La population d'animaux sauvages a été divisée par 2 en 40 ans

 |   |  408  mots
Les espèces d'eau douce, notamment les amphibiens, sont les plus touchées. De 1970 à 2010, leur population a diminué de 76% selon l'ONG.
Les espèces d'eau douce, notamment les amphibiens, sont les plus touchées. De 1970 à 2010, leur population a diminué de 76% selon l'ONG. (Crédits : Reuters)
L'action de l'homme a entraîné la disparition, de 1970 à 2010, de 52% de la population des espèces de vertébrés, selon l'ONG WWF. L'Amérique Latine est la zone la plus touchée.

L'ONG WWF (fonds mondial pour la nature) a émis un constat accablant dans son dernier rapport "Planète Vivante" publié lundi 29 septembre. L'action de l'homme aurait entraîné la disparition, en 40 ans, de plus de la moitié de la population des espèces vertébrées.

Entre 1970 et 2010, selon l'Indice Planète Vivante qui mesure l'évolution de 10.380 populations de 3.038 espèces de mammifères, le nombre d'oiseaux, de reptiles, d'amphibiens et de poissons a chuté de 52 %.

L'Amérique Latine, zone la plus touchée

Les espèces d'eau douce ont payé le prix fort (-76%) tandis que les espèces terrestres et marines ont diminué de 39%, idem pour les populations d'animaux sauvages terrestres.

Deux zones sont particulièrement touchées: l'Amérique Latine (-83%), et la région Asie-Pacifique (-67%). La baisse annoncée de 52% est beaucoup plus marquée que dans les rapports précédents. Cela s'explique par le changement du mode de calcul. Le nouveau mode propose une représentation plus fidèle de la répartition mondiale des espèces de vertébrés, selon l'ONG.

Dans son dernier rapport bisannuel, datant de 2012, le WWF faisait état d'une baisse de 28% des espèces sauvages entre 1970 et 2008. L'indice ne couvrait alors que 2.699 espèces.

Perte et dégradation des habitats

Selon l'ONG, les causes de ce déclin sont la perte et la dégradation des habitats (en cause: l'agriculture, l'urbanisation, la déforestation,...), la chasse et la surpêche, et le changement climatique.

Parmi les exemples marquants est cité celui des éléphants d'Afrique. L'aire de répartition de l'éléphant de forêts ne représentait plus en 1984 qu'environ 7% de son aire historique. Et dans cette portion congrue, à cause du braconnage, le nombre d'éléphants s'est effondré de 60% entre 2002 et 2011.

Surconsommation de l'homme

Selon l'ONG, l'humanité consomme plus de ressources naturelles que la planète ne peut en reconstituer, plus de poissons qu'il n'en naît, plus de CO2 émis que les forêts et les océans ne peuvent en absorber. Ainsi, la "biocapacité", soit la superficie disponible pour assurer ces biens et services, ne cesse de se contracter avec l'explosion de la démographie mondiale, selon l'ONG.

"Cette tendance lourde ne donne aucun signe de ralentissement", souligne la 10ème édition du rapport. Mais l'ONG ne sombre pas dans le pessimisme: "Il est encore possible d'agir pour renverser ce déclin et combiner développement et sauvegarde de l'environnement."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2014 à 17:57 :
Très juste, Danielle : tant que ça rapporte... Par contre, il faudrait peut-être trouver à QUI rapporte le crime de la décroissance du nombre d'humains...
a écrit le 30/09/2014 à 13:08 :
Tout le monde s'en moque, la seule préoccupation des humains est de faire du fric . . peu importe les conséquences. Quand la nature présentera l'adition il sera trop tard et ce sera le début de la décroissance du nombre d'Hommes sur terre.
Réponse de le 30/09/2014 à 13:30 :
avez vous lu, le livre de Mr Y . P acalet....?.." L'humanité disparaitra....Bon débarras "! cynique avec justesse, ce livre vaut le détour ! Cdt
Réponse de le 30/09/2014 à 17:56 :
Il n'est pas nécessaire d'attendre que dame nature présente l'addition, il faut absolument inciter la population à la dénatalité là où celle-ci est démente!!! Deux mômes par couple et basta! en europe comme dans les pays musulmans
Réponse de le 30/09/2014 à 17:59 :
Il n'y a pas si longtemps que ça, en France, c'était AUSSI 10 gosses par famille... Voyez les généalogies, vous ne serez pas déçu.
a écrit le 30/09/2014 à 12:29 :
Commençons déjà par commencer moins !
Nous vivons dans une société où pour exister nous avons besoin d'avoir.
a écrit le 30/09/2014 à 12:19 :
C'est marrant de se tromper dans les mots au moment d'annoncer le chiffre choc :
"l'Indice Planète Vivante qui mesure l'évolution de 10.380 populations de 3.038 espèces de mammifères, le nombre d'oiseaux, de reptiles, d'amphibiens et de poissons a chuté de 52 %."
a écrit le 30/09/2014 à 11:52 :
Je suis toujours amusé des cris alarmiste d'organisations écolos comme WWF, qui nous annoncent à grand renfort médiatique, des chiffres faramineux sur tel ou tel sujet.
En lisant l'article relayé par la tribune, j'imagine une armée de chômeurs employés pour quelques jours par le WWF, pour recenser les batraciens et microbes ou autres animaux.
On croit rêver, mais personne n'a t-il plus aucun bon sens dans ce pays... je ne dit pas bravo à la tribune.
Réponse de le 30/09/2014 à 12:13 :
Votre commentaire est sans intérêt... Abstenez vous la prochaine fois !
Réponse de le 30/09/2014 à 12:22 :
bravo à la tribune !
Réponse de le 30/09/2014 à 12:49 :
++++
Marre des adorateurs de la planète !
Réponse de le 30/09/2014 à 13:00 :
on reste sidéré devant tant de nullité!
Réponse de le 30/09/2014 à 13:24 :
sidération devant tant de nullité !
Réponse de le 30/09/2014 à 13:32 :
vous êtes bien à plaindre, mon pauvre vieux.
a écrit le 30/09/2014 à 11:51 :
La seule solution serait de remonter le temps jusqu'à l'invention de l'electricite et du pétrole. Sans cela non ne sommes rien, pas de batterie, pas de voiture, pas d'avions, pas de plastique, de deforestation. Nous viverions sans activité la nuit, pas de communication rapide entre les pays, pas de voyage d'argent, pas de course à l'argent. Un monde comme il y a 150. Où finalement tous n'allaient pas si mal. L'être humain se crée toujours ses propres problème.
a écrit le 30/09/2014 à 11:27 :
Surpopulation humaine sur Terre = cause principale de cela
Donc , il faut réduire cette surpopulation

Appamée
Réponse de le 30/09/2014 à 12:45 :
Commencer par vous !
Réponse de le 30/09/2014 à 13:11 :
Ne vous trompez pas de cause. Le gaspillage des ressources (principalement dans les pays industrialisés) à bien plus d'impact que la surpopulation humaine.

La terre peut contenir bien plus que 7 milliards d'habitants, si on arrête bien sûr de cautionner des pratiques telles que détruire des tonnes de tomates juste pour faire monter son prix.

Marc.
Réponse de le 30/09/2014 à 13:33 :
vous êtes dans le VRAI + 1000
Réponse de le 30/09/2014 à 13:39 :
oui, mais que faites vous de la "population animale ", parce que NOUS, NOUS et NOUS !ça commence à bien faire, la Terre serait elle QUE POUR nos petites personnes? si c'est ce que vous pensez, ce sera , et ça l'est déjà un immense dommage pour la pertes de toute cette faune, mais soyez sûr que nous le paierons au centuple, pas nous, mais sûrement nos descendants, mais évidemment les petits esprits, ça ne les touche pas,ça plane au dessus d'eux, trop profond ! triste !
a écrit le 30/09/2014 à 11:20 :
J'en ai encore parlé avec un agriculteur il y a peu qui me soutenait que sa profession n'y était pour rien... c'est pas gagné...
a écrit le 30/09/2014 à 11:05 :
Exact! triste et lamentable ! 52 % en 40 ans , des espèces qui ont disparues, toutes espèces confondues( cri d'alarme du WWF) en " quelques décennies, l'homme est devenu le pire ennemi de l'animal ' occupations des sols, déforestations etc, il nous faut de plus en plus de place, TOUT pour NOUS! l(homme est un sale prédateur.) une si merveilleuse planète, ce sont des perles données à des cochons, ni plus, ni moins !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :