Des bouées de sauvetage pour les banques russes, en attendant un plan global

 |   |  751  mots
(Crédits : reuters.com)
Avant un plan plus global de renflouement du système financier, l'Etat a a recapitalisé les numéros deux et trois du secteur bancaire

Entre les sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne et l'effondrement du rouble, les banques russes abordent 2015 extrêmement fragilisées et l'Etat russe s'empresse de les renflouer pour les préparer à ce qui s'annonce comme une dure récession.

Dans les dernières heures d'une année qui aura vu le rouble perdre 41% de sa valeur par rapport au dollar et la Russie s'isoler comme rarement depuis la chute de l'URSS, le gouvernement russe a recapitalisé coup sur coup les numéro deux et trois du secteur bancaire, VTB et Gazprombank.

Vers un plan global

Ces injections, prévues, précèdent un vaste renflouement du système financier mis sur pied d'urgence pour contrer les effets de la crise monétaire sur les comptes des établissements bancaires.

Le nouveau soutien de l'Etat est prévu pour début 2015 et chiffré à 1.000 milliards de roubles (14 milliards d'euros). Ses bénéficiaires doivent être connus d'ici à la mi janvier-2015.

D'ores et déjà, VTB, s'est vu verser mardi 100 milliards de roubles (1,4 milliard d'euros) et doit recevoir au premier trimestre 150 milliards de roubles supplémentaires (2,1 milliards d'euros).

Gazprombank, établissement créé par le gazier Gazprom en 1990 pour financer la production d'hydrocarbures devenue une banque généraliste complète avec quatre millions de clients, est de son côté recapitalisée à hauteur de 40 milliards de roubles (560 millions d'euros).

Ces deux groupes bancaires avaient été au cours de l'été ajoutées à la liste noire des entreprises sanctionnées par les Etats-Unis pour l'annexion de la Crimée par la Russie et son rôle dans le conflit dans l'Est de l'Ukraine qui a fait plus de 4.700 morts.

L'Etat finance aussi directement des projets prioritaires

Les mesures de rétorsion annoncées dans la foulée par Bruxelles les privent, comme toutes les grandes banques publiques, de financement à long terme sur les marchés européens. Or, ces banques jouent un rôle essentiel pour financer l'activité économique et le gouvernement avait fait savoir rapidement qu'il était prêt à les soutenir, de même que des grands groupes énergétiques comme le pétrolier Rosneft ou le gazier Novatek.

VTB a promis que l'aide versée servirait à financer des travaux d'infrastructures. L'Etat ne compte pas seulement sur les banques puisqu'il a débloqué mercredi des fonds directement pour plusieurs projets cruciaux: 50 milliards de roubles (720 millions d'euros) pour la modernisation des lignes de chemin de fer à travers la Sibérie (Transsibérien et BAM) et 150 milliards (2,1 milliards d'euros) pour la production de gaz sur la péninsule de Iamal dans le Grand Nord.

 Hémorragie

 Le soutien du secteur financier s'annonce indispensable pour traverser 2015: les autorités russes ont d'ores et déjà prévenu que le produit intérieur brut pourrait chuter de plus de 4%, après une croissance évaluée pour 2014 à 0,6%, et aucune reprise n'est prévue avant 2017. Les recettes budgétaires sont plombées par la chute des cours du pétrole et le déficit pourrait dépasser 3% du PIB en 2015 après plusieurs années d'équilibre.

Renforcer les banques est devenu plus que jamais nécessaire vu le plongeon subi par le rouble à la mi-décembre, d'une violence plus vue depuis le placement de la Russie en défaut de paiement en 1998.

800 banques héritées de l'ère post-soviétique

Si la monnaie russe s'est reprise depuis, le prix de cette crise monétaire est lourd pour le secteur, jugé vulnérable avec plus de 800 établissements hérités des années post-soviétiques.

Pour défendre la monnaie, la banque centrale a dû augmenter son taux directeur à 17%, un durcissement monétaire qui renchérit l'accès aux liquidités et risque de rendre intenable tout emprunt pour les ménages et entreprises.

Déjà en manque de carburant, le secteur financier a dû faire face à une hémorragie de la part des déposants lorsque le rouble s'effondrait à vue d'oeil. Les Russes ont converti en masse des roubles en devises étrangères (pour 30 milliards de dollars au total sur l'année selon le ministre de l'Economie). Pire: ils se sont mis à retirer leurs roubles pour les conserver en liquide, de peur d'un effondrement du système, comme dans les années 1990.

Signe de la violence du phénomène, la banque centrale a dû mettre sous tutelle d'urgence une grosse banque, Trust, et la renflouer à hauteur de 127 milliards de roubles (1,8 milliard d'euros), ce qui en fait le deuxième plus gros sauvetage bancaire de la Russie post-soviétique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2015 à 14:37 :
RTS (Russie)
1 semaine -0.55% 827.48 756.96
1 mois -16.64% 969.03 578.21
3 mois -27.60% 1 127.78 578.21
6 mois -43.14% 1 417.41 578.21
1 an -45.19% 1 449.90 578.21
3 ans -44.87% 1 762.71 578.21
5 ans -45.26% 2 134.23 578.21

Cac 40 (France)
1 semaine -1.52% 4 317.93 4 224.34
1 mois -3.18% 4 427.74 3 926.34
3 mois -0.69% 4 427.74 3 789.11
6 mois -5.29% 4 509.58 3 789.11
1 an 0.11% 4 598.65 3 789.11
3 ans 31.03% 4 598.65 2 922.26
5 ans 5.94% 4 598.65 2 693.21

Dollar - rouble :
1 semaine -0.46% 61.7500 54.9980
1 mois 11.00% 78.7985 52.0720
3 mois 46.65% 78.7985 39.2830
6 mois 71.50% 78.7985 33.4535
1 an 77.17% 78.7985 32.6420
3 ans 85.71% 78.7985 28.5850
5 ans 93.57% 78.7985 27.1370

Dollar Euro
1 Janv. -0.80% 1.2117 1.1996
1 semaine -1.28% 1.2224 1.1996
1 mois -2.49% 1.2570 1.1996
3 mois -4.14% 1.2887 1.1996
6 mois -11.81% 1.3664 1.1996
1 an -11.67% 1.3994 1.1996
3 ans -8.06% 1.3994 1.1996
5 ans -16.70% 1.4940 1.1877

Pour information, l'Europe a plus à gagner lors d'un retour à la parité euro dollar, donc quand l'euro baisse c'est bon pour nous et en plus avec la baisse du prix du pétrole, nous sommes gagnants aussi sur ce point-là.
a écrit le 02/01/2015 à 17:17 :
Deux mauvaises nouvelles pour finir la première semaine de l'année : le dollar se cote actuellement à 1,20 euros et le CAC 40 dégringole à - 0,36%. Bon weekend.
a écrit le 01/01/2015 à 20:39 :
Lui au moins ne fera pas appel à l'argent du contribuable européen pour renflouer ses banques...
Réponse de le 03/01/2015 à 14:22 :
Tu crois vraiment que le processus de renflouement ne serait pas exactement le mêmes qu'en Europe ?
Qu'est ce qui te l'indique dans l'article que tu ne t'es apparemment pas donné la peine de lire ?
A moins que tu n'aies donné de l'argent à des démarcheurs à domicile qui ont prétendu venir au nom de la banque de France. Mais dans ce cas, le problème vient sûrement de toi, pas des états européens ...
a écrit le 01/01/2015 à 20:16 :
Les géants de l'automobile japonais - Toyota, Nissan, Mitsubishi et Mazda - n'ont pas la moindre envie d'abandonner le marché russe en dépit des variations des taux de change des monnaies et de la situation économique compliquée. Par contre, les usines européennes font la moue et si la situation se prolonge alors les Renault, les Fiat, les BMW, les VW et d'autres Peugeots se verront obligés à quitter ce marché. En attendant les voitures indiennes, les usines asiatiques vont se partager le marché russe et, je pense, Vladimir Poutine aura eu sa petiote revanche envers les européens qui soutiennent la junte de Kiev. Aussi simple que cela, rien qu'un jour après l'autre. (Marco29)
Réponse de le 02/01/2015 à 12:24 :
Il vous aura apparemment échappé que le problème actuel en Russie, c'est la chute des ventes ...
Tu parles d'une revanche : les Russes obligés de se réfugier dans l'achat du bas de gamme pour continuer de survivre à l'incompétence de Poutine ...
Réponse de le 02/01/2015 à 16:20 :
Non, Rickie, Poutine n'est pas incompétent comme ton idole bronzé, il est très très malin ce bonhomme. En ouvrant le marché russe davantage aux constructeurs japonais il flanque une belle baffe aux constructeurs européens, ou plutôt à leurs gouvernements. Poutine a tout un boulevard devant lui, il peut même ouvrir le marché automobile aux américains et pas aux Européens. C'est lui qui à ce moment donne les cartes, Riki, pas la Nuland ni McCain. Et voilà la raison de ta grogne envers Vladimir. Calme-toi, le dépit peut tuer, disent les toubibs…. :-))
Réponse de le 03/01/2015 à 14:13 :
Tout d'abord, Star shell, commence par essayer d'acquérir au moins un minimum de l'éducation que tes parents ne t'ont visiblement pas donné.
Pour en revenir au réel :
Poutine l'incompétent est tout simplement en train de se vautrer et n'aura bientôt pour seule alternative que d'être le boy de la Chine (pour ton information, les Japonais impliquent aussi un certain nombre de sanctions à la Russie).
Et pour finir, ce n'est pas parce que les types comme toi ont hérité de l'atavisme du collaborationnisme à quatre patte que tout le monde te ressemble : de mon côté, je suis un patriote français et je n'ai d'autre considérations que l'intérêt de mon pays, et celui-ci n'est bien évidemment pas de se mettre à la remorque d'états étrangers, que ce soit la puissante Amérique ou la clocharde Russie.
a écrit le 01/01/2015 à 11:30 :
La Russie a des réserves d'or qui feraient pâlir d'envie l'Allemagne ou d'autres pays, soi disant bien portant.
On ferait mieux de regarder la fragilité du dollar si le pétrole (OPEP) le lâche, il n'a pas plus d'assise .
Réponse de le 02/01/2015 à 12:09 :
N'importe quoi !
Cessez donc vos mantras inutiles : les réserves d'or de la Russie sont très largement en dessous de celles de l'Allemagne. 1200 tonnes pour la Russie contre 3385 pour l'Allemagne.
Quant au dollar, il est utilisé dans 80% des échanges commerciaux et compose 60% des réserves de change dans le monde.
Réponse de le 02/01/2015 à 13:05 :
Petit rappel : les chiffres de réserve d'or publiés sont des données supposées et pour certaines non vérifiées (la FED refuse l'expertise de son or).
Quant au dollar, je ne pense pas qu'il tienne ...sans l'armée américaine.
Réponse de le 03/01/2015 à 14:06 :
A l'anonyme de 13H05
N'essayez même pas de faire croire que vous avez des éléments inédits en main, pauvre garçon. Les réserves d'or de la Russie comme de l'Allemagne sont parfaitement connus et la Fed accepte bien évidemment toutes les demandes d'audit aux états dépositaires.
Réponse de le 05/01/2015 à 18:59 :
Richard, parler ou écrire avec autant d'aplomb et de peu de respect pour les autres ne te donne pas "la vérité" Si tu veux connaitre les réels problèmes des USA avec leurs "dépôts" or et leurs réserves plus la disparition des trillions de dollars, je peux te donner des liens qui sont ceux des séances des Sénateurs américains envers les responsables de la FED mais aussi des déclarations du numéros deux de la FED également.
Quand aux dépôts de chaque pays l'or c'est stratégiques, personne ne publie ses vrais chiffres.
Il faut savoir raison garder et arrête d'insulter les gens et d'essayer de rabaisser le débat.
Bonne Année a toutes et tous
a écrit le 31/12/2014 à 17:47 :
Et c'est pas fini... Bonne Année Vladimir !
Réponse de le 31/12/2014 à 20:53 :
Pour rigoler, on peut rappeler combien ont été donné aux banques de l'UE au total? Oui, Vlad risque de passer une meilleure année que nous
Réponse de le 01/01/2015 à 10:42 :
C'est vrai que Poutine à les réserves financières pour soutenir ses banques, alors que cela a coûté à la France 600 milliards d'Euro de dettes (pas de roubles). Il faut donc relativiser la "fragilité" de la Russie qui elle possède une rente de matières premières intarissable.
Réponse de le 02/01/2015 à 12:12 :
" elle possède une rente de matières premières intarissable. "

Pas vraiment : pour que ces matières deviennent rente, il faut d'abord les vendre à un bon prix or justement, les prix s'effondrent ...
Réponse de le 02/01/2015 à 12:26 :
@Dingo : intarrisable ? Euh...par définition des réserves (de pétrole, de gaz,...), ça s'épuisent. Svp, la prochaine fois réflechissez à ce que vous écrivez...
Réponse de le 02/01/2015 à 16:21 :
Les EU ont pu faire tourner la planche à billets et l'exporter en échange des marchandises bon marché fabriquées à l'étranger. Mais les banquiers ont contribué à la mort de l'arrangement de Pétrodollar en insistant sur des sauvetages et l'impression d'argent, le bénéfice eux-mêmes. Actuellement cela se chiffre autour des milliards de milliards de USD.

L'impact sera l'inflation de prix d'importation énorme (en raison du rejet d'USD et probablement l'introduction d'un dollar domestique(intérieur) non publié par la Réserve fédérale, mais par la Trésorerie(le Trésor) (la Réserve fédérale n'est pas un département de gouvernement américain, son une banque centrale privée)). Les choses deviendront laides très rapides quand le point d'infliction frappe à la maison. L'élan construit et seulement le perçant et préparé fera(sera) le temps ceci une fois dans une implosion de durée de vie(fonctionnement) de la réserve mondiale ccy qui a été abusé par le Zionist/banksters.

Pensez-y. Bon week-end,
Réponse de le 03/01/2015 à 14:18 :
A l'anonyme de 16H21à quatre pattes devant Poutine

N'essaye même pas de faire croire que tu saurais de quoi tu parles en paraphrasant les foutaises néo-soviétiques des sapir-soral-jovanovic
Réponse de le 05/01/2015 à 9:12 :
RICHARD !!!!
Arrete tes commentaires anti-russe anti-poutine, tu deviens ridicules...un peu de clairvoyance stp.
Je te vois bien en bobo ex-soixante-huitard decu de la tournure de l'experience sovietique !!! je me trompe pas ? n'est-ce pas ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :