Zone euro : les foyers où le feu pourrait reprendre

Un tour d'Europe des risques qui continuent à peser sur l'avenir de l'Union économique et monétaire.

8 mn

Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le nouveau coup de chaud sur la dette souveraine européenne jeudi dernier a rappelé que le feu couvait toujours sous l'euphorie de ces dernières semaines. Les risques n'ont donc pas disparu.  Latribune.fr a réalisé un tour d'Europe de ces menaces qui pourraient déclencher de nouveaux embrasements.


La Grèce

L'inquiétude sur la Grèce a un peu disparu ces dernières semaines après le succès de sa restructuration. Elle pourrait cependant rapidement revenir au premier plan.

- La semaine dernière, Athènes a prolongé la durée de son offre de restructuration pour les dettes de droit étranger qui n'avait pas été concernées par la restructuration de début mars. Selon le Financial Times du 3 avril, les détenteurs de 6,4 milliards d'euros de ce type de dettes auraient rejeté la restructuration proposée. A priori, la Grèce n'a pas les moyens de payer les créanciers qui refuseraient l'échange puisque l'aide qui lui sera versé ne l'est pas pour rembourser ces dettes. La prochaine échéance viendra le 25 mai prochain et concerne 450 millions d'euros. Il est probable que ces titres ne soient alors pas remboursés. Malgré la faiblesse de ces lignes, ce serait alors le premier défaut effectif du pays.

- Le vrai risque sur la Grèce demeure politique. Alors que les troubles se poursuivent - la semaine passée a encore vu une poussée de violence après le suicide d'un retraité à Athènes - l'issue des élections à venir demeure indécise. Certes, les deux partis qui soutiennent l'actuel gouvernement Papademos, les Conservateurs de la Nouvelle Démocratie (ND) et les Sociaux-démocrates du Pasok, gagnent du terrain. Le dernier sondage leur attribue ensemble 40 % des intentions de voix. L'ennui, c'est qu'ils sont les seuls partis à défendre, pour le moment, le plan de consolidation validé par la Troïka. S'ils n'obtiennent pas la majorité absolue, il va être très difficile de constituer un gouvernement à Athènes après le 6 mai, date la plus probable du scrutin. L'extrême-gauche et l'extrême-droite risquent de jouer le blocage. Et l'avenir du plan européen pour la Grèce pourrait être incertain.

- Ce plan, du reste, demeure lié à un taux de croissance annuel moyen de 4,5 % à partir de 2014. Une perspective encore lointaine alors que la contraction du PIB atteindra 4,4 % cette année. C'est la principale bombe à retardement financière : celle qui conduirait Athènes, si la croissance n'est pas suffisante,  à redemander une aide financière.


L'Espagne

 « Les défis auxquels doit faire face l'Espagne sont sévère ». Le FMI n'a pas caché jeudi dernier son inquiétude envers le royaume ibérique qui, apparaît, dans l'immédiat, comme le maillon faible de la zone euro. En cause : la capacité du gouvernement Rajoy à réformer et à réduire son déficit. La demande de révision de l'objectif de déficit pour cette année, les perspectives médiocres de croissance, les résultats décevants pour le Parti Populaire au pouvoir aux élections régionales et la grève générale du 29 mai ont fait naître des doutes dans l'esprit des investisseurs. Mariano Rajoy n'a fait que mettre de l'huile sur le feu en avouant que son pays « se trouve dans une situation extrêmement difficile ». Les comptes du Royaume souffrent d'un problème de transparence, notamment en raison de la situation des collectivités territoriales qui sont au bord du gouffre. Sur les marchés, on craint que Madrid ne finisse par demander l'aide européenne, ce qui pourrait faire ressurgir la contagion vers l'Italie ou la France. Et comme le FESF, le Fonds d'aide européen,  le Mécanisme européen de solidarité, ne peut faire face à des attaques contre ces trois pays, même avec la mise en place du MES le 1er juillet, la situation pourrait devenir critique...

L'Irlande

- L'ex « Tigre celtique » est sans doute le seul pays en crise à avoir mené une vraie politique de déflation compétitive. Sauf que l'affaissement de la demande mondiale met ses efforts en péril. Sans le moteur des exportations, l'économie irlandaise risque à nouveau de s'écraser tant les efforts de consolidation budgétaire pèsent encore sur la demande intérieure. Du coup, le gouvernement commence à manquer d'air pour boucler son budget. Il a réclamé à la BCE de sauter une échéance dans le remboursement de son aide bancaire. Cette économie de 3,1 milliards d'euros qui constituerait un vrai défaut caché et qui pourrait augurer d'autres mouvements de ce type. Le message serait désastreux : il contredirait le souci de la BCE de limiter la création monétaire et raviverait à nouveau les critiques allemandes sur la politique de l'institution de Francfort. Et la confiance dans la république verte en prendrait un coup.

- Le référendum sur le nouveau traité budgétaire qui aura lieu le 31 mai dans la République d'Eire sera également suivi de près par les marchés. Un « non » de la part d'un pays bénéficiant de l'aide européenne serait un message très négatif. Mais il semblerait, pour le moment, que le « oui » tienne encore la corde. La fin de la campagne sera néanmoins à suivre.
 

Le Portugal

- Officiellement, tout va bien à Lisbonne. Mais dès la fin de la restructuration de la dette grecque, les regards inquiets des marchés se sont tournés vers le Portugal. Mercredi, Oli Rehn, le Commissaire aux affaires économiques et monétaires, a reconnu que le pays pourrait avoir besoin d'un « pont financier » pour permettre son retour sur le marché. Des paroles interprétées comme le signe d'un possible besoin de financement et d'un appel au mécanisme d'aide européen. Bruxelles a rectifié rapidement le tir, mais le doute est resté, malgré le versement de 5,2 milliards d'euros de la part du FMI dans le cadre du plan d'aide.

- La menace est, comme en Espagne, celle des municipalités. Le gouvernement a reconnu mercredi que la « restructuration de la dette de quelques villes » est possible, mais que le chiffre de la dette municipale n'était pas encore connu. Un responsable de l'association des municipalités portugaises avait prévenu que le défaut pourrait atteindre 9 milliards d'euros si le gouvernement ne faisait rien. Certains analystes évoquent 12 milliards d'euros. Si Lisbonne veut éviter ce défaut, il devra sans doute en appeler de nouveau à l'aide de Bruxelles. Et tout ce qui est pris au fonds de soutien est autant d'ôté à sa crédibilité en cas d'attaques sur Madrid ou Rome.

- 70 % de la dette municipale est détenue par les banques nationales. Si Lisbonne laisse couler ses villes, elle devra venir au secours de ses banques. Et donc se tourner vers Bruxelles...


L'Italie

Voici peu, l'Italie était sur le point de devenir une sorte d'Irlande dans l'esprit des investisseurs, un modèle à suivre. Mais Mario Monti doit aussi faire face à une résistance de la population. Les grèves récentes l'ont montré, et le premier ministre a dû revoir sa copie sur la très importante réforme des licenciements. Certes, légèrement, mais les concessions arrachées par le Parti démocrate de centre-gauche, montrent que le gouvernement technocratique n'a pas entièrement les coudées franches. Or, la croissance reste faible et menace toujours d'alourdir la facture budgétaire. Seul point positif : la crise que traverse la Ligue du Nord affaiblit la position du parti, principal opposant à Mario Monti au Parlement. L'Italie ne sera donc sans doute pas le déclencheur d'une nouvelle crise, mais elle pourrait bien être entraînée dans le courant en cas de crise, et donc aggraver la situation.

La France

Les lendemains de l'élection présidentielle seront cruciaux. L'heureux élu du 6 mai devra rapidement montrer sa « bonne volonté » vis-à-vis des marchés et affichant sa solidarité avec l'Allemagne et sa volonté de réduire les déficits. Tout écart à cette ligne de conduite pourrait être payé fort cher, car si les investisseurs peuvent comprendre que la campagne donne lieu à un florilège de promesses, ils ne sont pas prêts à voir ces dernières appliquées. La France sera donc sans doute pendant quelques mois sous haute surveillance. En cas de dérapage, elle pourrait devenir le détonateur de la prochaine crise européenne...
 

L'Allemagne et l'Autriche

- La patience allemande a déjà été mise à rude épreuve. A priori, Berlin a obtenu beaucoup avec le nouveau traité budgétaire. Mais en cas de nouvelle crise aiguë, il ne sera pas simple de convaincre à nouveau le gouvernement Merkel de mettre la main à la poche. Ce week-end, Wolfgang Schäuble a prévenu qu'il n'accepterait pas de donner un euro de plus pour sauver l'euro. Avec l'arrivée de la campagne pour les élections de septembre 2013, les positions vont se durcir.

- Le SPD hésite encore sur son vote concernant le traité budgétaire européen qui aura lieu le 28 mai. Il tente de négocier un volet « croissance ». Si les négociations échouent, ce serait un coup dur pour le nouveau traité. Mais le SPD est très divisé sur le sujet et son aile droite n'acceptera pas de faire échouer le traité.

- L'éternelle épée de Damoclès de la crise européenne, c'est la cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe. Die Linke, le parti de gauche, a décidé de porter le nouveau traité devant elle. A priori, le risque d'une annulation est minime, mais une surprise est possible.

- En Autriche, l'opposition devra aussi voter la ratification du nouveau traité et les Verts traînent des pieds. En janvier, la règle d'or budgétaire n'avait pas obtenu la majorité des deux-tiers nécessaire au parlement. Or, ce nouveau traité comporte cette même règle d'or.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 92
à écrit le 10/04/2012 à 21:23
Signaler
Alerte !!!! sarko est en train de nous laisser une bombe à retardement , il livre la France à toutes les spéculations !!! http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/02/13/les-ventes-a-decouvert-de-nouveau-autorisees_1642741_3234.html ça sera effe...

le 10/04/2012 à 22:01
Signaler
A letroll - Vous racontez n'importe quoi. Avant l'ouverture de ce marché, il était possible de spéculer sur la dette française. C'est grâce à la politique et à la fermeté de Sarko que les marchés ne se risquaient pas! Ce n'est pas ll'ouverture d'un m...

le 11/04/2012 à 7:57
Signaler
mort de rire !! la fermeté et la politique de sarko ??? ça existe ça ?? ce type de vente avait justement été arrêté pour freiner la spéculation sur la dette française et éviter de voir les taux flamber, le casino va pouvoir reprendre avec la compl...

à écrit le 10/04/2012 à 21:11
Signaler
Pour 2012, la France n'a-t-elle pas un budget voté fin 2011? Le déficit n'est-il pas fixé aujourd'hui à 4.4% avec une croissance à 0.7%? L'article laisse à penser que si Sarko est réélu, ce budget ne sera pas appliqué!

à écrit le 10/04/2012 à 15:15
Signaler
...non, la France est insubmersible selon les français et leurs gouvernants. On y croit !

le 10/04/2012 à 15:38
Signaler
insubmersible comme le titanic ??

le 10/04/2012 à 18:01
Signaler
Oh il y a un gros pays avec une dette de 100% du PIB, un deficit enorme et sans aucun services publiques a sabrer ... Il devrait couler avant ....

le 10/04/2012 à 20:17
Signaler
oui ! et la petite succursale de ce gros pays devrait couler aussi assez rapidement, vous savez le petit commerce qui n'a jamais fait totalement partie de l'Europe :-))

à écrit le 10/04/2012 à 12:30
Signaler
Encore une confirmation que la politique économique d'un éventuel gouvernement PS ne pourra être qu'une continuation de l'actuelle. Sous le capitaine Hollande, la figure de proue, les fanions, les officiers changeront, mais la France maintiendra le m...

le 10/04/2012 à 15:49
Signaler
Depuis 10 ans la droite c'est si bien occupee de la dette francaise ... On aurait tord de changer ... Ils ont meme pas reussi a la baisser en periode de croissance ....

à écrit le 10/04/2012 à 11:24
Signaler
Pourquoi POURRAIT REPRENDRE ! C'est REPRENDRA !

à écrit le 10/04/2012 à 11:18
Signaler
Et les neuneus n'ont toujours pas compris que l' Europe des vases communiquants est en marche avec l'alignement social par le Bas.....et qui élit les Députés Européens qui votent les mesures décidées par la Technocratie....eh oui 1 euro Roumain ou Le...

le 10/04/2012 à 15:40
Signaler
L'europe social est un mythe !!!! C'est une idée des ultra gauches français ! C'est du marketing, pour dire, nous voulons calque à l'europe le model de gestion Français ! Mais il y a un souci, les autres n'en veulent pas !!!!!! Alors comme l'euro...

le 10/04/2012 à 18:23
Signaler
Ou bien sortir de l'Europe !! Vive Melanchon!!!!

à écrit le 10/04/2012 à 10:43
Signaler
La petite URSS française est le maillon faible de l'Europe. Les autres pays, sans exception, ont engagé des politiques d'assainissement, tournent le dos au socialisme, et pour cette raison, vont s'en sortir. Seule la France s'entête dans sa fuite en ...

à écrit le 10/04/2012 à 10:03
Signaler
Ah la démocratie...quelle connerie! On voit bien à la lecture de chaque paragraphe qu'elle est l'obstacle majeure à la confiance des marchés et des investisseurs (bref les banques!) Ayons confiance en la Commission et l'Europe pour y mettre bon ordre...

à écrit le 10/04/2012 à 8:08
Signaler
Rien n'a changé, Rien n'a été résolu, RIEN NE PEU CHANGER ! C'est vraiment humain de s"imaginer que les problèmes se mettent sous le tapis. Evidement que cela va exploser encore plus, on a tous compris que l'idée de "donner" de trilliards de milliard...

à écrit le 10/04/2012 à 4:51
Signaler
Il y a PLUS de 30 ans je "bossais" à l'étranger mais je suis resté un cul plombé comme car je reste FARNCAIS même si je peste après les politiques, alors si vous trouvez votre pays d'origine nul n'hésitez pas changez de nationalité le ciel ne tombera...

à écrit le 10/04/2012 à 3:11
Signaler
moi j'ai trouvé la solution : j'ai émigré y'a 30 ans .. faut dire que j'avais grandi dans ce que les orgueilleux occidentaux appelaient alors les pays sous-developpés, et que j'ai vite compris que les "sous-développés" n'auraient pas besoin de plus d...

le 10/04/2012 à 8:06
Signaler
mort de rire ... c'est trop tard pour les ex-sous-développés :-)) les ressources ont été brulées et nous allons arrêter de vous acheter ce que vous produisez .. nous sommes tous ( vous et nous ) en voie de sous-développement :-))

le 10/04/2012 à 10:00
Signaler
à oiseau de passage: Comme quoi la bêtise humaine s'exporte bien aussi. Surtout ne reviens pas toucher le chômage chez nous. Reste prendre l'eau là-bas.

le 10/04/2012 à 11:26
Signaler
Eh, oiseau de malheur, si vous ne vous rendez pas compte que c'est le monde entier qui est entré en décadence, vous êtes soit de mauvaise foi, soit aveugle.

le 10/04/2012 à 12:10
Signaler
Oui c est l'occident qui est en phase de nivelage avec les pays en voie de développement maintenant quasi développés ... La preuve l'Angleterre et les US n échappent pas non plus au nivelage .... Et si le liberalisme devait nous sauver, expliquez moi...

le 10/04/2012 à 14:06
Signaler
@Ahbon, vous confondez crise des subprimes et crise de la dette souveraine ! C'est 2 choses disteinctes !

le 10/04/2012 à 18:02
Signaler
Va le dire aux USA dont la dette est passee de 50% du PIB a 100% du PIB suite a la crise des subprimes et sans services publiques Mossieur!!!

à écrit le 09/04/2012 à 19:34
Signaler
Bonjour, Le problème est que sur la planète Terre, il n'y a pas assez de "Tout" pour "Tout le Monde" Je ne vois pas autre chose, c'est évident. Une civilisation à force de Croître et bien bien elle décline ou elle disparaît...l'histoire a déjà eu...

à écrit le 09/04/2012 à 18:51
Signaler
Les plans de rigueurs (inintelligibles) augmentent le risque de défaillance ! Comme de vouloir faire une TVA sociale ... plutôt que de faire un trait pure en simple sur les 35H !

le 09/04/2012 à 19:29
Signaler
Reveilles toi pmrx , les 35h sont déjà mortes depuis que le plafonnement des heures sup a sauté et que de plus qu'elles sont defiscalisées donc favorisées !!!! Maintenant si une boite veut payer 40h ses salariés elle peut le faire !! et si elle ne le...

le 09/04/2012 à 22:06
Signaler
@Les 35h sont déjà mortes? Et bien moi, je crois que travailler 40h et etre payé 35 : C'est notre avenir !!!! Il faut arreter de dire n'importe quoi : Les chinois, les indiens etc... ils bossent 60h/semaine pour 1 assiette de riz ! Donc si l'on ve...

le 09/04/2012 à 23:15
Signaler
Dans ma convention collective, les heures sups sont plafonnées à 130 h annuelles... et ça fait bien chier !!! (conv collective de l'automobile)

le 09/04/2012 à 23:21
Signaler
Mais mon bon Jules faut changer de braquet !!! On parle de 10% de moins sur les salaires (uniquement comme d'hab, pas sur les loyers par exemple ...) bref 10% mais les chinois sont 20 FOIS moins cher !!!!! Et si ils bossent 60h semaine sans congés et...

le 09/04/2012 à 23:29
Signaler
Interessant ... comme il n' y'a pas de travail autant qu'on le souhaiterait ... si tout le monde passe a 40h a marche forcée (et payée 35h) ... et bien 10% des actifs actuels se retrouveront ... au chômage .... qui coute quand même un peu aussi ....

le 09/04/2012 à 23:43
Signaler
@@Les 35h sont déjà mortes (les gars prenez des pseudos ... c'est le bordel) ... 130h divisées par 47 semaines de boulot = 2,7 h de plus par semaine (ou se rapproche des 39h initiales ) et après il reste tes RTT , mais dans ma boite si on les prends...

le 10/04/2012 à 0:08
Signaler
Jules !!! Passes au forfait cadre !!! cela te permet de travailler 35, 40, 45h payées 35 !!! Et c'est déjà effectif maintenant !!! Et oui ... bon ... pour les cadres , bien que beaucoup de techniciens passent rapidement "cadre" .. au forfait ...

le 10/04/2012 à 0:25
Signaler
Ben non : 35 + 2.7 = 37.7 et c'est tout : pas de RTT !! c'est interdit . J'suis allé à l'inspection du travail, mais il m'est interdit de bosser plus !

le 10/04/2012 à 0:46
Signaler
@plafond : Bizarre moi les RTT sont payés ... Sinon il te reste la solution a Ehhh passe au forfait cadre :-) .... tu pourras bosser autant que tu veux payé 35h , le rêve de Jules ....

le 10/04/2012 à 1:00
Signaler
Plafond, j'ai compris peut être que c'est les congés payés qui sont payés car on prend de base d'abord nos RTT ... pour moi c'est pareil un jour payé c'est un jour payé ... par contre on les touches en une fois (pas mensuellement)

le 10/04/2012 à 1:12
Signaler
Et j'ajouterais que notre boite n'accepte pas ce deal tout le temps ... par exemple les années ou il y a du chômage technique ...c'est mort ... En fait ça dépend un peu de leur bon vouloir ... de la charge ...

à écrit le 09/04/2012 à 18:46
Signaler
"A priori, la Grèce n'a pas les moyens de payer les créanciers qui refuseraient l'échange..." : parce que si elle les avait, elle devrait les rembourser alors que tous les autres créanciers auraient renoncé à leurs créances ? Des braves dupes, ou de...

à écrit le 09/04/2012 à 17:29
Signaler
Il se pourrait qu'il y ait une crise mondiale, en effet. Et la spéculation se fera toujours un plaisir de jouer sur les différences entre pays de la Zone Euro. A quand un VRAI protectionnisme de la zone plutôt que de continuer à se faire détruire...?...

le 09/04/2012 à 18:21
Signaler
Le protectionnisme n'est pas la bonne solution car si nous mettons des barrières protectionnistes, les autres États de l'OMC pourront répliquer, or, ok nous serons "protéger" mais on exportera pas plus donc, on sera cuit. On ferait mieux de réduire...

le 09/04/2012 à 18:53
Signaler
Le protectionnisme aurait l'effet inverse ... faire du chacun pour soi ... serait pire !

le 09/04/2012 à 19:01
Signaler
Les autres états vont répliquer ... Et alors ??? on n'exporte plus rien , on a plus rien a perdre ... la mondialisation était sensée permettre un jeu gagnant / gagnant (les uns sur les produits de haute technologie, les autres sur les produits basiqu...

le 09/04/2012 à 22:03
Signaler
pmrx tu es trop fort , j'adore quand tu dis "faire du chacun pour soi ... serait pire !" ... pour le protectionnisme biensûr ... Car pour le social et l'humain ... tu prônes sans aucun doute le contraire !!!!

le 10/04/2012 à 1:22
Signaler
"La Corée maintient des barrières non tarifaires comme des normes de sécurité et d'anti-pollution spécifiques. Ca oblige a modifier les véhicules que nous vendons en Corée. Le surcoût est acceptable pour un haut de gamme mais pas pour un modèle de gr...

à écrit le 09/04/2012 à 16:59
Signaler
Election , c'est quoi ce truc ? Président de quoi ? Les marchés font la pluie et le beau temps et se moquent éperdument de ces discours de camelots dont les candidats nous rabattent les oreilles . Démocratie mon c.. !

le 09/04/2012 à 18:55
Signaler
La démocratie n'existe plus ... dans la mesure où le vote blanc n'est plus reconnu !

à écrit le 09/04/2012 à 16:59
Signaler
Vaut il mieux être en grande crise pendant 3 ans et être chez nous ? ou bien subir une crise de 20 ans chez les autres ? Il est temps de garder son indépendance ou encore de la retrouver .. à bon entendeur !! Il faudra bien un jour mettre en prison...

le 09/04/2012 à 18:58
Signaler
L'indépendance n'existe plus ... nous sommes tous interdépendants ! On ne peut revenir au temps des châteaux forts !

le 09/04/2012 à 22:28
Signaler
C'est pas faux pmxr... Nous sommes une grande famille alors!! Dommage que les autres pays européens n'aient cette vision franco - napoléonienne de l'Europe . Certains la voient fédérale d'autres très libérale et enfin nous centralisée et universalis...

à écrit le 09/04/2012 à 15:59
Signaler
Encore une fois nous avons la preuve que peu importe ce qui est décidé dans un pays de l'euro, il ne se fera que ce que le finance voudra. Cette Europe n'est pas du tout celle que les Français ont choisie. Alors très vite il faut que le futur préside...

à écrit le 09/04/2012 à 14:49
Signaler
Moi qui comptait voter pour le Père Noel : celui qui promet un monde tout rose, avec plein de cadeau que personne sait qui va payer... c'est dur d'apprendre qu'il ne tiendra pas ses promesses !!! Peut-être faut-il que je vote pour qq'un qui ne promet...

le 09/04/2012 à 16:33
Signaler
Marine ?

le 09/04/2012 à 19:12
Signaler
François ? Pas François 1er hein, l'autre...

le 09/04/2012 à 20:29
Signaler
Ah François le Français !

le 09/04/2012 à 20:32
Signaler
Mais non, c'est François Pignon.

le 09/04/2012 à 21:51
Signaler
Mais c'est François B !!!!

le 09/04/2012 à 23:19
Signaler
ben oui, François II ... les autres, ils promettent tous des solutions miracles (sortir de l'euro, doubler le smic, relancer l'endettement, offrir le permis de conduire,...) bref, tout un tas de promesses non tenables. Ca tombe bien: ils avaient pas ...

le 09/04/2012 à 23:33
Signaler
Sauf que j'ai cru comprendre que François B réduisait le déficit sans faire de réduction de dépenses ... j'ai cru comprendre que cela consistait a ne pas augmenter le budget du niveau de l'inflation pendant quelques années ... et sans dire comment ap...

à écrit le 09/04/2012 à 14:47
Signaler
Si la France est attaquée :) .... l'Europe sombre économiquement parlant, l'Euro éclate ... et même l'Allemagne avec des clients en majorité ruinés (60% de ses exportations vont vers la zone Euro) et un Mark qui sera d'un coup deux ou trois fois plus...

le 09/04/2012 à 16:13
Signaler
donc .. en continuant le même raisonnement ... les pays européens annonceront enfin qu'ils ne pourront jamais payer les dettes , donc le château de cartes de la finance internationale s'effondrera complètement :-) la finance compte sur la peur, alo...

le 10/04/2012 à 9:46
Signaler
En plein dans le mille, Le troll.

à écrit le 09/04/2012 à 14:02
Signaler
Tous ces moutons d'investisseurs ne rêvent que des USA (dette à 100% du PIB, déficit ingérable car pas de services publiques a sabré, augmentations d'impôts impossible, ...etc) .. et bien que l'on fasse comme eux , que l'on fasse tourner la planche a...

le 09/04/2012 à 14:39
Signaler
Là la vrai révolution écologique arrivera ... un peu forcée par les événements ...

le 09/04/2012 à 18:29
Signaler
peu de chance pour que les salaires suivent!! la situation n'a rien à voir avec les années 70

le 09/04/2012 à 19:14
Signaler
Que les pourfendeurs de la solution inflation puissent se rappeller de quelle fut ses conséquences dans les années 30...

le 09/04/2012 à 19:38
Signaler
C'est trop tard on y coupera pas ... pour le moment la récession maintient les prix bas ... mais dés que l'on en sortira (et on en sortira c'est cyclique) , elle explosera ...

le 09/04/2012 à 22:34
Signaler
@pas s'inquieter, NON, les salaires ne suivront pas ! c'est une question de compétitivité ! En France le cout du travaille est trop élévé ! Donc inflation pour payer la dette, et paupérisation des travailleurs ! Ah, au sujet de vos économies, ou l...

le 09/04/2012 à 23:35
Signaler
Oui gg ... et pour économies je crois que je vais les dépenser vite pour isoler mon logement et le passer en BBC , se sera toujours du fuel de moins a payer ...

à écrit le 09/04/2012 à 12:28
Signaler
Il n'y a pas qu'en Espagne que les Collectivités sont au bord du gouffre. Le rapport 2007 de la Commission Attali n'a pas été suivi sur ce chapitre. Malheureusement. Que de temps et d'agent auraient pu être gagnés.

le 09/04/2012 à 13:16
Signaler
si on ajoute les dettes des collectivités diverses et variées aux dettes "comptabilisées" des états on explose tous les %, on arrive facilement à 140% du PIB ( 146% pour les USA , et pas loin pour la France ). La dette est totalement hors de contrôl...

le 09/04/2012 à 17:17
Signaler
vous ne connaissez rien ! les dettes des collectivités locales sont comptabilisées dans le montant de la dette

le 09/04/2012 à 17:41
Signaler
j'en ai pas l'impression. La compta de l'état est distinct de la compta des collectivités. Les collectivités ont leur propre compta et leurs propres dettes auprès des banques ( ex : Dexia ) et Voir ci-dessus :" Potrtugal - 70 % de la dette municipal...

le 09/04/2012 à 22:24
Signaler
@letroll, Je crois au contraire que vous avez fait la démonstration que la dette des etats doit prendre en compte la dette des villes et régions !!!! En fin de compte c'est l'etat central qui paie pour les dettes si il y a faillite d'une ville !!!!...

le 09/04/2012 à 22:36
Signaler
@letroll , l'ETAT est garant des dettes des collectivité locales ! Exemple : DIJON ! quand la ville a fait faillite : c'est la région puis l'etat qui ont été bailleur de fonts !!! Donc les dettes des villes trops endettées, au niveau de la faillit...

le 10/04/2012 à 8:10
Signaler
@gg ;: c'est bien ce que j'ai écrit au-dessus - comptablement la dette des collectivités ne figure pas dans celle des états alors qu'en fait à un moment ou à un autre c'est bien l'état qui finira par régler la note. Donc on devrait refaire les calcul...

le 10/04/2012 à 9:44
Signaler
Le troll a raison. La dette des collectivités n'est pas intégrée à celle de l'Etat. Ce dernier ne fait que "garantir" qu'il rembourserait cette dernière sans vraiment savoir quoi. Ca promet dans les prochains mois...

à écrit le 09/04/2012 à 12:18
Signaler
ça fait plaisir de vous lire ... on voit bien mieux la vie en rose ! Que du bonheur. Je retourne manger mes chocolats que les cloches ont laissé dans le jardin !

à écrit le 09/04/2012 à 12:10
Signaler
j'adore lire cette prose ... il va plutôt falloir s'attendre à des mouvements sociaux qui feront pression sur les gouvernements et au bout du compte une décote générale sur les dettes .. sacrifier la finance plutôt que sacrifier les peuples. l'Irland...

le 10/04/2012 à 9:40
Signaler
C'est la réflexion la plus sensée et la plus proche de la réalité qui nous attend. Le reste n'est que polémique.

à écrit le 09/04/2012 à 12:03
Signaler
Pour éteindre un foyer il faut agir sur trois facteurs, il faut l'isoler, lui supprimer comburant et carburant, le refroidir. Résultat tant que l'Euro sera d'actualité aucun foyer ne sera éteint...Par contre revenir a la concurrence saine entre pays ...

le 09/04/2012 à 19:42
Signaler
"concurrence saine entre pays" encore une belle utopie !!!!! Réveilles moi quand le Yuan ne sera plus indexé sur le Dollar, quand le Dollar lui même ne sera plus maintenu aussi bas (l'Euro est resté à 1,3 Dollar alors qu'il était a deux doigts d'exp...

le 09/04/2012 à 21:53
Signaler
"La Corée maintient des barrières non tarifaires comme des normes de sécurité et d'anti-pollution spécifiques. Ca oblige a modifier les véhicules que nous vendons en Corée. Le surcoût est acceptable pour un haut de gamme mais pas pour un modèle de gr...

le 09/04/2012 à 22:40
Signaler
@Pascual concurrence saine entre pays => LES AFFAIRES C'EST LA GUERRE ! Et mieux que cela, la chine à compris ce que signifie : GUERRE ECONOMIQUE ENTRE PAYS !!!! (ZUN ZU)

le 10/04/2012 à 11:33
Signaler
@ gg il suffit de ne pas leur acheter toutes leurs saloperies et on gagne la guerre

le 10/04/2012 à 14:12
Signaler
@Licence to live ! Parce que vous pensez que les français vont arrete de vouloir des iphone 9 ou 10 des consoles, des pc, des habits, des chaussures, des meubles etc..... D'abord, il faudrait produire en France, mais le cout du travaille est élevé ...

à écrit le 09/04/2012 à 11:41
Signaler
"patience allemande" certes, mais la chute du FDP fait comprendre aux CDU/CSU qu'il faudra, comme le disent les socialistes ici et là-bas, une action pour la croissance et la Buba devra s'aligner.

le 09/04/2012 à 14:17
Signaler
Oui, par davantage de dettes, les socialistes français ne connaissant que ça. On y croit....

le 09/04/2012 à 16:05
Signaler
Pq caricaturer: vous savez que tout financement se fait d'emprunt tout est ds la confiance réciproque et les capitaux cherchent tjrs des preneurs; on ne gère pas 1 Etat comme un ménage même si le contraire se dit...

le 09/04/2012 à 22:42
Signaler
0lol ! En effet, l'etat est immortel ! Donc l'on peut ré echolloner la dette sur 5 générations ! Même vos arriere petit enfants paieront : C'est ti pas génial ça !?! L.O.L

le 09/04/2012 à 23:38
Signaler
La France a une dette depuis des siècles et cela ne pose pas de problèmes .... tant que l'on peut la rembourser ...

à écrit le 09/04/2012 à 11:28
Signaler
SIC : "la campagne donne lieu à un florilège de promesses, ils ne sont pas prêts à voir ces dernières appliquées" >>>>>Une fois de plus, en ce qui concerne les programmes de nos candidats, les promesses ne devraient pas être suivis d'effet pour le pe...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.