L'Europe signe un traité de la "règle d'or"... qu'elle ne peut appliquer

Vingt-cinq pays européens ont signé vendredi un nouveau pacte de discipline budgétaire pour empêcher les dérapages mais qui pose déjà de gros problèmes à plusieurs d'entre eux, rattrapés par la crise économique, en premier lieu l'Espagne mais aussi les Pays-Bas.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Exigé par l'Allemagne en échange de sa solidarité financière avec ses partenaires de la zone euro, ce traité a été adopté par 25 des 27 membres de l'Union européenne, le Royaume-Uni et la République tchèque ayant décliné. Il doit être ratifié par au moins 12 d'entre eux pour commencer à entrer en vigueur et tout pays de la zone euro qui ne le fera pas ne pourra plus bénéficier de l'aide financière de ses partenaires. "C'est une étape importante pour renforcer la confiance dans notre Union économique et monétaire", a estimé le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, lors de la cérémonie de signature, au dernier jour d'un sommet européen à Bruxelles. Ce traité prévoit des "règles d'or budgétaires" imposant l'équilibre des comptes publics ainsi que des sanctions plus automatiques contre les pays laxistes.

L'Espagne signe mais son déficit explose

Mais avant même qu'il entre en vigueur, la vertu budgétaire que le pacte entend imposer est mise en question par la conjoncture économique de plus en plus dégradée et la récession en cours en zone euro. Plusieurs pays se retrouvent déjà contraints de faire face à un dérapage de leurs finances publiques. L'Espagne a ainsi annoncé lundi une explosion de son déficit public à 8,51% du PIB en 2011, alors qu'elle s'est engagée à ramener son déficit public à 4,4% du PIB en 2012 et à 3% en 2013, et tente d'obtenir un assouplissement de l'objectif. Madrid "respectera tous ses engagements en matière d'ajustement budgétaire mais les circonstances ont changé", a déclaré le ministre espagnol des Finances, Luis de Guindos, "la situation économique est très différente de celle de l'an dernier".

La mauvaise surprise hollandaise

Mais la véritable surprise est venue des Pays-Bas, prompts à critiquer le laxisme budgétaire de leurs partenaires et qui se retrouvent pourtant à leur tour contraints de faire de nouvelles économies en raison de la détérioration plus importante que prévu de la conjoncture. La Commission européenne a invité fermement jeudi le gouvernement du libéral Mark Rutte à respecter son engagement en la matière après la publication par le Bureau central du Plan néerlandais de prévisions économiques revues à la baisse. L'institut s'attend dorénavant à ce que le déficit public atteigne 4,5% du PIB cette année mais surtout dépasse encore l'an prochain la limite européenne de 3%, ainsi qu'en 2014 (4,1%) et en 2015 (3,3%). "Les Pays-Bas sont un pays qui s'est fait beaucoup entendre lorqu'il s'est agi de renforcer nos règles de surveillance budgétaire" dans la zone euro, "il est donc normal de penser qu'ils vont appliquer la même approche à leur propre politique", a déclaré un porte-parole de la Commission.

La France à la peine

En plus de l'Espagne et des Pays-Bas, d'autres pays risquent bientôt d'avoir du mal à ramener leurs finances publiques dans le droit chemin en temps et en heure, avec la possibilité de se faire rappeler à l'ordre par Bruxelles. C'est le cas de la France. La Cour des comptes a en effet jugé début février que l'objectif visant à ramener le déficit à 4,5% cette année serait "difficile à atteindre" et qu'il serait "encore plus difficile" de revenir à 3% en 2013.

Si les règles devaient être assouplies même légèrement pour les Pays-Bas et l'Espagne, cela pourrait ouvrir une boîte de Pandore, provoquer l'ire des pays comme la Belgique qui se sont vu contraints de boucler dans la douleur des budgets rectificatifs. Et fragiliser le pacte. "Imaginez que l'Espagne emporte le point: cela décrédibilisera tout l'exercice", relève un diplomate européen. A la fermeté de la Commission européenne s'est ajoutée celle d'autres pays membres de l'UE face à l'Espagne jeudi au premier jour du sommet.

Il est "évident que l'Espagne devra tout faire pour prouver à l'extérieur qu'elle reste fermement ancrée dans sa volonté de ne pas quitter le chemin de la consolidation", a ainsi insisté le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 03/03/2012 à 12:34
Signaler
Le pacte de stabilité imposait déjà un déficit inférieur à 3% du PIB. En 1997, Chirac a dissout l'assemblée sur les conseils de de Villepin parce qu'il pensait impossible de respecter cet engagement. Jospin a rendu les clés en 2001 à moins de 3%. Sar...

à écrit le 02/03/2012 à 15:20
Signaler
Si tout dépend d'une signature sur un bout de papier c'est qu'il est temps de tourner la page

à écrit le 02/03/2012 à 14:54
Signaler
Cette règle d'or est une farce.Quand la France et l'Allemagne ont eu peur d'être montrées par la Commission,en raison de leurs déficits elles ont fait jouer la "Procédure pour Déficit Excessif".Quand nous avons dû nous engager pour doter le M.E.S.,no...

à écrit le 02/03/2012 à 13:48
Signaler
La "règle d?or" existe pour la sécurité sociale !!! Art 37 de la constitution de 1958: "Les lois de financement de la sécurité sociale déterminent les conditions générales de son équilibre financier et, compte tenu de leurs prévisions de recettes, fi...

à écrit le 02/03/2012 à 13:46
Signaler
La règle d'or est une stupidité et même si on la transforme en loi d'airain elle ne sera pas plus respectée. Les PIGS et la France ont marché sur Maastricht et ils s'apprêtent déjà a fouler aux pieds la règle d'or sitôt votée.Grotesque!

à écrit le 02/03/2012 à 13:34
Signaler
Ca sert à quoi de signer un bout de papier qu'ils ont déjà signé auparavant (le pacte de stabilité...). Ca fait penser à un couple de vieux qui renouvellerait ses voeux de mariage alors qu'ils se trompent l'un l'autre régulièrement...

à écrit le 02/03/2012 à 13:12
Signaler
La thèse de fond de cet article est aveuglément, obsessionnellement, stupidement keynésienne. Elle se résume à cette citation : "La vertu budgétaire [que le pacte entend imposer] est mise en question par la conjoncture économique". Non ! Définitiveme...

le 06/03/2012 à 9:56
Signaler
Et votre these est aveuglément,obsessionnellement,stupidement pro neo liberalisme,promut par ce grand hayet qui avait horreur de l'etat providence.Et pourtant c'est grace a l'etat providence et aux theories de keynes que l'europe a connu les 30 glori...

à écrit le 02/03/2012 à 13:09
Signaler
l'euro est mort, mais la techno-Europe ne s'en est pas encore aperçu.

à écrit le 02/03/2012 à 13:04
Signaler
L'Europe signe un traité de la "règle d'or"... qu'elle ne veut appliquer, voilà toute la différence, mais il faut bien faire croire au bon peuple des mensonges, plus ils sont gros mieux ils passent.

à écrit le 02/03/2012 à 12:18
Signaler
Et la Grèce a signé ? L'article n'en parle pas...

le 02/03/2012 à 14:49
Signaler
ils ont certainement signé. ils sont prêts à tout signé puisqu' ils n'appliqueront pas le texte ... et les autres pays non plus :-))

à écrit le 02/03/2012 à 12:14
Signaler
Essayer de sauver l'Euro, par la contrainte, n'aboutira pas au retour de la confiance dans cette monnaie. Mais avoir le courage de la transformer en monnaie "commune", pour renforcer les peuples et pays dans l'union, permettra d'en retrouver une!

à écrit le 02/03/2012 à 12:03
Signaler
is watching you

à écrit le 02/03/2012 à 11:56
Signaler
Et dire que les mesurettes de Hollande sont basée sur une hypothétique croissance dans les 3 années à venir ce qui n'est validé par aucun économiste! Et avec ça il ne réduit pas les dépenses de l'état au contraire ... Va t'il la aussi nous faire un r...

le 02/03/2012 à 14:50
Signaler
Sarko : 600 milliards de dettes en plus !!! les paris sont ouverts pour Hollande :-))

le 03/03/2012 à 11:48
Signaler
L'UMP juge Hollande irresponsable parce que son hypothèse de croissance pour 2012 est de 0,5%. La même UMP a voté le budget 2012 avec une hypothèse de croissance de 0,5%. Quand c'est l'UMP, 0,5% c'est bien, mais pas quand c'est Hollande ?

à écrit le 02/03/2012 à 11:47
Signaler
Ah la la c'est une sacrée bande de comique ces hommes politiques.Ils nous disent que parce que ils vont marquer dans la constitution de chaque pays une règle d'or; tout va allé mieux et qu ils vont pouvoir emprunter moins cher. Sa tombe bien j'ai ren...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.