Les régions françaises, élèves moyennes de l'Europe

 |   |  415  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
L'INSEE a fait le bilan de feu la stratégie de Lisbonne de l'UE. Contre toute attente, les territoires riches ne s'en sortent pas forcément mieux que les autres.

L'Europe raffole d'objectifs et de benchmarking. Surtout lorsqu'ils annoncent un avenir radieux. Si elles avaient suivi la trajectoire définie en 2000 au Sommet de Lisbonne, les régions françaises auraient aujourd'hui un taux de croissance de 3%, un taux d'emploi de 70% et des dépenses en R&D équivalentes à 3% du PIB. Aussitôt arrivée, l'échéance de 2010 a été supplantée par un nouveau kit d'objectifs pour 2020.

Entretemps, l'Insee a tout de même pris la peine de se pencher sur le bilan de santé des régions françaises, dix ans après les bonnes intentions de Lisbonne. Et les résultats permettent de nuancer certaines idées reçues.

Midi-Pyrénées chef de file de la R&D

Deuxième région plus riche d'Europe derrière le Grand Londres, l'Ile-de-France semble avoir tous les atouts pour pulvériser les objectifs de Lisbonne. Elle réalise en effet de très bons scores, mais est tout de même devancée dans la R&D par la région Midi-Pyrénées. Celle-ci décroche la palme européenne du nombre de brevets déposés dans l'aéronautique et investit plus de 4% de son PIB dans la R&D, soit un point de plus que le territoire francilien. Ces deux régions sont en réalité les seules en France à passer la barre des 3%.

La région Rhône-Alpes, qui a fait la preuve de son leadership dans la chimie depuis l'ère Rhône Poulenc jusqu'à la technopôle moderne de Gerland, réalise un score de 2,7%. Rarement envisagés comme l'eldorado des entrepreneurs innovants, les territoires ruraux devraient a priori souffrir d'un sous-investissement en R&D. Là encore, un autre regard s'impose.

Le Limousin enregistre certes de très faibles dépenses estimées à 0,8% du PIB, mais l'Auvergne, qui présente des caractéristiques géographiques similaires, talonne de près la région Rhône-Alpes (2,5%). Dans une évaluation publiée l'an dernier, deux cabinets de conseil reconnaissaient que l'Auvergne avait pris "des décisions importantes", à travers la création en 2007 du comité Innovergne (qui auditionne chaque mois des porteurs de projets innovants), la mise en place la même année "du Fonds Régional d'Innovation et, un peu plus tard, la participation au programme [de financement] européen Jeremie."

Lire la suite de l'article : Les régions françaises, élèves moyennes de l'Europe.
 

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2012 à 18:48 :
l'europe n'est pas une classe ou il y aurait des élèves.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :