La Chine marchande son aide à la zone euro

La Chine marchande son aide à la zone euro Pékin exige le statut d'économie de marché et un accès facile pour ses capitaux

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les autorités chinoises ont réitéré leur promesse de refinancer la dette des pays de la zone euro. Lors du 14e sommet sino-européen qui s?est tenu mardi à Pékin, le premier ministre Wen Jiabao a promis de s?impliquer davantage pour trouver une solution à la crise de la dette souveraine européenne.

Mercredi, c?était au tour du président de la Banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan d?affirmer, en présence du président de l?UE Herman Van Rompuy et du président de la Commission José Manu­el Barroso, que «la Chine continuerait à investir dans des obligations d?Etat tout en s?assurant de leur sécurité, de leur liquidité et de l?appréciation de leur valeur». Selon des estimations non confirmées et citées par l?AFP, Pékin aurait déjà misé 500 milliards de dollars dans des bons émis notamment par la France, l?Espagne, le Portugal, l?Italie et la Grèce.

L?aide chinoise ne sera pas un cadeau. Pékin continue à exiger que l?UE reconnaisse le statut d?«économie de marché» à la Chine, ce qui offrirait aux produits chinois un meilleur accès au marché européen. Un tel statut permettrait aussi à Pékin de s?opposer à la clause antidumping en Europe. Ce statut sera acquis en 2016 en vertu de l?accord d?adhésion de la Chine à l?OMC mais, face à la multiplication des enquêtes visant ses exportations, Pékin ne voudrait plus attendre encore quatre ans.

Les dirigeants chinois ont mis en avant une autre condition: un accès plus facile aux entreprises chinoises souhaitant investir en Europe. Selon un communiqué conjoint publié à l?issue du sommet, des négociations devraient débuter prochainement en vue d?un accord-cadre dans ce domaine.

De nombreuses acquisitions

Selon un rapport publié mardi par A Capital, un bureau de conseil basé à Paris et à Pékin, les investissements chinois sont en plein essor en Europe. De 4,1 milliards d?euros en 2010, ils ont plus que doublé l?an dernier à 10,4 milliards. Avec 34% de l?ensemble des capitaux chinois dédiés aux fusions et aux acquisitions à l?étranger, le continent en est devenu la première destination, devant les Etats-Unis.

La participation dans deux unités du français GDF Suez par un fonds souverain chinois pour un montant de 4 milliards de dollars constitue la plus grande opération l?an dernier. Toujours dans le secteur énergétique, China National Bluestar Group a acheté le norvégien Elken, fabricant de cellules solaires, pour 2,35 milliards de dollars. Autre participation dans un prestigieux groupe en France, celle de Fosun. L?an dernier, ce spécialiste chinois du tourisme a augmenté sa part de 7% à 10% dans le capital du Club Méditerranée. Les capitaux chinois ont aussi participé au sauvetage des sociétés en difficulté en Europe du Sud, notamment en Grèce, au Portugal et en Espagne.

Plus d'information sur le site du Temps en cliquant ici

 

Le Temps © 2012 Le Temps SA

 

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 17/02/2012 à 10:15
Signaler
Quand je pense à ce qu'on pourrait faire avec une politique monétaire et commerciale aussi opportuniste que nos concurrents, avec une politique fiscale, sociale et économique fédéralisée mais démocratique et transparente, des investissements stratégi...

à écrit le 16/02/2012 à 23:34
Signaler
Continuons donc la mondialisation, le Monde va devenir ainsi de plus en plus dangereux. La pauvreté va croître et le nombre de milliardaires aussi. L'affrontement sino-américain est programmé, les Chinois veulent dominer le Monde en l'achetant, les A...

le 17/02/2012 à 2:25
Signaler
N'importe quoi. Les USA ne se battront jamais avec la Chine car elle aune armée bien trop moderne pour ne pas risquer un enlisement menant à l'usage d'arme nucléaire ou chimique en dernier recours. De plus la Chine est alliée aux USA et lui rachète ...

à écrit le 16/02/2012 à 21:43
Signaler
Les prédateurs se font bouffé par des prédateurs, alors rien d'étonnant si La Chine marchande son aide à la zone euro.

le 17/02/2012 à 2:26
Signaler
Entre états rien n'est jamais gratuit ... .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.