Le ministre de l'intérieur allemand veut expluser les Grecs... de l'euro

Le ministre allemand de l'Intérieur, Hans-Peter Friedrich, a plaidé dans une interview samedi pour une sortie de la Grèce de la zone euro, affirmant que les chances de son économie de redevenir compétitive seraient ainsi plus grandes. Le conseiller économique du Premier ministre grec, a aussitôt réaffirmé la volonté du gouvernement de rester dans la zone euro.
Hans-Peter Friedrich, dans une interview samedi pour l'hebodmadaire Der Spiegel, propose à la Grèce de sortir de la zone euro / Photo Reuters
Hans-Peter Friedrich, dans une interview samedi pour l'hebodmadaire Der Spiegel, propose à la Grèce de sortir de la zone euro / Photo Reuters (Crédits : Reuters)

"Je ne parle pas d'exclure la Grèce" de la zone euro, a assuré Hans-Peter Friedrich dans l'hebodmadaire Der Spiegel, "mais de parvenir à créer des incitations pour un retrait qui ne puissent pas être déclinées". "En dehors de l'Union économique monétaire, les chances de la Grèce de se régénérer et de devenir compétitive sont assurément plus grandes que si elle reste dans la zone euro", a poursuivi le ministre de l'Intérieur, membre de l'Union chrétienne-sociale (CSU), l'aile bavaroise du parti de la chancelière Angela Merkel.

Angela Merkel, qui souhaite le maintien de la Grèce en zone euro, doit obtenir lundi un large "oui" des députés du Bundestag au dernier plan d'aide à la Grèce. Début janvier, elle avait réitéré avec le président français Nicolas Sarkozy sa volonté de maintenir la Grèce dans la zone euro à condition que des réformes budgétaires soient mises en place par Athènes.

Le conseiller économique de Papademos répond

Suite à ces déclarations, Ghikas Hardouvelis, conseiller économique du Premier ministre grec, a réaffirmé le choix grec de rester dans l'euro, dans un entretien à la presse publié dimanche, au lendemain d'un appel du ministre allemand de l'Intérieur à un abandon de la monnaie unique par le pays.

"Laisser la Grèce sortir de l'eurozone ne ferait qu'apporter inflation, baisse très importante des salaires, destruction de nombreuses institutions et entreprises saines, et pertes de patrimoines", a affirmé à l'hebdomadaire To Vima M. Hardouvelis. "Nous voulons reconstruire le pays, et non pas le laisser être pillé par des petits malins. Une sortie de l'eurozone serait une défaite stratégique", insiste ce banquier et professeur d'économie, qui conseille Lucas Papademos depuis la désignation de ce dernier à la tête d'un gouvernement de crise en novembre.

En échange d'un nouveau durcissement du programme de redressement qu'elle suit depuis deux ans, la Grèce a arraché lundi le feu vert de la zone euro au lancement d'un deuxième plan censé l'extraire de son surendettement. Il combine renflouement du pays via des prêts de 130 milliards d'euros sur trois ans, et effacement de plus de 100 milliards de créances détenues par banques et fonds privés.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 32
à écrit le 27/02/2012 à 10:02
Signaler
Sylvie Vartan LES HOMMES QUI N'ONT PLUS RIEN À PERDRE 1970 Tu vois cette affiche Sur le mur de ma chambre C'était un homme Un de ces hommes qui n'avait plus rien à perdre Ils avaient cru semer du pain Mais il n'a poussé que des pierres Ils ont pri...

à écrit le 26/02/2012 à 21:42
Signaler
y'aurait-il en europe un certain consensus à prolonger l'agonie des grecs en zone euro pour contrecarer l'idée du fn de faire sortir la france de l'euro ?? c'est sur que si la grece retrouvait le chemin de la prospérité avec la drachme ,cela ne ferai...

le 27/02/2012 à 19:08
Signaler
La drachme ne fera pas retrouver à la grèce le chemin de la prospérité mais fera simplement écrouler son système bancaire et avec lui son économie. Une dévaluation n'entraînera pas de hausse des exportations parce que pays n'a pas un tissu industriel...

à écrit le 26/02/2012 à 20:57
Signaler
c'est surement leur rendre service !

à écrit le 26/02/2012 à 18:57
Signaler
Et lorsque l'euro ne vaudra plus rien ceux qui auront de l'or sauveront leur économies, et les autres se retrouveront ruinés. Conclusion : Achetez de l'or physique vite !!

le 27/02/2012 à 19:09
Signaler
Et d'où sors-tu que l'euro ne vaudra plus rien ? Il est encore surévalué par rapport au dollar et ce malgré la baisse des derniers mois.

à écrit le 26/02/2012 à 17:17
Signaler
Expluser? C est un mélange d expulser et d exploser?!

à écrit le 26/02/2012 à 17:01
Signaler
Ah ces Grecs! Le vrai problème est que l'UE souffre d'absence de volonté politique ( fédération digne de ce nom?) mais les allemands ont raison d'être inquiéts pour les finances européennes....cependant, faire sortir la Grèece ne résoudra pas le prob...

à écrit le 26/02/2012 à 15:20
Signaler
l'allemagne n'a pas encore appris toutes les lecons derivant de son histoire. c'etait mieux qu'elle meme laisse la zone euro

à écrit le 26/02/2012 à 15:01
Signaler
C'est vrai que, si l'on peut dire, l'Allemagne n'a pas de chance avec la Grèce;le passé lointain des "experts "bavarois auprès du roi Otton 1er souverain désigné à l'indépendance, a compliqué les relations entre Grecs et Allemands et la suite de l'hi...

le 26/02/2012 à 17:09
Signaler
Faut-il payer éternellement pour les erreurs de ses ancêtres?

à écrit le 26/02/2012 à 15:01
Signaler
Ce ministre a raison. Pourquoi entretenir un peuple qui n'inspire qu'à TRICHER, Qui vise le pactole Européen pour en faire profiter les US!!! Qui exploite des champs de coton,a des coûts de production hors cours mondiaux§§§ L' incurie totale,comp...

à écrit le 26/02/2012 à 14:19
Signaler
octobre 2013 Hans-Peter Friedrich dans l'hebodmadaire Der Spiegel, ""En dehors de l'Union économique monétaire, les chances de la France de se régénérer et de devenir compétitive sont assurément plus grandes que si elle reste dans la zone euro",

à écrit le 26/02/2012 à 13:34
Signaler
Pourquoi ne pas "inventer" une anti-chambre de l'Euro ? Les pays en tres grande difficultes pourraient prendre des mesures drastiques sans mettre en danger la zone Euro .Il existe deja des procedures de preparation a l'entree dans la zone euro . La G...

à écrit le 26/02/2012 à 11:08
Signaler
Il y a queque temps quand je critiquais l'action de l'Allemagne, je me faisais insulter. Je note, en lisant, les commentaires ci-dessous, que maintenant le soutien de la position Allemande est seul. Le vent est en train de tourner et bientot ce ne se...

le 26/02/2012 à 17:00
Signaler
xénophobie.

à écrit le 26/02/2012 à 10:20
Signaler
Ce Monsieur a tout à fait raison, car de deux chose l'une ou bien la parité de l'euro revient dans un tunnel de 1,15 - 1,25 USD maximum (sans doute moins d'ailleurs), ou bien l'Allemagne devra accepter des transferts permanents aux pays les plus fai...

à écrit le 26/02/2012 à 10:19
Signaler
C'est aux Allemands de sortir de la zone Euro. Ce sont eux qui ont profité de la fixité des parités intra-UEM pour pilonner leurs voisins commercialement et les asphyxier budgétairement. Les déficits publics sont engendrés par les déficits commerciau...

à écrit le 26/02/2012 à 9:48
Signaler
n'est il pas écrit dans la constitution que l'UE est UNE et INDIVISIBLE ..... donc si un maillon casse ,c'est tout le reste qui s'arrête . comme l'URSS ? l'UE éclatera .Que chaque récupère ses billes au plus vite . charbonnier maître chez lui ...

le 26/02/2012 à 14:11
Signaler
Bien d'accord : +1

à écrit le 26/02/2012 à 9:38
Signaler
C'est le bon sens. Plus on attend, plus le trou se creuse. Certes le banques y laisseront leur chemise voire plus.

à écrit le 26/02/2012 à 8:56
Signaler
Cela devrait être fait depuis longtemps, de plus lorsque l'on apprend que certains élus grecs ont des comptes bien alimentés par l'europe?? argent détourné??en suisse, l'idée est excellente!!!

à écrit le 26/02/2012 à 8:55
Signaler
les grecs ont joue la dramatisation, facon ' si on coule vous partez avec, alors on ne fera pas nos reformes' ....... ft pas jouer avec les nerfs des allemands trop longtemps...

à écrit le 26/02/2012 à 8:32
Signaler
mais dès que nous avons su qu'il avait triché via Goldman Sachs il fallait les sortir: que de perte de temps, d'énergie et surtout d'argent.

à écrit le 26/02/2012 à 6:35
Signaler
la zone euro est un nid d'oisillons dont le plus faible va être balançé à l'exterieur. il regne à l'interieur du nid un liberalisme sauvage dont profite les plus forts,l'allemagne a baissé ses couts salariaux pour ameliorer sa compétitivité interzone...

le 26/02/2012 à 11:42
Signaler
Ce raisonnement est un peu facile , mais il préférable d' assister éternellement les grecs nations d 'irresponsables alors que dans le Nord on travaille . C' est bien l' esprit actuel français : faire payer à ceux qui travaillent la passivité des ...

à écrit le 26/02/2012 à 5:02
Signaler
Les Allemands se conduisent déjà ou encore en maitre de l'Europe! Ce genre de déclarations populistes sont très courantes en Allemagne, M Kauder, chef du parti CDU (Merkel), n'a-t-il pas déclare il y a peu de temps, que désormais l'on parle allemand ...

le 26/02/2012 à 22:02
Signaler
+ 1

à écrit le 26/02/2012 à 0:44
Signaler
A garder la Grèce sous perfusion c'est toute la zone euro qui risque le naufrage. Quoi qu'il en soit cette crise laissera en Europe plus de cent millions de malheureux. Merci à nos responsables politiques.

à écrit le 25/02/2012 à 22:34
Signaler
Bien parler, il virer la Grèce à coup de coup de pied au derrières!

le 26/02/2012 à 10:36
Signaler
Les aides consenties à la Grèce servent à payer les intérêts faramineux qu'on lui impose... il est vrai qu'il y a une responsabilité des politiques dans cette histoire ! Les choses ne sont pas noires ou blanche...

le 26/02/2012 à 10:40
Signaler
"il faut virer la Grèce à coup de coups de pied au derrière!" et la France c'est pour quand ?????

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.