L'Allemagne touchée à son tour par la crise financière

 |   |  474  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les investisseurs ont boudé la dernière émission allemande à dix ans de l'année. Sur les 6 milliards d'euros proposés, 35 % n'ont pas trouvé preneur. La Bundesbank a joué le rôle de pompier pour boucler l'opération.

C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase et mis à l'épreuve la résistance de l'euro. L'émission obligataire à dix ans, la dernière de l'année, lancée mercredi par l'Allemagne, a rencontré une très faible demande, Berlin n'arrivant à placer que 3,6 milliards d'euros pour une offre de départ de 6 milliards d'euros. C'est dire que 35 % de l'émission de « bund », pourtant réputé comme la référence de la zone euro sur laquelle tous les investisseurs sont censés se précipiter, n'a pas trouvé preneur.

Mais ils souffrent d'indigestion : les portefeuilles croulent déjà sous des montagnes de titres d'outre-Rhin, les plus liquides de la zone euro, alors que l'émission a offert un rendement une nouvelle fois en baisse à 1,98 %, contre 2,09 % lors d'une adjudication similaire en octobre et 2,74 % en moyenne cette année. Il a fallu l'intervention de la Bundesbank pour que l'opération soit couverte (le ratio de couverture a atteint 1,1, contre une moyenne de 1,56), une pratique usuelle, mais pour des montants bien inférieurs. La Buba a mis en réserve les 2,4 milliards d'euros qu'elle a acquis et qu'elle placera progressivement sur le marché.

Si « ce résultat ne signifie en aucun cas une pénurie de refinancement pour le budget allemand », a tenu à préciser l'Agence financière allemande, l'organisme responsable de l'émission, il n'en est pas moins symbolique de l'ampleur de la crise de la dette : même la valeur refuge ne fait plus recette. La banque ING avait prévenu que tout différentiel supérieur à 1 milliard d'euros constituerait « un signe de faiblesse », même si les besoins de financement de Berlin sont bien inférieurs à ceux de ses partenaires européens lourdement endettés. C'est un signe tangible : après l'adjudication, les taux de marché se sont nettement tendus, le rendement du bund grimpant jusqu'à 2,13 %, soit une progression de plus de 20 points de base par rapport à mardi.

Les statistiques du jour, laissant redouter un plongeon de la zone euro dans la récession, n'ont fait qu'ajouter à l'atmosphère délétère. Selon la première estimation de la société Markit qui publie l'indice d'activité des directeurs d'achats, le PMI a poursuivi sa contraction en novembre dans la zone euro, chutant à 47,2 contre 49,1 en octobre. Plus grave : « il semblerait que le pire reste à venir », a mis en garde le chef économiste de Markit.

Autre chiffre morose, les commandes à l'industrie dans la zone ont accusé leur plus forte contraction depuis trois ans, chutant de 6,4 % en septembre, avec une baisse particulièrement marquée en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie.

Conséquence la plus immédiate : l'euro a encaissé de plein fouet cette série noire, rechutant à son plus faible cours depuis six semaines face au dollar, pour ne plus valoir, au plus bas dans les transactions, que 1,3360.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2012 à 13:33 :
La crise financière actuelle est avant tout une crise de répartition des revenus: Il faut à tout prix réduire l'écart entre les revenus les plus élevés et ceux les plus bas et reglémenter sérieusement les marchés financiers.
a écrit le 25/11/2011 à 20:53 :
dans mes prévisions..
a écrit le 24/11/2011 à 16:19 :
Formidable, la Bundesbank achète le papier que l'Allemagne n'a pas pu fourgué sur le marché mais dans le même temps les allemands sont hostiles à ce que la BCE fassent de même !!!!!
Alors on nous dit que la Buba va se charger de le vendre sur le marché secondaire, que c'est un procédé habituel ! D'accord, mais jamais dans de telles proportion !!!!
L?Allemagne, où je fais ce que je veux mais surtout ne faites pas la même chose. A ce propos, qui a tué le pacte de stabilité en 2002-2003 ? Les allemands qui étaient alors en petite récession et ne voulaient pas être condamnés pour déficit excessif !!! Et avoir le temps de passer des réformes... On aurait dû leurs dire : Nein ! Plan de rigueur und schnell !!!! Ils commencent à me fatiguer les allemands. Pire, ils fatiguent mêmes leurs alliés traditionnels comme les autrichiens... Normal, le spread autrichien commence à bouger dans le mauvais sens... Oups...
Et pendant ce temps, on en ai encore à réfléchir sur le condamnation automatique de ceux qui ne respectent pas les critères du pacte de stabilité... Il y a dix ans d'accord mais aujourd'hui c'est RIDICULE !!!! Il est temps de faire quelque chose... Des décideurs ne doivent pas se borner à être des petits comptables scribouillards, ils doivent agir !!!! Mais chez Angela, élevée en Allemagne de l'est, la culture du fonctionnaire soviétique est bien ancrée !!! je ne parlerai pas de notre Président de tout !!!! je n'attendais rien de lui, Il ne me déçoit pas !!!!
Réponse de le 24/11/2011 à 18:39 :
Bien !
Réponse de le 25/11/2011 à 11:36 :
Pistol : les deux cas ne sont pas pareils: lorsque la Bundesbank achète de la dette allemande avec ses réserves, c'est une histoire allemande. Lorsque la Banque Centrale Européenne achète de la dette grecque, portugaise, italienne ou espagnole avec la planche à billets et la garantie allemande ou française, c'est une autre histoire.
a écrit le 24/11/2011 à 14:52 :
L ALLEMAGNE ON NOUS BASSINE AVEC L 'ALLEMAGNE CELA FAIT DES ANNEE QUEL A UN BUDGET DE DEFENSE RIDICULE PAR RAPPORT A LA FRANCE MAIS AUCUN DE NOS SPECIALISTE ECONOMIQUE N'EN PARLE QUAND ON VOIT SE QUE LA FRANCE EN GOUFFRE POUR PAYER LES RETRAITES DE NOS MILITAIRES FAUT PAS S ETONNER
Réponse de le 24/11/2011 à 15:25 :
Pour vous les problèmes de la France ne résident que dans les retraites des militaires? Un peu de hauteur de vue s'il vous plait, même si leur retraite est généreuse, je pense que nous avons quelques différences avec l'Allemagne, sur le taux d'industrialisation ou encore la part de l'export dans l'économie...
Réponse de le 24/11/2011 à 16:05 :
pour le monsieur de la haute je vous invit a regarder les chiffres du budget des deux pays j'espere que ton monocle est bien accroche tu risque de faire tomber
a écrit le 24/11/2011 à 9:24 :
Faire chuter l'EURO à 1,2 voire à 1,15 ne serait pas "déconnant" loin de là. On a encore de la marge avec notre monnaie surévaluée.
a écrit le 24/11/2011 à 7:35 :
L'Allemagne a un endettement similaire à celui de la France et une baisse d'activité en Europe va se répercuter dans les autres pays du monde et plus durement encore, en Allemagne. La crise mondiale fera ses premières victimes en Europe avant de contaminer toute la planète.
a écrit le 24/11/2011 à 7:16 :
Ce qui est surprenant c'est que personne ne parle du vrai problème: le déséquilibre des balances commerciales entre les pays de la Zone Euro du aux divergences économiques grandissantes depuis l'introduction de l'Euro.
Les économies, puisque divergentes, deviennent de plus en plus difficiles à coordonner.
Tant que des mesures adéquates ne seront pas décidées et appliquées ces divergences iront en s'aggravant.
Une des conséquences de ces divergences est le cour de change de l'Euro qui pour l'Allemagne devrait tourner autour de 1,70 pour le $-US alors que pour l'Italie et la France ce serait autour de 1,20,- Et je ne parle même pas de la Grèce et du Portugal.
Ce manque de convergences économiques nous conduira à une forme de Zone de libre échanges avec des républiques bananières (Wikipedia: Une république bananière désigne un pays peu développé, dont l'industrie repose typiquement sur la seule production de bananes (Olives dans nôtre cas), et dirigé par une petite ploutocratie autoritaire sujette à renversement.) C'est déjà le cas en Grèce et l'Italie s'y dirige à grand pas. Puisque ces deux pays ne sont plus dirigés par des gouvernements élus.
Ce n'était certainement pas le but de l'UE! En tout cas pas le but avoué, mais c'est le but de l'Allemagne qui a pourtant longtemps été soutenue par une France complice parce-que croyant pouvoir profiter du système!
Réponse de le 24/11/2011 à 13:08 :
Le problème à ce jour est que l'on joue au nivellement par le bas, donc une parité future ?/$ pour tout le monde !
Réponse de le 24/11/2011 à 14:15 :
Mais la parité avec la monnaie de réserve internationale doit être un des objectifs de l'euro. (que ce soit le dollar ou autre)
Supporter une renchérissement artificiel de ses coûts à l'export de plus de 40% en le répercutant sur la protection sociale d'un pays et plombant par conséquent sa consommation est un non sens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :