Schengen : la Bulgarie et la Roumanie au milieu du gué

 |   |  374  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
Les Etats estiment prématuré d'intégrer ces deux pays à l'espace de libre circulation des personnes. Ils ne s'empressent pas non plus de renforcer les capacités de Frontex.

La Bulgarie et la Roumanie se disent prêtes, mais les Etats européens ne le sont pas. Lors de leur réunion du 9 juin à Luxembourg, les ministres de l'Intérieur ont décidé de repousser l'entrée des deux pays dans l'espace Schengen. Un résultat prévisible tant l'Allemagne et la France avaient freiné les ambitions de Sofia et Bucarest.

Les Pays-Bas ont, eux aussi, clairement fait savoir leur réticence : "Il est trop tôt pour prendre une décision", a estimé le ministre néerlandais de l'Immigration, Gerd Leers, dont les propos ont été rapportés par l'agence AP. "Il est impératif que les réformes judiciaires en Roumanie et en Bulgarie deviennent effectives et irréversibles", a-t-il ajouté.

Preuves

Un point de vue qui contredit la position du Parlement européen, sûr de la capacité des deux pays à sécuriser leurs frontières extérieures tout en respectant les règles d'attribution des visas Schengen.

Mais la Bulgarie et la Roumanie vont encore devoir faire leurs preuves. D'ici au 20 septembre, alors que la Pologne aura pris les rênes de l'UE, "le sujet sera examiné et une série de propositions sera faite", a signalé le ministre hongrois de l'Intérieur, Sándor Pintér, au cours d'une conférence de presse. Très prudents, les Etats vont procéder "étape par étape" avec, dans un premier temps, la levée des contrôles de passeports dans les ports et aéroports. L'entrée des deux pays dans l'espace Schengen n'interviendrait pas avant fin 2012.

Une autre échéance attend les deux pays dès juillet, avec la publication d'un rapport examinant les mesures adoptées en matière de justice et de lutte anticorruption. Ce qui répondrait peut-être aux attentes de Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, lequel a déclaré avoir « besoin de garanties » dans ce domaine.

Miracles

Exigents à l'égard de la Roumanie et de la Bulgarie, les Etats restent en revanche plus évasifs sur le renforcement de Frontex, qui les assiste dans leurs opérations de surveillance des frontières.


Lire la suite de l'article : Schengen : la Bulgarie et la Roumanie au milieu du gué.
 

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2011 à 16:42 :
un etudaine tunisien a bulgarie peut circuler librement dans l'union european
a écrit le 15/06/2011 à 22:51 :
Que d'ignorance, cher Vauban. Vous ne savez apparement pas que la France est bien plus endettée que ces deux pays! (dette publique en France 80%, en Bulgarie 18%, en Roumanie 35%). tous les pays ne se ressemblent pas et certains ont fait des efforts pour ne pas vivre au-dessus de leur moyens et saigner l'Etat providence (au contraire de la France, malheureusement). Vous semblez mépriser les petits pays, j'espère pour vous que si la France est la prochaine cible à cause de sa dette trop élevée, ces petits pays et d'autres viendront à son secours.
a écrit le 10/06/2011 à 21:43 :
ILS FAUT ARRETER L´OUVERTURE AVEC TOUS CES PETIT PAYS ENDETTÉS.
LA BANQUE EUROPENNE LEUR PRÊTE DE L´ARGENT.
DEUX ANS APRÈS ILS REAGISENT COMME LES BEBES QUAND LA BOULLIE EST TERMINÉE?:" AH PLUS
a écrit le 10/06/2011 à 12:53 :
on est déjà 27, ça suffit non?
Réponse de le 11/06/2011 à 9:23 :
Pour information, la Bulgarie et la Roumanie font déjà partis des 27. Mais vous posez une bonne question : l'Union peut-elle poursuivre son élargissement si une partie de ses membres fait autant preuve de méfiance à l'égard des nouveaux entrants?
La devise de l'Union "Unie dans la diversité" est bien mise à mal en ce moment...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :