Grèce : suspension des négociations avec les banques sur la dette

 |   |  131  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les banques ont annoncé qu'elles suspendaient leurs négociations avec Athènes sur les modalités de la restructuration de la dette publique de la Grèce. Elles ont laissé entendre qu'elles pourraient revenir sur leur engagement à en effacer volontairement une grande partie.

L'Institut de la finance internationale (IIF) a écrit dans un communiqué ce vendredi que, "en dépit des efforts des dirigeants grecs", la proposition des banques d'abandonner 50% de la dette de l'Etat grec en leur possession "n'a pas abouti à une réponse ferme et constructive de la part de toutes les parties".

L'IFF ajoute : "dans ces conditions, les discussions avec la Grèce [...] sont suspendues pour permettre une réflexion sur les bénéfices d'une approche volontaire".

Les négociations devraient néanmoins reprendre mercredi prochain.

Les créanciers privés de la Grèce s'étaient engagés le 27 octobre auprès des dirigeants de la zone euro à renoncer d'eux-mêmes à recouvrer environ 100 milliards d'euros sur leurs créances afin d'éviter une faillite incontrôlée du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2012 à 16:55 :
Le veritable probleme est celui des CDS, qui deviendront exigibles si le defaut de la Grece est officiellement prononcé. On peut parier que Goldman Sachs va encore gagner pas mal d'argent...
a écrit le 15/01/2012 à 8:29 :
La position des banques manque de constance. Après avoir souscrit à des titres de dette publique grecque (dont les rendements étaient supérieurs), les banques indiquent maintenant qu'elles n'ont pas vocation à acheter des dettes publiques, grecques ou autres. Après l'appât du gain facile sur les intérêts à percevoir, la perspective de pertes à venir importantes en capital peut faire changer d'avis. Seuls les idiots ne changent pas d'avis.
a écrit le 14/01/2012 à 23:45 :
Pas de soucis ils vont pas laisser tomber cette vache à lait grecque...
Réponse de le 15/01/2012 à 14:40 :
"vache à lait" ???? Je dirais plutôt "trou noire, boulet, gouffre..."
a écrit le 14/01/2012 à 12:27 :
Quand auront-ils (les états) de reconnaitre que la Grèce ne peut pas rembourser ce qu?ils doivent, quelque soit le scenario, donc ils vont au défaut de paiement.
a écrit le 14/01/2012 à 12:19 :
Quel perte ce AAA c'est une catastrophe, nous allons le payer cher tres cher.
a écrit le 14/01/2012 à 11:54 :
On peut être jeune mais pas forcement idiot comme votre commentaire tendrait à le faire croire ! les banques ont prété à la gréce avant 2008 à des taux bas (c'est d'ailleurs ce qui explique que ce pays et d'autres se soient surendettés ) depuis les francaises qui sont les seules à avoir respecté leur engagement ont maintenu leurs encours ...la crise est le fait de l'endettement qui est le fait des politiques lesquels ont depensé pour se faire elire ..les banques ne sont ici que des boucs emissaires ..si vous ne le comprennez pas ,retournez jouer aux billes .
Réponse de le 14/01/2012 à 19:48 :
+100000
Simple clair net !
Comme j'aime !
Et en plus c la vérité !
a écrit le 14/01/2012 à 9:44 :
A quand la sortie de l'Euro ?
Pour ce qui concerne le AAA de la France, les Socialistes ont plombé le pays notamment avec les 35 heures et Sarkozy n'a pas fait les réformes structurelles (collectivités, professions protégées etc.) nécessaires. C'est une responsabilité collective de l'UMPS.
Réponse de le 14/01/2012 à 10:40 :
Don il faut changer de système économique en commençant par remettre de l'ordre dans le système financier. C'est le rôle des politiques de reprendre la main. Pour cela il faut changer tout le personnel politique qui s'accomode fort bien de cette situation et alimente leur rente. De toutes façons, ce sont les jeunes qui auront le dernier mot.
Réponse de le 14/01/2012 à 12:07 :
Tout à faite d'accord Gilles, il faut réformer en profondeur l'Etat avec la suppression des sénateurs, créer 2 régions, supprimer les conseils généraux, externaliser les activités des collectivités qui coutent cher etc... la liste est longue !!
a écrit le 14/01/2012 à 9:23 :
Aucune sagesse de la part des politiques qui pensent que l'on peut renégocier indéfiniment. Il faut appliquer l'accord de prise de perte par le secteur privé (50%), point barre! Evidemment, parmi les spoliés, la BCE qui s'est chargé comme une mule d'obligations grecques, et toutes les banques grecques qui seront nationalisées. Pour le reste, c'est de la pécadille. L'autre solution est la faillite!
Réponse de le 14/01/2012 à 11:38 :
La BCE ne sera pas spoliée puisqu'elle peut battre monaie. Quant à la Grèce, ce se sera pas une faillite mais un défaut de paiement (plus moyen de ré-emprunter pour rembourser une échéance ni de payer les intérêts). Le plus tôt sera le mieux pour tout le monde, les Grecs et leurs créanciers.
a écrit le 14/01/2012 à 0:38 :
Mais qu'elle fasse faillite et puis qu'elle sombre cette maudite Grèce, et ses fraudeurs d'habitants avec!!! C'est à cause d'elle que l'Europe à tout ces problèmes! C'est à cause d'elle que la France à perdu son AAA!
Réponse de le 14/01/2012 à 2:29 :
La Grèce n'est pas un si gros problème. C'est pour cela que face à son impuissance à le résoudre, l'Europe est ridicule et fait face à une crise de sous développement de ses institutions (BCE, Commission, Conseil etc...)
Pour ce qui est de la France, ses gouvernements successifs ont accepté le développement d'une Europe ultralibérale ou les États, pour s'endetter, doivent se rendre sur les marchés.
Le constat est là : une France surendettée ne peut pas continuer à s'endetter à bas prix. C'est le système qui veut ca. Mais glorifié pendant longtemps, il s'écroulera bientôt, sans trop de dégâts je l'espère, pour laisser place à un système plus équilibré où la finance se contentera de ses fonctions primaires et bien moins rémunératrices, gestion des depots et financement de l'économie par exemple.
Vive les Grecs !!! Regardez bien ce qu'il se passera la bas quand il feront défaut cela risque d'arriver en France d'ici peu !
Merci à Sarkozy et à toute son équipe pour leur incompétence. Cela a permis de montrer l'incohérence d'un système. Ce sera malheureusement aux générations à venir de refuser de payer pour les erreurs du passé. Mais ce n'est pas pour 2012. Il faudra encore d'autres crises... plus graves encore... mais derrière il y a le changement, le vrai
Réponse de le 14/01/2012 à 9:00 :
On minimise une fois de plus les problèmes quand on ne sait pas les résoudre. La Grèce est un vrai problème, au point de couler définitivement l'Europe et l'euro malades, par contagion
Réponse de le 14/01/2012 à 10:01 :
pour temps la grece revele bien l'aspect des pays europeens... grace a leur situation, on peut en deduire des strategies pour ne pas avoir la meme merde chez nous §
a écrit le 13/01/2012 à 21:28 :
Faisons simple :

- les créanciers (états et banques) prennent leurs pertes.
- les politiciens actuels sont remerciés pour leur incompétence et priés d'aller exercer ailleurs.
- la grèce est expulsée de l'euro et de l'europe
- on en profite pour faire un peu de ménage et virer d'autres "européens" : on fait un quiz pour choisir lesquels.

Sur le coup, ça fait un peu mal au trou de balle. Mais, au final, ça fait moins mal que d'avaler quelques bâtons de TNT et d'allumer la mêche en écoutant notre président annôner "tout va bien", "il n'est papossible (sic) que la France perde l'UMP", "Je suis Président à vie" .. etc ... etc
Réponse de le 13/01/2012 à 22:26 :
J'ai pas tout compris - désolé. Salut
Réponse de le 14/01/2012 à 10:02 :
il etait tard , il n'arrivait plus a reflechir ! lol
a écrit le 13/01/2012 à 20:54 :
Elles ont raison. Les peuple sont matés et les dirigeants-tyrans vont les saigner à blanc. Pourquoi se priver lorsque l'on a des moutons si dociles ?
a écrit le 13/01/2012 à 20:49 :
Je trouve normal la position des banques qui ont investi en Grèce et paient aujourd'hui la confiance en ce pays.la Grèce doit ventre des actifs pour payer ses erreurs
Réponse de le 14/01/2012 à 0:36 :
La Grèce n'a plus aucun actif valable, elle doit donc vendre son patrimoine et ses bijoux de famille!!!! Je suis certains qu'en vendant quelques dizaines d'Iles, sa dette est remboursé!
Réponse de le 14/01/2012 à 9:33 :
Savez-vous que de plus en plus de grecs donnent leurs enfants à des orphelinats faute de pouvoir les nourrir ? Et vous croyez que la vente des quelques richesses immobilières du pays va tout arranger ? C'est cela l'Europe que l'union européenne vous a promis ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :