Des députés veulent supprimer les frontières avec la Roumanie et la Bulgarie

 |   |  362  mots
(Crédits : latribune)
Selon la commission des libertés civiles du parlement européen, les deux pays réunissent les conditions nécessaires pour adhérer pleinement à l'espace Schengen.

La Roumanie et la Bulgarie sont prêtes à faire partie de l'espace Schengen, qui permet aux citoyens de circuler librement, sans contrôle aux frontières. Le rapport du député européen Carlos Coelho sur la levée des frontières intérieures avec ces deux pays a été adopté par la commission des libertés civiles, le 2 mai.

"Ces deux pays sont-ils prêts à intégrer l'espace Schengen ? Ma réponse est clairement oui. Et cela est clair dans tous les rapports d'évaluation et toutes les visites que nous avons menées. Dans certains domaines, ces deux pays sont parfois mieux préparés que d'autres pays qui sont déjà membres de [l'espace] Schengen", a affirmé le rapporteur.

Carlos Coelho salue également l'implication politique des deux Etats "afin de prouver qu'ils respectent tous les critères de Schengen".

D'après le rapport, les évaluations menées dans les deux pays sont positives. Celles-ci concernent les règles communes de l'espace Schengen en matière de contrôle des frontières aériennes, maritimes et terrestres, de procédure d'émission des visas, de mise en place du système d'information Schengen (SIS) et de coopération policière.

Frontières sensibles

La Bulgarie et la Roumanie se trouvent aux frontières extérieures de l'Union, dans une zone où la pression migratoire est forte. Bien que les deux pays remplissent les conditions nécessaires pour intégrer l'espace Schengen, les députés estiment que la Bulgarie devra prendre des mesures supplémentaires d'ici la levée des contrôles aux frontières.

Le rapport préconise par exemple d'élaborer une approche commune avec la Grèce et la Turquie afin de faire face à un éventuel afflux migratoire.

Des insuffisances en matière de contrôle des frontières aériennes ont également été relevés en Bulgarie. Le pays devra informer le parlement et le Conseil des ministres de la mise en oeuvre de mesures supplémentaires dans ce domaine.

Lire la suite de l'article  Des députés veulent supprimer les frontières avec la Roumanie et la Bulgarie

 
 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2011 à 10:43 :
Ces 2 pays sont entrés dans l'Union Européenne il y a 4 ans. Ils ne sont pas arrivés clandestinement mais adoubés par leurs pairs. Il faut maintenant assumer ce choix et les accepter dans l'espace Schengen s'ils souhaitent y adhérer.
a écrit le 13/05/2011 à 9:19 :
Cela promet. L'Europe va devenir une vraie passoire et disparaitra a terme. L'entree de certains pays de l'Est aura ete une ereur fatale.
a écrit le 08/05/2011 à 22:43 :
@Saistout :

Excelent !
a écrit le 06/05/2011 à 11:41 :
@charlestwo2
Je vois que le député UE en charge d'étudier le dossier en sait moins que vous qui apparemment passez votre temps à inspecter les frontières roumaines...
1/ Le contrôle des douaniers est très important (et c'est ce qui a permis les arrestations dont vous parlez). Ce sont plutôt d'autres pays où l'on arrête pas les douaniers où c'est louche.
2/ Le nombre de passeports roumains délivrés aux moldaves reste très maîtrisé contrairement à ce que disent certains: il n'y a aucune déferlante.
3/ L'affaires des tracteurs montre que les mafias fonctionnent de toute façon (shenghen ou pas).
4/ des accords de coopération sur la frontières avec la moldavie ont été signés. La frontière est donc gérée (même si elle ne sera probablement jamais reconnue par la roumanie) contrairement à ce que vous dites. Ce n'est pas une passoire. Et d'ailleurs je ne vois pas qui passerait par là ? Les moldaves ? Tous les jeunes moldaves sont déjà en UE, il n'y a plus que des vieux en moldavie.
Bref, si les députés UE confirment bien que les critères TECHNIQUES sont bien acquis, c'est que cela est vrai. Si vous avez d'autres critères c'est votre problème, mais ça veut dire que certains pays sont entrés ds shenghen uniquement avec des critères techniques, mais les roumains, citoyens de seconde zone, doivent remplir 1000 autres critères tous plus flous les uns que les autres comme moins de corruption, plus de joie, enfermer tous leurs roms, meilleure niveau de vie, salaires hauts, pas de journées pluvieuses, jolies filles, etc... C'est de la discrimination par rapports aux pays qui sont entrés uniquement avec des critères techniques et puis c'est tout. Il faut le reconnaître une fois pour toutes.
Réponse de le 21/05/2011 à 0:45 :
C'est vrai quoi!
Vous oubliez simplement que le peuple est souverain et que reconnaître des accords signés contre l'expression directe de sa volonté est un peu fort, non?
Même pour vous légalise comme vous lêtes ce doit être dur de l'accepter.. à moins que vous n'ayez aussi des jugements et une logique à géométrie variable
a écrit le 06/05/2011 à 10:51 :
Je suis désolé d'avoir à contredire ce Député européen assez peu informé de la situation en Roumanie. Les Policiers et Douaniers Roumains sont en permanence impliqués dans des affaires de corruption (très récemment, en Mars 2011, à Timisoara 200 Policiers auraient été impliqués dans la contrebande de cigarettes pour un montant de 100 000 Euros par jour).
Par ailleurs les Roumains continuent à délivrer en nombre important des passeports européens aux Moldaves qui peuvent ainsi entrer dans l'espace Schengen sans visa, ce qui est inadmissible. Certains Moldaves ont 2 passeports (1 Moldave et 1 Roumain) leur permettant de s'insérer dans des réseaux mafieux notamment avec des Ukrainiens et de circuler librement dans l'espace Schengen en toute liberté. Très récemment, c'est un réseau de tracteurs agricoles volés en France par des Moldaves et écoulés par des Ukrainens qui a été découvert par la Gendarmerie.
Non les Roumains ne sont pas prêts à assumer le contrôle des frontières extérieures de l'Europe. Ils sont incapables de gérer politiquement le conrôle de la frontière Moldave au nom de l'UE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :