/2014 à 19:20 :
N'oubliez pas qu'en France on vous fait passer des lois dont la majorité ne veut pas pour plaire à une minorité ! Et surtout pas de référendum, même sur des sujets de société!
Des fois que le peuple ne serait pas d'accord !
a écrit le 09/02/2014 à 19:06 :
Waooo quelle démocratie ! Sacré leçon. Un pays "démocratique" c'est avant tout un peuple souverain et une majorité qui décide en VOTANT !!! c'est le contraire absolu de notre magnifique pays ou ce sont les minorités qui dirigent et un peuple qui vote pour des menteurs qui ne représente que leurs propres intérêts. N'oubliez ce vote est à double validation, donc c'est clair !
Réponse de le 09/02/2014 à 19:23 :
En France les politiciens énarques ont peur des referendums, peur de voir le peuple se manifester.
a écrit le 09/02/2014 à 18:54 :
Je suppose que la réciproque sera aussi vraie, et qu'il y a donc maintenant un quota de Suisses acceptés en Europe, et un visa pour les touristes :-)
Réponse de le 09/02/2014 à 20:49 :
J'espère surtout que la réciproque sera vrai en matière de droits de douanes sur les exportations Suisses, et la fin du libre accès aux marché publiques européens ! La marché unique n'est pas sans conditions, et ces conditions étaient bien connues avant ce vote !
Réponse de le 09/02/2014 à 20:57 :
faut surtout ne plus acheter de produits suisses, si les européens donc les français ne sont plus le bienvenue en Suisse, arrêtons d'acheter leurs produits.
Réponse de le 10/02/2014 à 10:20 :
Votre commentaire me fait pleurer de rire.
Réponse de le 10/02/2014 à 10:56 :
Bon, faut quand-même dire qu'en Suisse, on a un peu de marge... On peut toujours renvoyer le 300'000 Français à la maison... Donc même en cas de crise économique en Suisse, apprêtez-vous à en payer le conséquence.
a écrit le 09/02/2014 à 18:33 :
On en pense ce que l'on en veut, mais on ne peut que reconnaitre que la Suisse est un pays plus démocratique que la France. Le peuple a réellement voix au chapitre grâce au référendum.
Réponse de le 09/02/2014 à 19:25 :
C'est ce que l'on appelle une vraie démocratie! La France n'en a plus que le nom.
Réponse de le 09/02/2014 à 19:30 :
Eh oui Jeff, que la France et également bons nombres de pays Européens... SI ce n'est la quasi majorité ! Moi je dis : des leçons à tirer de tout ça... Bravo les Suisses.
a écrit le 09/02/2014 à 18:30 :
Les Suisses en ont assez de voir chez eux des voyous venus d'Europe -Est, et ont décidés de limiter cela.
Et nous, nous n'en avons pas assez aussi ?
Réponse de le 09/02/2014 à 21:46 :
vous ne connaissez visiblement rien a la suisse: le vote etait contre l immigration & les frontaliers venant de l UE. Autrement dit Allemands, Italiens et francais.
J ai d ailleurs jamais vu de Rom a bale alors qu ils sont a profusion a Mulhouse (20 km plus loin)
Réponse de le 10/02/2014 à 12:19 :
pardon mais la Bulgarie et la Roumanie par exemple font aussi partie de l'UE... alors faut arreter de planer et de dire que le but est juste de limiter l'immigration d'allemands/italiens et français!! nan parce que la France est un exemple franchement?? ça donne quoi les bras tendus et les portes grandes ouvertes??
a écrit le 09/02/2014 à 18:27 :
Ce soir nous sommes des millions de français à rêver d'être Suisse. Un grand BRAVO à nos amis Suisses.
Réponse de le 09/02/2014 à 18:50 :
Et que fera la Suisse sans ses frontaliers français, italiens, allemands ??? Venez voir le matin au poste frontière de BALE VILLE, je ne crois pas que les entreprises suisses les refouleraient avec plaisir
Réponse de le 09/02/2014 à 19:22 :
oui voilà : un grand bravo a nos amis suisses qui ne seront plus envahis par les français paresseux
Réponse de le 09/02/2014 à 20:17 :
Des millions de français rêvent de travailler en Suisse comme frontalier pour échapper à la misère française. Ça sera maintenant plus dur.
Réponse de le 10/02/2014 à 0:09 :
Ben voyons, encore ce vieux cliché de Français paresseux ....... ce ne sont pas les Français qui sont paresseux, c'est sa classe politique que ne fais pas grand chose.
Le seul domaine où nous sommes réellement paresseux, à mon avis, c'est en politique. Les gens sont las de ne voir jamais rien venir et à la place de taper du poing sur la table, alors ils laissent couler (cf abstention). Ensuite, nous sommes bien trop divisés pour qu'en ruant dans les brancards, nous nous fassions entendre.
Réponse de le 10/02/2014 à 0:27 :
Moi, je rigole de lire autant de commentaires enthousiastes! Si vous admirez tant la Suisse, allez-y donc! Ah mais non, ils viennent de voter pour dire qu'ils ne voulaient pas de vous! hehe
Comme, plus on est riche, plus on est mesquin.
Réponse de le 10/02/2014 à 13:56 :
Au moins en Suisse, on fait des référendums.
La même chose en France aurait un résultat plutôt édifiant!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :