"Vu les statistiques économiques américaines, la Fed devrait garder son cap"

 |   |  526  mots
Entre la dernière réunion du mois de juillet et aujourd'hui, les statistiques américaines n'ont pas évolué dans un sens favorable à une remise en question de sa politique.
"Entre la dernière réunion du mois de juillet et aujourd'hui, les statistiques américaines n'ont pas évolué dans un sens favorable à une remise en question de sa politique". (Crédits : Reuters)
INTERVIEW. Janet Yellen était attendue au tournant par les marchés financiers. La présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed) a pris la parole mercredi 17 septembre à l'issue d'une réunion de deux jours du comité de politique monétaire (FOMC). Entre la réduction de ses achats d'actifs et sa position sur le niveau des taux directeurs, Marc-Antoine Collard a analysé en amont les options de la Fed.

Quelques heures avant les annonces de Janet Yellen mercredi, Marc-Antoine Collard, Chef économiste chez Rothschild & Cie Gestion, anticipait une poursuite de la politique monétaire sur le modèle des mois précédents.

La Tribune : Peut-on s'attendre à un changement de ton de la part de la Fed et si oui, sur quels points en particulier ?

Marc-Antoine Collard : Concrètement cela est possible, mais je n'y crois pas. Personnellement, je ne pense pas que la Fed va changer de cap pour plusieurs raisons. D'abord, parce qu'entre la dernière réunion du mois de juillet et aujourd'hui, les statistiques américaines n'ont pas évolué dans un sens favorable à une remise en question de sa politique.

Les données clefs comme la croissance des salaires, le marché de l'emploi et le taux d'inflation qui a été publié ce matin, ne se sont pas améliorées. Elles sont même décevantes. Or ce sont ces trois statistiques qui importent le plus dans les décisions de la Fed. L'argumentaire de Janet Yellen développé en juillet indiquant qu'elle maintiendrait ses taux directeurs à un niveau très bas pendant "une période considérable" est donc toujours valable.

Les seuls éléments qui vont dans le sens d'un fléchissement de la politique de la Fed pourraient être les derniers indices robustes de l'ISM (indice des directeurs d'achat) manufacturier et non-manufacturier, qui montrent une dynamique de croissance régulière, ainsi que la bonne santé du secteur immobilier. Mais je ne pense pas que ce soit suffisant.

Si comme vous le prévoyez, Janet Yellen maintient des taux bas, comment vont réagir les marchés?

Les marchés n'en seront que plus satisfaits. L'absence de changement majeur sera accueillie de manière positive par les marchés financiers qui souhaitent de la stabilité. On voit d'ailleurs que c'est ce qu'ils prévoient puisque depuis ce matin, le marché boursier se porte bien. Le Dow Jones a progressé de 100 points en lien avec les statistiques de l'inflation.

A l'inverse, s'il y avait une forte évolution dans le ton comme dans les mots, si Janet Yellen retirait de son communiqué le terme de "période considérable", cela aurait un impact majeur sur les marchés avec des taux obligataires qui remonteraient.

En résumé, les investisseurs vont scruter ce terme de "période considérable" qu'ils veulent voir réutilisé. Ils souhaitent bien sûr la continuité des taux à 0%. Car si les marchés se tiennent aujourd'hui, c'est en partie grâce à la liquidité soutenue par la Fed.

Une autre annonce est attendue lors de cette conférence : la réduction de 10 milliards de dollars supplémentaires des achats d'actifs de la Fed sur les marchés. Pensez vous que cela va être confirmé?

C'est déjà presque acté. Nous sommes préparés à ces réductions mensuelles. Il aurait fallu des données vraiment catastrophiques pour les remettre en cause. Pour la simple raison que ces achats d'actifs sont des mesures exceptionnelles pour une situation exceptionnelle. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Ce programme ne convient plus au rythme de croissance revenu autour des 3%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2014 à 0:03 :
Ce mec ne n'est pas un expert en économie comme on pourrait nous le faire croire, sinon pourquoi ont-ils fait perdre plus de 40 milliards de dollars canadiens à la caisse de dépôt et de placement du Québec?. Merci les relations pour accéder aux postes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :