Michel Barnier : "je veux me comporter comme un homme politique"

 |   |  671  mots
Quelques heures après sa nomination comme commissaire européen au Marché intérieur et aux services, le français Michel Barnier a affirmé qu'il voulait "approfondir le marché intérieur, avec lequel les Français sont parfois un peu fâchés".

Un feuilleton qui prend fin. La nomination de l'ancien ministre de l'Agriculture et des Affaires étrangères, et actuel député européen Michel Barnier (UMP-PPE) à la Commission européenne aura fait l'objet de controverses. Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a confirmé, vendredi 27 novembre, que le Français serait en charge du portefeuille du Marché intérieur et des services financiers.

"La confiance de José Manuel Barroso me touche", a déclaré Michel Barnier en faisant allusion à l'importance de sa nouvelle fonction, lors d'une conférence de presse organisée quelques heures après sa nomination. La désignation d'un Français à ce poste semble cependant normal au nouveau commissaire. "Ce qui est étonnant c'est qu'un Français devienne pour la première fois en cinquante ans commissaire au Marché intérieur. Et cela explique peut-être la distance entre les Français et le marché intérieur", a affirmé Michel Barnier.

C'est bien la nature de la fonction du Français au sein du collège qui a fait l'objet d'une bataille entre Londres, Paris, et Bruxelles. Nicolas Sarkozy voulait pour la France le portefeuille du marché intérieur comprenant, comme cela était le cas jusqu'à présent, les services financiers. Mais Londres craignant une volonté régulatrice trop risquée pour la City s'y opposait.

Comment le nouveau commissaire français compte-t-il rassurer les Britanniques ? "Je travaillerai avec tout le monde", s'est borné à indiquer Michel Barnier. "Je n'ai pas besoin qu'on me convainque de l'importance de la place financière de Londres, de Paris ou de Francfort. Ce qui m'intéresse c'est de faire plus de marché intérieur, pas moins". Reste que le futur directeur général de la Commission en charge du marché intérieur, c'est-à-dire le fonctionnaire qui dirigera l'administration travaillant derrière le commissaire devrait être le britannique Jonathan Faull.

"Approfondir le marché intérieur"

Loin d'être une manière de contrôler l'action du futur commissaire français, Michel Barnier indique avoir lui-même proposé cette solution au président de la Commission européenne. "J'avais pris l'initiative de prendre un directeur général britannique (lors de son précédent passage à la Commission, ndlr). Je suis prêt à le refaire, c'est ma proposition", a indiqué le Français.

Refusant de s'exprimer sur le fond de son programme qui sera dévoilé, comme le veut la procédure, lors de son audition par le parlement européen, Michel Barnier a simplement indiqué qu'il souhaitait "approfondir le marché intérieur, avec lequel les Français sont parfois un peu fâchés (...) C'est plus familier aux grandes entreprises." "Je veux utiliser tous les outils de ce marché pour les grandes entreprises mais aussi d'avantage que cela ne l'était par le passé pour les PME et les citoyens, pour d'avantage de compétitivité, de croissance et d'emploi." L'industrie, les services, les services financiers et l'économie de la connaissance seront ses quatre champs d'action. La feuille de route de Michel Barnier sera également "les décisions du G20 en matière de gouvernance et de régulation mondiale".

Le Français va désormais se préparer pour les auditions du parlement européen qui se dérouleront à partir du 11 janvier. S'il compte répondre aux préoccupations des députés européens sur les textes en cours comme la régulation des fonds alternatifs ou la directive sur les délais de paiement, Michel Barnier a souligné qu'il comptait se "comporter comme un homme politique" devant les parlementaires. "Un commissaire est un homme ou une femme politique. Je veux poser des questions politiques sur comment approfondir le marché intérieur, comment réconcilier le social et le marché, tirer les leçons de la crise et mettre le marché intérieur au service de l'économie de la connaissance".


Lire la suite de l'article Michel Barnier : "je veux me comporter comme un homme politique"


Retrouvez toute l'économie européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :