La crise freine les émissions de CO2

 |   |  296  mots
Les émissions totales de gaz carbonique se sont stabilisées en 2009.

En 2009, l'activité humaine a rejeté 31,32 milliards de tonnes de CO2, principalement à cause de l'utilisation de combustibles fossiles et de la production de ciment et de produits chimiques. Cette estimation de l?Agence néerlandaise d?évaluation environnementale (PBL) indique une stabilisation des émissions de gaz carboniques, pour la première fois depuis 1992.

 

Dans son rapport publié le 1er juillet, ?No growth in total global CO2 emissions in 2009", l'agence indique même une baisse des émissions de 0,7% par rapport à l?année 2008. Soit une diminution d?un peu plus de 300 millions de tonnes de CO2. Etant donnée la marge d?incertitude des données traitées, le rapport établit une stabilisation des émissions, déjà pressentie en 2008 avec une croissance des émissions de gaz carbonique de 1,5%, contre 3,5% par an en moyenne ces six dernières années.

Deux grands facteurs expliqueraient cette situation. La crise, d'une part, qui pèse sur les pays industrialisés, et la croissance des émissions de la Chine et de l?Inde d?autre part.

Pour les pays industrialisés, la crise constitue en effet le paramètre central de cette stabilisation avec un resserrement du crédit. Les industries lourdes émettrices de CO2 - l?acier, le ciment, la sidérurgie, la chimie, le raffinage de pétrole et la production d?électricité - n'ont pas pu utiliser leur pleine capacité de production.

Les industries réglementées par le système européen d?échanges de quotas d?émission (SCEQE) ont ainsi diminué leurs rejet de CO2 de 11,6%. Dans l'UE 15, les émissions de CO2 ont au total connu une baisse de 7,2%, atteignant un niveau de 3,1 milliards de tonnes de CO2 en 2009.

Lire la suite de l'article La crise freine les émissions de CO2

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :