Libye et gouvernance économique au menu du sommet de Bruxelles

 |   |  353  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
Les dirigeants des Vingt-Sept se réunissent, jeudi 24 et vendredi 25 mars à Bruxelles, pour un Conseil européen très chargé.

Attention, sommet sous haute tension. La situation en Libye devrait occuper une grande partie des discussions, quelques jours après le début d'une intervention contre le régime de Mouammar Kadhafi. Dans une lettre envoyée à ses homologues, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, écrit qu'il souhaite "trouver un accord sur les premières mesures concrètes à prendre pour apporter rapidement une aide aux pays de la région".

Les Européens sont particulièrement divisés sur cette question. Alors que la France a mené le mouvement en faveur d'une action militaire, l'Allemagne s'y est fermement opposée. Angela Merkel aurait préféré soumettre la Libye à des sanctions économiques et politiques.

Irlande et Portugal

Les Européens doivent se prononcer également sur le "pacte pour l'euro", adopté le 11 mars par les Etats qui partagent la monnaie unique. Il prévoit notamment que les pays membres intègrent une limite légale à la dette dans leurs législations nationales, lient les augmentations de salaires à des hausses de productivité et l'âge de la retraite à l'évolution de la démographie.

Tous les dirigeants de l'UE sont loin d'approuver ce texte. Le 18 mars, neuf Etats non membres de la zone euro ont d'ailleurs écrit à Herman Van Rompuy et au président de la Commission, José Manuel Barroso, pour réclamer un "pacte de stabilité et de croissance plus fort". "Mettre les finances publiques sur une base soutenable et promouvoir la croissance ne sont pas des options. Nous ne pouvons pas retarder le premier objectif et atteindre le second", écrivent le Danemark, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Finlande, la Pologne, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni dans une lettre révélée par EUobserver.

Dans les coulisses du sommet, les chefs d'Etat et de gouvernement n'éviteront pas non plus la situation des pays en difficulté. Après une première sollicitation en novembre, l'Irlande pourrait en effet demander un prêt supplémentaire.


Lire la suite de l'article Libye et gouvernance économique au menu du sommet de Bruxelles

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :