Précarité galopante sur le marché du travail néerlandais

 |   |  435  mots
Un site internet a été lancé en février par le Parti de la liberté (PVV) de Geert Wilders, pour dénoncer les travailleurs saisonniers venus d'Europe de l'Est. Copyright Reuters
Un site internet a été lancé en février par le Parti de la liberté (PVV) de Geert Wilders, pour dénoncer les travailleurs saisonniers venus d'Europe de l'Est. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Aux Pays-Bas, pas plus de 2.000 personnes ont bénéficié d'un contrat de travail à durée indéterminée aux Pays-Bas en 2011, contre 83.000 en 2010. "Choquant", selon l'assurance-chômage.

Des chiffres éloquents ont été publiés le 6 mars par l'assurance-chômage néerlandaise (UWV) : pas plus de 2.000 contrats à durée indéterminée (CDI) ont été signés en 2011. Les contrats à durée déterminée (CDD), eux, ont explosé, passant de 227.000 à 368.000 entre 2010 et 2011, pour une population active de 9 millions de personnes. Le nombre de travailleurs indépendants a par ailleurs doublé l'an dernier. Ils sont désormais 750.000 personnes à s'auto-employer, sans être couverts par les conventions collectives.
 

Contrecoup de la crise de 2008

L'assurance-chômage juge ces chiffres "choquants" et n'a pas d'explication toute prête. "Il y a sans doute l'incertitude persistante sur le marché du travail, affirme un porte-parole de l'UWV, mais en réalité, nous n'en savons rien". Les syndicats, eux, voient là le contrecoup direct de la crise financière mondiale de la fin 2008. Ils ont bien senti le vent tourner avec la récession en cours. La Fédération des syndicats néerlandais (FNV), la plus grande centrale du pays, se bat en priorité depuis septembre 2011 contre la précarité et ce qu'on appelle aux Pays-Bas le flexwerk - le travail flexible sous toutes ses formes.

La centrale a...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2012 à 5:18 :
C'est injuste de placer la photo de Geert Wilders à côté d'un tel titre et très trompeur car son parti n'est pas au pouvoir et veut justement donner prioritairement les emplois en CDI à ses compatriotes s'il y parvient.
Réponse de le 08/03/2012 à 6:51 :
Je n'avais pas prêté attention , mais ce que vous dites est totalement vrai , elle reflète tout à fait la situation actuelle qui consiste pour les médias à nous embrumer le cerveau . Ce n'est pas grand-chose que d'accoler cette photo à ce titre et pourtant , par ce simple fait , dans l'esprit de biens des lecteurs , ce parti restera ancré dans leur mémoire comme un danger. C'est exactement pareil , lorsque plusieurs économistes se décarcassent à nous prouver que sortir de l'Euro serait une catastrophe. Diaboliser est chose facile , mais beaucoup de jeunes aujourd'hui ne se laissent pas rouler aussi facilement , et si, autrefois, les parents avaient une influence considérable et dissuasive sur le vote de leurs enfants , aujourd'hui c'est l'inverse qui se produit.




a écrit le 07/03/2012 à 19:21 :
Encore un pays touché . Mais celui là ne ressemble en rien aux pays du sud , il est riche , prosper , affiche un taux de chomage de seule-ment 4.9 une croissance du PIB de 1.4 , un PIB/hab bien supérieur au notre et il a encore son triple A .
Autrement dit, un pays qui est sain sur tous les angles est en train de vaciller . Que faut il faire pour que nos dirigeants admettent enfin que l'Euro va nous couler et qu'il faut revenir à nos monnaies nationales ! Le niveau d'endettement de la France est à un niveau insupportable et nous nous permettons de faire les beaux en distribuant des avantages sociaux à ceux qui s'installent sur notre territoire, à financer les dettes des pays en difficulté , à pénaliser nos exportations. Avec la bande à sarkollandebayrou la politique sera la même et on pourra dire adieu à nos retraites , à la sécu , aux alloc et à tous nos avantages sociaux. Merci à eux qui détruisent tout ce que nos parents ont mis tant d 'années à mettre en place.


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :