Ce néerlandais qui veut le retour du florin

Jusqu'ici connu pour ses propos islamophobes, Geert Wilders, le leader du parti populiste néerlandais PVV veut un référendum pour sortir le pays de l'euro. Même s'il s'agit d'un doux rêve, son poids politique en fait un allié indispensable pour le gouvernement de La Haye.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Geert Wilders, le leader du parti populiste néerlandais, le PVV (parti pour la liberté), est un nostalgique du florin, la devise des Pays-Bas jusqu?en 1999. Et il a décidé de profiter de la crise de la dette pour placer au c?ur du débat politique néerlandais l?abandon de l?euro et le retour au florin. Il a du coup commandé à un groupe londonien eurosceptique, Lombard Street Research, une étude pour évaluer le coût du passage à l?euro et le coût du retour à une monnaie nationale.

L'euro coûte .... 2.700 euros par Néerlandais chaque année
Sans surprise, cette étude va dans le sens de Geert Wilders. Elle affirme que les consommateurs néerlandais ont perdu, avec l?euro, 2.700 euros par an en moyenne dans leurs portefeuilles. Lombard Street Research s?est basé sur une comparaison entre l?économie néerlandaise et les économies suédoises et suisses qui n?ont pas adopté la monnaie unique. Si l?effet de l?euro a été positif concernant le commerce extérieur, l?étude londonienne estime que les effets négatifs sur la croissance et la consommation ont été bien plus négatifs. Le coût d?une sortie de la zone euro est, lui, évalué à 51 milliards d?euros, ce qui est finalement assez peu, a fait remarqué Geert Wilders, au regard des 125 milliards d?euros que les Pays-Bas devront débourser dans le cadre du plan d?aide aux pays périphériques, chiffre par ailleurs largement surévalué.Un moyen

Un moyen de "reprendre les commandes"
Profitant de cette caution « sérieuse », le leader du PVV a donc lancé un appel à un référendum pour le retour au florin. « Nous disons « oui » au florin », a-t-il proclamé en rappelant, avec émotions que cette monnaie était jadis « la plus belle d?Europe » ! Sans compter, a-t-il ajouté que le retour à une monnaie nationale permettrait de « reprendre les commandes » et de les ôter aux « Eurocrates de Bruxelles et de Francfort ».

Une situation économique difficile
Cette démonstration de force du PVV n?est pas innocente. Ce lundi avait en effet lieu les premières discussions au sein de la coalition du premier ministre Mark Rutte pour définir un nouveau plan de rigueur. La faiblesse de l?économie néerlandaise a en effet contraint le gouvernement à revoir sa copie sur son objectif de ramener le déficit budgétaire à 4,5 % du PIB dès cette année. Il manquerait, selon les économistes de 9 à 16 milliards d?euros d?économies pour remplir ces objectifs. Il faut dire que le PIB néerlandais a subi un recul de 0,7 % au dernier trimestre de 2011 après une baisse de 0,4 % au trimestre précédent.

Les Pays-Bas sont donc dans ce que les économistes appellent une « récession technique » (deux trimestres consécutifs de contraction du PIB) et, selon les projections de la Commission de Bruxelles, la contraction devrait se poursuivre au premier semestre. Cette crise est en grande partie due à la baisse de la consommation des ménages. C?est dire que les Pays-Bas sont dans un cercle vicieux : contraints de serrer encore les vis à cause d?une récession dues à l?austérité.

Le PVV "faiseur de rois"
C?est ici qu?intervient le poids du PVV. Avec 24 députés sur 150 à la chambre, il a la clé de la majorité du gouvernement de Mark Rudde qui dirige un gouvernement minoritaire formé par son parti, le VVD libéral et les chrétiens-démocrates du CDA. En théorie, Geert Wilders peut donc faire chuter à tout moment le gouvernement. Il menace du reste de le faire si Mark Rudde touche aux allocations sociales ou aux avantages fiscaux liés à l?immobilier. L?épée de Damoclès est sérieuse : selon les derniers sondages, la majorité actuelle ne pourrait pas survivre, mais le PVV continuerait à progresser. Si nul n?imagine que les Pays-Bas puissent quitter la zone euro, le rôle de faiseur de rois de Geert Wilders risque de peser encore longtemps.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.