Et pendant ce temps, l'Allemagne réduit toujours plus son déficit...

Le gouvernement fédéral allemand prévoit de réduire plus vite que prévu son déficit. Un nouveau tour de vis est prévu, malgré la crise. Et la première prescription de la règle d'or budgétaire allemande pourrait être remplie... avec deux ans d'avance.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L'Allemagne réduit son déficit à grande vitesse. Vendredi, plusieurs médias germaniques laissaient entendre que la première prescription de la règle d'or budgétaire allemande pourrait être remplie avec deux ans d'avance. C'est du moins le projet qu'aurait présenté le ministre fédéral des Finances. Dès 2014, il veut donc ramener le déficit du budget de l'Etat fédéral, qui compte pour la moitié environ du budget global des administrations outre-Rhin, à moins de 0,35 % du PIB. La réforme constitutionnelle de 2009 avait fixé à 2016 la date limite pour remplir un tel critère. Concrètement, cela signifie que Wolfgang Schäuble vise pour les administrations fédérales un déficit de 15 milliards d'euros en 2013 et de 8 milliards d'euros en 2014.

Tour de vis supplémentaire

En 2011, ce déficit s'élevait à 17,7 milliards d'euros et le budget 2012 prévoit un déficit de 26,5 milliards d 'euros. Autrement dit, ce que propose le ministre fédéral des Finances, ce n'est rien de moins qu'un tour de vis supplémentaire. Car dans ses prévisions officielles actuelles, le gouvernement allemand, le déficit fédéral devait se situer à 25 milliards d'euros en 2013 et à 19 milliards en 2014. Du reste, pour trouver les dix milliards d'euros manquants, la Wilhelmstrasse compte non seulement sur des recettes fiscales supplémentaires, mais également sur la réduction de l'aide apporté par l'Etat fédéral à plusieurs caisses sociales. L'assurance-maladie devrait ainsi toucher 2 milliards d'euros de moins par an. Pour les caisses de retraites, la punition devrait être la même. Les chômeurs et les allocations familiales devront aussi mettre la main à la poche. Selon le Spiegel, il ne s'agit pas « d'un vrai plan de rigueur » car des réserves ont été constituées durant la période de forte croissance de 2010 et 2011.

Pas de relance

Ce projet sera soumis au cabinet Merkel dans le courant du mois de mars. Il a toutes les chances d'être adopté compte tenu des louanges qu'il a reçu durant tout le week-end de la part des collègues de Wolfgang Schäuble. Evidemment, cette volonté de consolidation budgétaire ne peut être que louée. On est pourtant en droit de s'interroger sur cette hâte du ministère fédéral des Finances. Y avait-il urgence ? Sans doute pas puisque l'on accélère le rythme prévu dans le plan précédent qui avait pour objet même le respect de la « règle d'or ». Pire même : alors que l'Allemagne n'a pas réellement de problème budgétaire et qu'elle est revenue dans les clous des critères de Maastricht dès l'an passé, la croissance ralentit non seulement en Europe, mais aussi en Allemagne où l'on a enregistré au dernier trimestre de 2011 une contraction de 0,2 % de son PIB. Certes, Wolfgang Schäuble espère que son nouveau projet n'aura pas d'effet conjoncturel puisqu'il croit que les assurances sociales ne seront pas tentées de relever leurs cotisations. Rien n'est cependant moins sûr. On sait, par exemple, que les caisses d'assurances maladies sont dans des situations financières très pénibles outre-Rhin. En tout cas, le message est clair : pendant la crise, l'Allemagne continue à se serrer la ceinture, quel qu'en soit le coût pour elle et pour ses voisins. Pas question d'envisager une politique de relance venant de Berlin pour équilibrer les ajustements douloureux effectués à Madrid, Rome ou Lisbonne.

Prévention ou coup de force ?

Reste cependant une question ; pourquoi diable tant de hâte ? Plusieurs explications sont possibles. Ce peut-être d'abord un mouvement préventif. En acceptant ce dimanche de donner finalement son feu vert à l'aide grecque, Wolfgang Schäuble a prévu que la facture sera plus salée pour l'Allemagne in fine. D'où sa volonté de revenir le plus vite possible à l'équilibre budgétaire pour contrecarrer les effets négatifs à venir d'une inévitable faillite grecque. Autre hypothèse : le coup de force à usage interne. En imposant un nouveau plan d'économie qui vient s'ajouter au plan quadriennal de 80 milliards d'euros annoncé en 2010, il confirme sa position de nouvel homme fort du cabinet et soumet à sa férule en forme de logique budgétaire les Libéraux partisans de nouvelles baisses d'impôt. Il marginalise également un peu Angela Merkel, fragilisée par la démission de « son » président Christian Wulff et que l'on entend guère ces temps-ci outre-Rhin. En devenant un Stakhanov de la consolidation budgétaire, Wolfgang Schäuble soigne également son statut d'homme fort du cabinet berlinois.
 

Replay - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 20/02/2012 à 16:27
Signaler
@laTribune: vous faites deux erreurs fondamentales: 1, il faut distinguer entre le déficit structurel et le déficit non-structurel. Les aides à la Grèce n'entrent pas dans le déficit structurel, selon les accords de décembre 2011. Or, ici, dans le bu...

le 20/02/2012 à 18:02
Signaler
Réponse à tard dans la nuit. La Tribune parle bien de réserves constituées.Alors pourquoi votre dernière phrase acerbe?Il faut dormir la nuit.

à écrit le 20/02/2012 à 16:00
Signaler
les allemands ont une sainte horreur du déficit, cela leurs rappelle de mauvais souvenirs (1923 et 1948) quand à la france "tous va très bien madame la marquise" et ...

le 20/02/2012 à 16:11
Signaler
Nous aussi cette période nous rappelle de mauvais souvenirs... Mais c'est anecdotique!

le 20/02/2012 à 16:43
Signaler
@miro69 Vous avez raison les Allemands ont horreur du déficit depuis l?effondrement total du reichsmark en 1923, l?inflation est encore dans la mémoire des Allemands. C?est pourquoi quand je vois F Hollande dire qu?il va renégocier les traité ,j?...

à écrit le 20/02/2012 à 14:37
Signaler
Pourquoi ? Parce qu'il n'est jamais assez tôt pour équilibrer les comptes publics qui ne doivent jamais être déficitaires. La crise n'y change rien : on sort de la crise par la production, le travail et l'effort, pas avec de la consommation financée ...

le 20/02/2012 à 15:07
Signaler
Tout à fait, Diable. Et en cas de crise, on vend à qui..?? Car il n'y a que 1011 milliardaires sur terre. Merci de votre réponse "éclairante"...

le 20/02/2012 à 16:11
Signaler
Attention cependant, il peut être acceptable de s'endetter pour investir (c'est d'ailleurs ce que font les entreprises). Par contre financer le fonctionnement par la dette est une aberration.

à écrit le 20/02/2012 à 14:00
Signaler
Très bonne nouvelle l4allemagne va très bien. Elle a fini de régler sa dette de guerre 14-18 en 2010, maintenanant elle doit nous rembourser la dette de guerre 39-45! A la louche entre 500 et 1000 milliards d'euros, de quoi largement diminuer notre d...

le 20/02/2012 à 14:32
Signaler
et qu est ce qu'il on est de la dette francaise vis a vis des pays africains les allemandes au moins ils sont honete et rembourse les francais il n'ont rien fait de tel!!

le 20/02/2012 à 14:52
Signaler
C'est la France qui a créé l'Afrique actuelle, mais aussi l'Algérie sans elle, et les anglo saxons dans leurs anciennes colonies,avant il n'y avait que des moutons et des montagnards. La Terre appartient à celui qui la cultive.

le 20/02/2012 à 16:13
Signaler
Le jour ou la centrale de Fessenheim aura un gros problème, c'est nous qui risquons d'avoir une grosse dette à payer à l'Allemagne :-(

le 20/02/2012 à 16:33
Signaler
@massa24560: il est profondement attristant de devoir lire un tel commentaire qui transpire la haine gratuite et qui est dénué de tout fondement historique. Ma famille aussi a payé un lourd tribut en sang et en biens lors des divers conflits entre la...

à écrit le 20/02/2012 à 13:43
Signaler
Malgré l'évasion fiscale, nous ne pouvons que les féliciter. Maintenant, sachant que leur premier marché est l'Europe, j'aurais tendance à dire : pensez à vous... Ce serait en effet dommage de se tirer une balle dans le pied, vu la récérigueursion à ...

le 20/02/2012 à 16:00
Signaler
A La Tribune. De même qu'il existe des droits d'auteur sur la rilance de Madame Lagarde, veuillez, s'il vous plait, ajouter un C dans un rond après le terme "récérigueursion" de mon commentaire car, je viens aussi de le déposer avec brevet mondial. M...

à écrit le 20/02/2012 à 13:38
Signaler
Radio Paris ment, radio Paris ment... Radio Paris est Allemand...

à écrit le 20/02/2012 à 13:17
Signaler
C'est bien de s'intéresser à l'Allemagne mais ce serait encore mieux de s'occuper de la France qui pense pouvoir réduire son budget vers 2017 avec un taux de croissance de 2 ou 1.5%, on dirait des idiots ces politiciens, vous ne trouvez pas ? à moin...

à écrit le 20/02/2012 à 13:10
Signaler
je n'ai pas les informations de l'auteur de l'article ! J'ai lu que les assurances-maladie avait un excédent de 1,8 millard d'Euro en 2011. Elles n'ont donc pas besoins d'une subvention. A ma connaissance, les critères de Maastricht acceptent 0,3% du...

le 20/02/2012 à 16:41
Signaler
@tcho: j'ai les memes informations que vous, tirées de "Financial Times" et "Handelsblatt" sur mon bureau. L'article est faux dans ses données et dans ses conclusions. Pauvre LaTribune...

le 20/02/2012 à 21:09
Signaler
Ne soyez pas surpris, ce journal milite pour le candidat Hollande et tous ce qui est bon pour discréditer la vertueuse Allemagne qui ne dépense pas plus qu'elle ne gagne est bon à prendre. Ici dès que Sarko passe dans les médias il se fait fracassé, ...

à écrit le 20/02/2012 à 12:40
Signaler
Et s'il se disait qu'il valait mieux prévoir un éclatement de la zone Euro, et que, pour éviter une attaque en règle du futur Deutsmark ressuscité de ses cendres, il valait mieux avoir une politique budgétaire rigoureuse ????

le 20/02/2012 à 13:45
Signaler
Encore perdu, Lol. En cas d?éclatement de la zone Euro, les réserves mondiales de celui-ci ne valent plus rien (voir dollar). Il faut bien comprendre l'effet "château de cartes" de l'économie. Et château tout court.

le 20/02/2012 à 20:31
Signaler
Vous avez bien raison de me rappeler que je suis un imbécile en économie. Je n'avais pas songé à ça...

à écrit le 20/02/2012 à 11:43
Signaler
Voilà une belle politique de déflation compétitive qui marche, au surplus cette politique n'est pas dénuée d'arrières pensées, l'Allemagne n'a plus besoin de l'Euro ni de l'Europe en pratiquant cette politique elle pousse un à un vers la sortie les a...

le 20/02/2012 à 12:22
Signaler
une deflation, c'est une baisse generalisee des prix ( actifs compris); l'allemagne n'est pas en deflation; maintenant, ils ne gerent pas ' a la francaise' en jettant l'argent par la fenetre', et en justifiant ca par ' l'exception culturelle'

le 20/02/2012 à 12:45
Signaler
nous ont a un nain de jardin comme celui de mon jardin c a dire qui bouge pas mais l'autre ont va lui botter le cu en avril il sera en 3eme position et fera comme jospin

le 20/02/2012 à 16:15
Signaler
oui il y a sur dix ans une baisse généralisée du prix du travail et de l'immobilier, avant de me reprendre consulter les données macros ça vous fera du bien.

le 20/02/2012 à 17:44
Signaler
les allemands ont bien des jobs a un euro (en ft c'est 2, de memoire) de l'heure, mais les salaires sont restes globalement sages les dix dernieres annees; quand a l'immobilier, il a stagne ( ok vous allez certainement m'exhiber un contre exemple d'u...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.