A la pharmacie comme à l'université, la note sera plus salée pour les Espagnols

 |   |  693  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Le gouvernement de Mariano Rajoy a annoncé ce vendredi de nouvelles mesures d'austérité pour remettre le pays sur la voie de l'équilibre budgétaire. Les retraités paieront désormais pour leurs médicaments et les universités vont être autorisées à augmenter leurs frais d'inscription de 50%.

Le gouvernement conservateur espagnol, engagé dans une course à la réduction du déficit, a adopté vendredi un plan d'économies visant les secteurs très sensibles de la santé et de l'éducation, espérant générer ainsi 10 milliards d'euros d'économies par an. Mesure-phare de la réforme sanitaire, qui vise à économiser 7 milliards, et sans doute promise à la plus grande impopularité: désormais les retraités paieront pour leurs médicaments. Une annonce à contre-courant de la campagne électorale du chef du gouvernement Mariano Rajoy, qui promettait cet automne de maintenir malgré la crise le pouvoir d'achat des retraités.

Les retraités représentent les trois quarts la dépense pharmaceutique nationale

Mais "il s'agit de demander un effort" aux habitants, "car il n'y a pas d'argent pour payer les services publics", a reconnu Mariano Rajoy jeudi. Et "l'Espagne est le deuxième consommateur mondial de médicaments", a justifié la ministre de la Santé Ana Mato. L'an dernier, 3.700 tonnes de médicaments, périmés ou non-utilisés, y ont été détruits. Traditionnellement, les Espagnols ne paient pas pour aller chez le médecin et ne déboursent qu'une partie du prix des médicaments, sauf les retraités qui eux ne paient rien. Désormais, ces derniers, qui représentent les trois quarts de la dépense pharmaceutique nationale (11 milliards d'euros, 1,1% du PIB), devront régler 10% de la facture dans les pharmacies, jusqu'à un plafond de 8 à 18 euros par mois en fonction de leurs revenus. Les actifs, qui jusque-là payaient 40% du prix des médicaments, régleront jusqu'à 60%, selon leur situation financière.

Les communautés autonomes espagnoles premières concernées

En matière d'éducation, le gouvernement espère récupérer 3 milliards d'euros: il va autoriser les régions à faire grimper de 50% les frais d'inscription à l'université, qui passeraient de 1.000 à 1.500 euros en moyenne, et à augmenter de 20% le nombre d'étudiants par classe. Les 17 communautés autonomes espagnoles sont en effet les premières concernées par ce plan d'économies: elles engloutissent 50% de la dépense publique en Espagne. Les trois quarts de leurs budgets passent dans la santé, l'éducation et l'aide aux personnes dépendantes. Ces derniers mois, nombre d'entre elles ont eu du mal à régler leurs fournisseurs, provoquant la grogne des pharmaciens et des coupures de chauffage ou d'électricité dans des collèges et lycées.

L'opposition a manifesté son "rejet total" de ce plan de rigueur

Mais en touchant à des secteurs sensibles, le gouvernement s'est attiré les foudres, notamment du parti socialiste, qui a manifesté son "rejet frontal" de ce nouveau plan de rigueur. Les principaux syndicats espagnols ont appelé à une journée de manifestations dans tout le pays le 29 avril, affirmant que "l'on ne joue pas avec la santé et l'éducation". Dans la santé, cela représente "un changement de modèle du système national, pour le détériorer progressivement et chercher à démanteler le système sanitaire public", a dit Trinidad Jimenez, chargée de la santé au PSOE. Quant aux mesures concernant l'éducation, "aucun pays n'a jamais surmonté une crise économique en réduisant l'égalité des chances de ses jeunes" dans ce domaine, a réagi le secrétaire général du PSOE, Alfredo Perez Rubalcaba.

Le budget le plus austère de son histoire

Les deux réformes visent à permettre aux régions d'économiser 10 milliards d'euros par an à partir de 2013. Selon une source gouvernementale, "cela aide aussi à partager les coûts politiques entre l'Etat et les régions". Scrutées de près par le gouvernement, les régions doivent lui présenter d'ici à mai des plans d'assainissement budgétaire pour ramener leur déficit public de 2,94% du PIB en 2011 à 1,5% en 2012. Avec une menace qui pèse sur elles: celles qui ne respecteront pas la trajectoire fixée verront leur budget pris en main par l'Etat central. Le pays dans son ensemble a douze mois pour réduire de plus de trois points son déficit, de 8,51% à 5,3% du PIB, et a déjà annoncé un budget le plus austère de son histoire, pour récupérer 27,3 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2012 à 18:58 :
voila la situation qu'ont laissée les socialistes espagnols en se faisant limoger. Sera ce la même chose en France dans un ou deux au cas ou..................
a écrit le 21/04/2012 à 18:48 :
Ce que nos politiques n'ont pas compris (politiques au niveau Europe)... nous sommes tous dans le même bain !
a écrit le 21/04/2012 à 18:44 :
On a l'impression que le but final .. est de détruire l?Espagne !
a écrit le 21/04/2012 à 17:40 :
Tant que les gouvernements ne sabreront pas dans les effectifs de la fonction publique, tous ces raccommodages ne serviront à rien.
Il faut que cesse la gabegie et les dépenses dispendieuses des Etats.
LA CLASSE LABORIEUSE SE FAIT SPOLIER DEPUIS DES DIZAINES D?ANNEES PAR LA NOUVELLE ARISTOCRATIE QU?EST LA FONCTION PUBLIQUE.
Cela doit cesser impérativement pour retrouver le chemin de la création de richesses.
a écrit le 21/04/2012 à 14:57 :
Carton rouge à l'économie européenne. Vous connaissez la chanson? Ne laissons pas mourir la France, ne laissons pas mourir le feu...
Les comptes publics, pour ceux qui savent compter bien entendu (à l'école française on n'apprend plus ni à lire, ni à compter), montrent qu'en 2020 il n'y aura plus de sécurité sociale... on verse dans la république anti-sociale et contre-performante.
L'Espagne est un formidable exemple de mépris des règles élémentaires de l'économie: monnaie forte économie compétitive... résultat?
Les politciens ont cassé la société et c'est ce qui nous menace.
a écrit le 21/04/2012 à 3:23 :
C'est pas forcement negatif si cela pouvait diminuer la consommation des medicaments par les personnes agees! Il y a plus de 100,000 accidents iatrogenes avec hospitalization en Espagne et en France pour ce segment de la population!
Réponse de le 21/04/2012 à 9:03 :
La consommation de médicaments n'est pas la même qu'en France . Alors ne dites pas n'importe quoi !!
de plus la consommation de médicaments en France est directement faite et générée par un système sous l'emprise du lobby pharmaceutiques .
Je perds mon temps a vous répondre
Réponse de le 21/04/2012 à 19:18 :
Aucun laboratoire ne m'a forcé à prendre un médicament. Vous, si?
a écrit le 21/04/2012 à 1:09 :
Pour survivre désespérément à tout prix, l'ogre obèse providentiel social-démocrate en est réduit à manger ses propres enfants. Cette auto-destruction est l'évolution inéluctable de tout système collectiviste (socialiste) fondamentalement mauvais et immoral. Réjouissons-nous : la libération des populations est proche.
a écrit le 20/04/2012 à 22:54 :
Et pendant ce temps , le roi chasse l'elephant .......
a écrit le 20/04/2012 à 22:16 :
La compétitivité libérale est vraiment ce qu'il y a de "mieux"... Lorsque la sécu sera morte en France, TOUT le secteur médical crèvera de faim. Et les malades tout court.
a écrit le 20/04/2012 à 21:16 :
Si ca pouvait arriver en france. Nos retraites majoritairement à droite, toujours prets à traiter les plus jeunes de faineants mais qui sont les premiers fossoyeurs de la secu, obliges de mettre la main à la poche pour se payer leur medoc serait jubilatoire.
Réponse de le 21/04/2012 à 15:39 :
les retaités comme les salariés payent les franchise médicales, cotisent à l'assurance maladie (cotisations totales 8,10% de leur retraite), et payent leur mutuelle ... votre tour viendra....!!
Réponse de le 21/04/2012 à 15:47 :
les retraites de gauche ou de droite ont cotises toute leur vie et les jeunes feneants ne cotisent pas et ne paient pas leurs medocs.........................
a écrit le 20/04/2012 à 20:30 :
Un avant goût de ce qui va être annoncé prochainement en France !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :