La Grèce connaît une récession historique

 |   |  350  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La contraction de l'économie en Grèce va dépasser 5,5% du PIB en 2011 et le pays est plongé dans "la récession la plus profonde" de son histoire, a déclaré mercredi le Premier ministre grec Lucas Papademos en appelant les milieux d'affaires à investir dans le pays.

"L'année 2011 connaîtra la pire récession que ce pays a jamais traversée, la contraction du PIB est prévue à plus de 5,5%", a dit Lucas Papademos au cours d'une conférence organisée par la chambre de commerce américano-grecque, "nous avons un dur chemin à faire". La Grèce tablait jusqu'ici sur 5,5% de récession en 2011, quatrième année consécutive de baisse du PIB. L'OCDE s'est récemment montrée plus pessimiste, avec une prévision de -6%.

Intervenant pour la première fois publiquement en Grèce depuis sa nomination à la tête d'un gouvernement de coalition le 11 novembre, le Premier ministre a salué les dernières décisions du sommet européen du 9 décembre sur la discipline financière des pays membres. "La Grèce y a un intérêt" pour la consolidation de son économie et la "stabilisation" de son système bancaire, a-t-il dit.

Cette discipline "nous permettra d'éviter la reprise des déficits budgétaires qui nous ont menés à cette crise", et devrait déboucher en 2012 pour la Grèce sur "un excédent primaire budgétaire" qui donnera le "signal de la reprise de la confiance en 2013", a estimé Lucas Papademos.

La priorité des réformes structurelles du gouvernement de coalition sera la "réforme de l'administration publique" a-t-il dit devant un parterre d'entrepreneurs en énumérant les chantiers à mener à bien pour favoriser les investissements: "réforme radicale du mécanisme de collecte d'impôts", "bataille contre l'évasion fiscale" et "accélération des privatisations". "En 2012 les investissements privés vont atteindre au moins 9 milliards d'euros", a-t-il dit.

Le plan d'assainissement de l'économie grecque dictée par l'UE et le FMI prévoit des privatisations de 50 milliards d'euros d'ici 2015. "Je vous appelle à saisir l'occasion et investir dans le pays, à participer à cet effort surhumain, il n'y a pas de temps à perdre, c'est le moment de prendre ses responsabilités", a conclu Lucas Papademos en appelant chaque homme d'affaires présent à réfléchir à la phrase de Joseph Kennedy "que pouvez vous faire pour votre pays?"

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2011 à 15:41 :
Et vous êtes surpris ? pas moi

Notre tour arrive à moins que l'europe et l'euro n'explosent d'ici là ce qui serait plutôt une excellente nouvelle.

A la poubelle cette europe de la magouille, de la non prospérité, de la non croissance, de l'asservissement des peuples, gérée qui plus est par une bande d'incompétents idéalistes voleurs
a écrit le 15/12/2011 à 12:29 :
"Je vous appelle à saisir l'occasion et investir dans le pays, à participer à cet effort surhumain, il n'y a pas de temps à perdre, c'est le moment de prendre ses responsabilités",
On rêve!! quand on se rend régulièrement en Grèce, comme dernièrement en novembre, on se rend compte que les riches n'ont vraiment aucun problème! quant aux autres, ils ne font pas "pauvres" comme ici... excepté dans les campagnes où l'on voit que ça devient difficile. On ne se prive pas à Athènes, moins qu'ici!!! je confirme.
Réponse de le 15/12/2011 à 14:13 :
Les riches n'ont jamais de problèmes c'est pour ça que rien ne leur fait peur et vous trouverez toujours un pauvre pour les admirer et les plaindre.
Réponse de le 15/12/2011 à 19:06 :
un pauvre qui achète Point de Vue images du monde....

a écrit le 15/12/2011 à 11:49 :
La grèce le Portugal bientôt l'italie et la France dans la foulée.
les remèdes apportés par les fianciers internationaux sont pire que le mal. tout le monde s'en rend compte mais l'Europe de Bruxelles enfermée dans sa tour d'ivoire à l'abri des peuples persiste et en redemande. on va dans le mur et l'Europe accélère. Et pour les politiques et les médias "raisonnables" la solution c'est plus d'Europe! on voudrait faire monter encore plus les populmismes que l'on ne s'y prendrait pas autrement!
a écrit le 15/12/2011 à 11:33 :
De tout facon ils ne pourront pas rembourser donc cessation de paiement et sortie euro
Mais nous on veut sauver les banques car a ce moment les CDS rentrent en jeu et cascade de faillite bancaire surtout aux USA....Ne pas dire sauver les Grecs...l argent injecte va aux banques....
et l appel aux grecs de rapatrier leurs capitaux et investir...jamais avant la sortie de l euro (Fortunes exilees multiplie par 4 sans rien faire ....)
a écrit le 15/12/2011 à 10:41 :
Il faut s'attendre à la même chose en France avec en prime une immigration qui va poser des tas de problèmes ! On n'a pas fini d'en baver.
Réponse de le 15/12/2011 à 12:14 :
L'immigration qui va poser des problèmes dites vous??? Pas du tout, c'est vous qui fuierez le pays pour laisser la place aux nouveaux arrivants!!!!!
a écrit le 15/12/2011 à 9:23 :
Que la grèce quitte ou pas l'euro, les grecs s'en "foutent" car bien qu'ils manifestent contre l'austérité qui leur est imposée, c'est la corruption et l'anarchie qui régnent en maître en grèce et qui fait vivre ce pays!!!
a écrit le 15/12/2011 à 9:21 :
La Grèce n'a plus rien à faire dans l'euro, on le sait depuis longtemps, les grecs nous ont e...jusqu'à la moelle, et leur économie est plus souterraine que jamais, et le fric est dans les paradis fiscaux qu'attend on pour le saisir et se faire rembourser. Les grecs dehors, vous êtes des escrocs pire que les banksters qui sont vos conseillers!!!!!!!!
a écrit le 15/12/2011 à 7:53 :
Si la Grèce ne quitte pas l'euro rapidement,et dévalue sa monnaie dans la foulée,elle ne s'en remettra jamais.De plus elle doit faire défaut ou de toute façon fera défaut sur sa dette.L'euro cette machine infernale est comme un rouleau compresseur sans conducteur et laminera tout sur son passage.Le prochain c'est le Portugal qui rentre en récession sévère et l'année 2012 sera terrible.
Réponse de le 15/12/2011 à 8:48 :
je suis d'accord et c'est ce qui va arriver tres bientôt mais le retour à la monnaie nationale sera difficile pour ces pays pauvres dont fait parti la France.
le pouvoir d'achat diminuera énormément mais au moins les pays malades iront mieux par la suite.
Réponse de le 15/12/2011 à 15:11 :
Depuis quand sommes-nous pôvre?
Depuis que nous avons l'Or de Guyane,nous en avons trop,et sommes containt de le vendre ,n'est-ce pas quelques 400ou 500 Tonnes vendues par le ministre des finances de M.Raffarin,qui ont permis déjà à cette époque de boucher un Trou.Aujourd'hui nous sommes comme les Grecs,pôvre comme Job!!Et que faire,quoi dire devant autant d'inepties!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :